Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.

Français
Gamereactor France
previews
Warhammer: Chaosbane

Warhammer: Chaosbane

Nous avons plongé dans les profondeurs du premier Action-RPG de l'univers Warhammer Fantasy.

Imaginez la scène : deux nains se tiennent debout autour d'une table, penchés sur leurs pioches, tandis qu'ils contemplent les vastes plans qui s'étendent sur la table devant eux. Le système d'égout qu'ils construisent sous la ville de Nuln sera le plus cossu et le mieux construit du monde. Des égouts dignes d'un roi, assez spacieux pour des escapades agréables et doté d'assez de fonctionnalités sophistiquées pour que tous les ducs et les duchesses soient jaloux de ce système. Et c'est une bonne que les nains, appelons-les Nigel et Ian, ont consacré autant de temps et d'efforts à la construction de ce dédale de couloir et d'allées piétonnes : car c'est là que vous allez devoir tuer les hordes de sbires qui vivent dans les entrailles de la ville.

Globalement, Chaosbane est un Diablo qui se situe dans l'univers de Warhammer. Il y a eu un certain nombre de jeux de rôle tels que celui-ci qui, au fil des années, qui se sont assis sur le trône vide du genre, en attendant le retour d'un opus de Diablo. Eko Software a pourtant mis toutes son âme dans ce projet pour rivaliser avec la licence de Blizzard. Si Warhammer: Chaosbane se révèle être excellent, nous pourrions avoir là un sérieux concurrent, doté d'un lore et d'une communauté déjà riche.

Nous n'avons joué que quelques heures au tout début du jeu. Nous ne pouvons donc pas vous parler de la qualité du produit dans son ensemble, mais nous pouvons dire que les premiers signes sont encourageants avec cette version beta. Chaosbane semble être un effort très respectable pour nous donner une expérience Diabloesque. De plus, grâce à l'atmosphère créée par les récits et l'écriture des personnages, c'est un véritable effort soutenu par Games Workshop (pour être précis, la société spécialisée dans la vente de JdR sur table semble avoir beaucoup travaillé et échangé avec les développeurs, alors ce n'est pas surprenant).

Warhammer: ChaosbaneWarhammer: Chaosbane

Le jeu est également très amusant : nous avons échantillonné beaucoup de parties en solo, ainsi que quelques parties en mode multijoueur local. Nous nous sommes même lancés dans des batailles en ligne avec un trio d'étrangers (après avoir vaincu les problèmes techniques). Bien que cet opus n'invente rien de nouveau en termes de gameplay ou de mécaniques, c'est un action-RPG solide, qui offre des moments vraiment satisfaisants tout en faisant bon usage de la licence Warhammer Fantasy.

Nous avons passé la majeure partie de notre temps à jouer avec un elfe portant une magie arrogante appelée Elontir. Au cours du premier chapitre, nous avons pu améliorer nos capacités magiques dans une mesure décente, transformant notre héros pompeux en un imbécile explosif, qui incinère ses ennemis sur le champ de bataille. Très rapidement, nous avons eu une série de capacités correspondant à tous les contrôles du DualShock 4 avec lequel nous jouions. Grâce à ces capacités, nous avons pu nous transporter sur de courtes distances, écraser nos ennemis avec des boules de feu, les assommer, appelé la foudre du ciel et réduit en poussière nos adversaires.

Ensuite, il y avait la classe de mêlée, votre soldat impérial standard est plus concentré sur le jeu au corps à corps et sur quelques sorts magiques. C'est un peu plus bourrin et moins stratégique : vous foncez, vous tapez, vous reculez, vous tapez, vous rec... vous avez compris. Toutefois, le gameplay n'est pas aussi stupide que l'on peut le décrire, nous avons pu concevoir des tactiques à la volée, en mélangeant nos attaques de manière intelligente. Jouer seul veut aussi dire être parfois submergé et à court de santé, et là on regrette l'absence d'un ami pour nous relever.

Warhammer: ChaosbaneWarhammer: Chaosbane

Nous n'avons vu qu'un nombre limité de types d'ennemis. Bien que nous ayons hâte d'en voir d'autres, ceux qui figuraient dans la version beta semblaient s'accorder parfaitement (avec l'environnement mais aussi le scénario). Après un certain temps, il y a des pics de difficulté avec des ennemis capables de vous bloquer et d'infliger de gros dégâts par la suite. Toutefois, bien que ce changement de rythme soit bien accueilli, ces obstacles ne prennent pas trop de temps à être surmonté.

Nous nous sommes moqués du système d'égout complexe au début de l'article, mais c'était vraiment affectueux. Il y a de bonnes idées dans la conception de l'environnement et dans son design. Une section nous a poussées à travers des allées sinueuses lorsque nous recherchions un chef de secte. Une autre fois, nous étions en train de descendre plus profondément sous terre, ce qui signifiait une descente en spirale au travers d'une série de petites salles. Néanmoins, les diverses architectures du lieu ont commencé à se ressembler au bout d'un moment. Il ne reste plus qu'à espérer avoir un peu plus de variété au-delà de l'Acte 1.

Le mouvement des personnages n'est pas le plus nuancé que nous ayons jamais rencontré, et le positionnement de la caméra était loin d'être parfait. Et puis, il y a le butin : il y en a trop. Nous aimons ramasser de nouveaux équipements en explorant les donjons, mais après quelque temps à jouer, notre inventaire déborder de stuff inutile, obsolète. Au moins, Eko Software utilise un système de code de couleurs éprouvé pour le matériel qui rend facile la comparaison avec les statistiques. Cela dit, il pourrait être rationalisé davantage en modifiant légèrement les taux de drop de certains items.

Le début de Warhammer: Chaosbane est actuellement disponible pour ceux qui veulent passer une pré-commande. Jusqu'au 13 mars, les lève-tôt pourront essayer le premier acte du jeu pour eux-mêmes dans le cadre de la bêta fermée. Ensuite, il faudra attendre sur PC, PS4 et Xbox One le début du mois de juin (ou à la fin du mois de mai si vous commandez l'édition Magnus). Après avoir joué ce premier chapitre, nous sommes plus que jamais enthousiastes à l'idée d'un jeu d'action-RPG dans l'univers de Warhammer. Nos impressions sont globalement positives : il ne reste plus qu'à voir ce que le jeu nous réserve pour la suite.