Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.

Français
Gamereactor
previews
Halo Infinite

Notre dernier aperçu de la campagne de Halo Infinite

Un retour de Master Chief qui s'annonce glorieux.

Subscribe to our newsletter here!

* Required field
HQ
HQ

Les Brutes sont brutales, peut-être l'ennemi le plus tenace de la série Halo. Nous en avons une preuve tangible l'année dernière avec le tout premier aperçu de gameplay de Halo Infinite après plusieurs années d'attente et de promesses. Et il se trouve que les Brutes ont en effet donné du fil à retordre au Master Chief, tant que le jeu a été retardé d'une année entière.

Après bandes annonces, promesses et nombreux mois de travail, les développeurs autant que les fans étaient plus que déçus de devoir attendre une année de plus pour Halo Infinite. Des vétérans de la licence ont été contacté pour donner leur avis et petit à petit, l'opus s'est montré de plus en plus prometteur.

Halo est sûrement ma série de jeu préférée et c'est prudent que j'ai débuté l'aventure Infinite. Allais-je être déçu ou bien l'année supplémentaire de temps de développement avait-elle été mise à profit ? Je vais tenter de réduire au maximum le nombre de spoiler de cette avant-première du retour tant attendu du Master Chief mais laissez moi simplement dire que les promesses semblent avoir été tenues.

Ceci est une annonce:

En effet, dès que le Spartan John-117 fait sa grande entrée, on voit que 343 Industries semble avoir saisi l'essence Halo. Les premiers niveaux du jeu se déroulent majoritairement en intérieur, permettant de se familiariser avec les contrôles.

Les niveaux sont aussi suffisamment amusants pour expliciter le fait qu'il s'agit là d'un jeu, dont l'objectif n'est pas le réalisme mais un gameplay divertissant. Le Master Chief est, comme à l'habitué, silencieux, jusqu'à ce que Steve Downes nous offre probablement la meilleure version du soldat légendaire.

L'histoire se dévoile lentement mais sûrement au cours des premières heures de l'aventure, dans lesquelles nous devons visiter le Halo Zeta pour diverses raisons. Un Anneau craquelé pour lesquels les Bannis ont des plans menaçant l'univers entier. Les Bannis sont connus de l'univers depuis Halo Wars 2 et disons simplement qu'ils sont des psychopathes sanguinaires. Le groupe sert aussi d'excuse parfaite pour ressortir d'anciens ennemis Covenants.

Halo Infinite
Ceci est une annonce:

En atterrissant enfin sur le Halo Zeta, des frissons de plaisir me parcourent le dos. Les graphismes et le design en général sont sublimes, et le design sonore encore meilleur. Le sentiment de se trouver sur un nouvel Anneau n'a jamais été aussi plaisant que depuis Halo : Combat Evolved. Tout un monde vivant, respirant, complètement libre à votre exploration.

Un coup d'œil rapide à la carte suffit à comprendre que d'autres lieux sont proches : des Marines à sauver, des camps de Bannis à détruire et évidemment, des boss. Ensuite, évidemment, viennent les quêtes principales. J'ai passé plusieurs heures à explorer le monde, arpenter les cavernes, montagnes et épaves de vaisseaux remplies de trésors.

Pour résumer, le sens de la découverte procuré par le premier Halo est de retour mais cette fois-ci, je choisis si je veux aller aider les Marines ou bien me balader avant. Grâce au SSD, le voyage rapide est instantané même si vous préférerez probablement utiliser un ds nombreux véhicules du jeu.

Les opus précédents proposaient des niveaux spéciaux Warthog, Ghost ou Banshee mais maintenant, il est possible de se déplacer librement aux commandes de ces appareils dans le monde. Les véhicules ne sont plus là que pour le "cool" mais aussi pour aller d'un point A à un point B. Cependant, 343 Industries s'applique à ne pas appeler Halo Infinite un open-world car Halo reste Halo, simplement cette fois avec plus de liberté.

Ceci est une annonce:

En effet, la liberté est de mise. 343 Industries s'assure que le joueur ait un grand nombre de façons de gérer un problème ou une énigme tout en s'assurant qu'on ne sorte pas du cadre du jeu. Les stratégies, arme et outils dont vous disposez fonctionneront tous dans une certaine mesure en fonction de la situation, avec toujours pour objectif de vous divertir, que vous arriviez à pleines balles au volant d'un Warthog ou bien discrètement accroupi.

La liberté s'exprime aussi par les options de personnalisation du Master Chief. Le grappin peut être amélioré ainsi que d'autres capacités ajoutant profondeur et dimension stratégique. Toutes celles que j'ai pu tester sont gratifiantes mais il apparait que de nombreuses autres seront disponibles au cours du jeu, reste maintenant à savoir si elles seront toutes utiles.

Cependant, vous n'avez pas forcément besoin de faire toutes les quêtes annexes pour modder votre personnage. Les missions principales s'enchainent fluidement et ne sont interrompues que par des cinématiques. La toute dernière à laquelle j'ai pu participer se passait sur une grande tour que je pouvais apercevoir en arrivant sur le Halo, accompagnée d'un gros boss.

Nous reviendrons rapidement pour un test complet de Halo Infinite mais pour le moment, le jeu est très prometteur. Plus ambitieux que jamais sur tout les fronts tout en restant compréhensible. En revanche, la bande-son ne s'élève jamais aussi haut que les chefs d'œuvre de Martin O'Donnell, mais pour être honnête, très peu de jeux peuvent s'en targuer. La finalité du scénario reste aussi à examiner.

Pour le moment, je suis aussi soulagé qu'exciter. Soulagé de voir 343 Industries s'apprêter à nous proposer son meilleur Halo, et excité de voir tout les secrets que nous réservent le Halo Zeta.

Halo InfiniteHalo Infinite
Halo Infinite

Sur le même sujet



Chargez le contenu suivant