Français
previews
Crusader Kings III

Crusader Kings III

Le titre de Paradox innove peu, mais reste efficace, que ce soit pour néophytes ou stratèges aguerris.

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonces

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonces

Malgré la richesse des fonctionnalités proposées par Crusader Kings 2, le titre pêche par son accessibilité. Du jour de sa sortie début 2012 jusqu'à aujourd'hui, il est très difficile de rentrer dans le bain de la complexité du jeu. Crusader Kings, c'est un jeu sandbox où le joueur dirige une puissante dynastie à travers les époques. Néanmoins, de nombreux facteurs entrent en jeu et il est ardu, à moins d'être un habitué, de naviguer entres les différents et variés facteurs imposés par le jeu. Par ailleurs, chaque pas en avant pour accueillir d'éventuels nouveaux venu fut, en quelque sorte, annulé par la complexité apporté par chaque extension de Crusader Kings. En effet, Cela fait presque 10 ans que le jeu est disponible et en mouvement et donc difficile pour les néophyte de prendre le train en route. Malgré son activité régulière, le titre de Paradox commence à faire son âge et il est donc venu le temps pour les joueurs, et pour les développeurs de retourner à la case départ. La rédaction a pu essayer une version non définitive du jeu et essaiera de transmettre via cet article quels traits génétiques furent reçus par Crusader Kings 3, et les quels seront enterrés à jamais.

Pourquoi parler de génétique ? Parce que Crusader Kings 3 n'est pas un RPG où le joueur incarne seulement un roi ou une reine : il prend le contrôle de toute une famille royale et doit la protéger au fur et à mesure que les époques se se succèdent. Cela peut être orchestré de plusieurs manières : être un roi compétent, bien évidemment, mais également via l'influence et la pression. Pour ce dernier, il existe un nouveau système de "grappin" qui permet d'accepter ou de refuser des faveurs ce qui permet de s'approcher des courtisans de la famille royale. La royauté est un business coupe-gorge et au fur et à mesure des années, le joueur devra faire face à différents challenges, de la joute politique aux embrouilles familiales en passant par des révoltes militaires.

Néanmoins, il faudra attendre pour faire la guerre puisqu'il est nécessaire que le jeu soit bien assimilé avant. Crusader Kings 2 s'est révélé très populaire malgré sa courbe d'apprentissage très élevée. Le plus gros challenge que devra réussir son héritier et d'attirer les nouveaux joueurs en plein cœur de l'expérience malgré les nombreuses couches juridiques pour la succession ou les règles d'étiquette politique. L'une des fonctionnalités du nouveau titre devrait aller dans ce sens puisque une encyclopédie s'ouvre désormais sur les mots-clés du jeu. Il suffit de passer sa souris dessus et dès lors, une fenêtre apparaît et permet d'explorer plus facilement le titre.

Crusader Kings III

L'interface et l'ergonomie des menus a été revisitée et malgré une lente prise en main de notre part, ce redesign fait sens. En effet, après la session de jeu, retourner sur les menus de Crusader Kings 2 fut douloureux et semblait être un retour dans le temps aux années 2000. Cela est en partie dû à la remodélisation 3D rendent le jeu bien plus dynamiques que leurs aînés 2D faits mains. Les nouveaux enfants seront un vrai mélange des traits de leurs parents, du physique aux maladies héritées.

De la même manière, la carte du monde a pris aussi un lifting. Elle est désormais plus détaillée. Elle s'étant de l'Islande à l'Afrique en passant par l'Inde agrandissant le panel culturel et religieux. Les pays sont des régions qui possèdent chacun un niveau de contrôle et de développement requis à garder à l'œil avec un groupe de différents bâtiments aidant le joueur à former le royaume nécessaire selon la situation affrontée.

Crusader Kings III

À moins d'être un joueur de Crusader Kings chevronné, chaque joueur passera par le tutoriel du titre, situé en Irlande. L'île permet d'expérimenter les nombreuses fonctionnalités et systèmes que le jeu à offrir et nous a permis de faire survivre jusqu'à quatre générations avant de se faire avaler par l'Écosse.

Les Écossais attaquèrent malgré l'effort fourni pour les rendre amicaux. Les dirigeants peuvent passer un certain temps à charmer le voisinage, mais cela ne résultera pas, forcément, positivement. Le système d'opinion de Crusader Kings revient et permet plus de chose dans ce 3ème opus : il est possible de former les personnalités via un système de progression qui permet de déverrouiller de nombreuses capacités au fur et à mesure du temps. Par exemple, les premières générations peuvent être axés sur l'aspect militaire (avec une efficacité améliorée pour les unités d'infanterie). Derrière, les générations suivantes se centrèrent sur la diplomatie permettant de mieux aborder les guerres si les négociations tournaient mal.

Crusader Kings IIICrusader Kings III

Niveau religion, il semblerait que ce côté-là du jeu fut aussi retravaillé avec de nouvelles façons d'incorporer la foi au sein du régime. L'innovation majeure réside dans le nombre des options ajoutées lors de la création d'une religion : utiliser la ferveur à votre avantage peut permettre l'agrandissement du royaume. Combattre les hérétiques est une autre façon d'augmenter la foi de votre peuple (et se porte bien au nom du jeu), mais il est également possible de créer sa propre religion afin de partager la foi pour créer une unité nationale : les possibilités sembles infinies.

Crusader Kings IIICrusader Kings III

La date de départ n'est plus celle de la première version commercialisée de Crusader King 2. En effet, l'action commence avant 1066 et la conquête de l'Angleterre par les Normands. Plusieurs endroits peuvent être choisis, accompagnées par des textes explicatifs suggérant les situations probables me régent aura à faire face. La difficulté de Crusader Kings III réside dans le degré de précarité dans lequel le joueur se situe : être attaqué et encerclé par de puissants voisins peut être synonyme de défaite. Néanmoins, tout le fun n'existe pas seulement dans les attaques mais dans l'unicité de chaque situation. Comme son prédécesseur, ce nouvel opus brille par son jeu de rôle et son côté sandbox pour créer des moments sur-mesure qui n'aurait pu arriver à personne d'autres. Ce n'est pas la destination qui compte, mais tout le périple pour y arriver.

En se basant sur la douzaine d'heure jouée, il est légitime de penser que la version du jeu fournie par Paradox s'approche de son état final. Le troisième titre du studio perpétue les traditions de son ancêtre, tout en rendant le jeu plus accessible et plus lisibles que ses aînés ont pu l'être par le passé. Malgré l'absence de certaines fonctionnalités comme l'inventaire ou le système d'échange, le package testé se concentrait sur la création de dramas et l'écriture des personnages, et en même temps sur la mécanique de succession et de création de la dynastie.

Globalement, la première bouchée de Crusader Kings III a été préparée avec amour par les développeurs de Paradox. L'appétit vient en mangeant et il nous tarde d'attendre l'arrivée de Crusader Kings le 1er septembre, disponible sur PC, afin de le dévorer tout cru.

Crusader Kings III
Crusader Kings IIICrusader Kings IIICrusader Kings III

Sur le même sujet

Crusader Kings III

Crusader Kings III

PREVIEW. Written by Mike Holmes

Le titre de Paradox innove peu, mais reste efficace, que ce soit pour néophytes ou stratèges aguerris.



Chargez le contenu suivant


Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.