Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.

Français
Première page
articlesler

Imaginez un peu les possibilités d'un partenariat Microsoft/Nintendo...

Pourtant concurrent, ces deux sociétés pourraient éventuellement devenir les meilleurs amis du monde.

  • La rédactionLa rédaction

Y a-t-il de l'amour dans l'air après des années de guerre ? Il semblerait bien que Microsoft et Nintendo ont désormais des liens plus étroits que ce qui est habituel entre concurrents du secteur des consoles.

Tout a commencé avec Minecraft

Il ne fait aucun doute que Minecraft et, en tant que nouveaux propriétaires des studios Mojang et de Minecraft, Microsoft a hérité d'une stratégie multiplate-forme qu'il ne fallait absolument pas abandonner. Au lieu de cela, il a été étendu et, grâce à des collaborations sous forme de bundles de console, les bases d'une relation ont pu être posées. C'est peut-être inattendu, mais à bien des égards, l'énorme impact de Minecraft sur les résultats fiscaux de Microsoft a ouvert la voie à un futur intéressant pour les joueurs : les créateurs de la Xbox ne se soucient pas vraiment de l'endroit où vous jouez à vos jeux.

Crossplay et xCloud ?

Un autre domaine dans lequel Nintendo et Microsoft veulent s'étendre, c'est le multijoueur multiplateforme. Tandis que Sony reste en grande partie sur la touche, Nintendo et Microsoft ont été heureux d'échanger les détails nécessaires pour ouvrir leurs cross plateformes. Pour des sociétés proposant un abonnement pour le jeu en ligne, avoir le plus de joueurs possible est synonyme de réussite. C'est pour cela que Microsoft avait annoncé qu'il élargirait son offre Xbox Live à de nouvelles plates-formes, notamment mobile et Nintendo Switch. Le plan à long terme est sans doute que la société pourrait mettre à disposition son service de streaming en cloud (xCloud) à disposition de ces plateformes également.

Il est facile de comprendre pourquoi il serait intéressant pour Nintendo d'obtenir des jeux de haute qualité sur Nintendo Switch, car le bel appareil lui-même n'est pas aussi performant que la PS4 et la Xbox One et encore moins que leurs prochains successeurs. Au Japon, Nintendo et des tiers ont déjà utilisé des versions cloud de jeux comme Resident Evil 7 et Assassin's Creed Odyssey. Est-ce très différent si Halo Infinite et Gears 5 sont disponibles ? Microsoft souhaite étendre la portée de son Xbox Game Pass. Lancer ce que l'on appelle "le Netflix du jeu" à portée de 50 millions d'appareils, c'est se préparer à l'échec. Pour générer un bénéfice, ce service doit toucher au moins une centaines de millions de personnes. Les appareils mobiles, la Switch, les ordinateurs de bureau, les ordinateurs portables et, éventuellement, les téléviseurs eux-mêmes sont donc des cibles potentielles.

Pour Nintendo, l'avantage, c'est qu'ils pourraient élargir leur communauté pour vendre leurs consoles et leurs périphériques (rappelez-vous, Nintendo ne perd rien de ce qu'ils vendent, contrairement à ses concurrents sur console). Cependant, il faudrait présumer qu'un abonnement Nintendo Switch Online serait une condition préalable à l'utilisation du Xbox Game Pass sur Nintendo Switch. Il est difficile d'imaginer que Nintendo se heurterait volontiers à une situation aussi dommageable, sachant que c'est ce critère qui a empêché Netflix de débarquer sur la console hybride de BigN (même si Netflix est un concurrent pour le temps du consommateur plutôt que pour ses dépenses en jeux).

Le Xbox Game Pass pourrait-il aider Nintendo à fidéliser les utilisateurs de Switch lors d'une transition problématique (nous attendons vraiment de Nintendo qu'il se prépare à passer à la troisième génération, malgré le grand succès que connaît la Switch). Cela pourrait certainement être la clé de ce qui a été une stratégie très viable dans le passé avec les consoles de poche Nintendo.

Crossovers et Caméos

Nous sommes peut-être à quelques années du scénario de diffusion du Xbox Game Pass sur Nintendo Switch, mais entre-temps, de nombreuses possibilités de collaboration permettent de tâter les eaux troubles de ce partenariat. Mais également, et c'est le plus important, de jauger les réactions des fans des deux côtés de la rive. Certaines rumeurs évoquent que des personnages comme Banjo pourrait débarquer dans Super Smash Bros. Ultimate (peut-être même le Master Chief). D'autres rappellent que Microsoft possède désormais une plus grande écurie d'équipes de développement, et que certains de ces prochains jeux pourraient voir le jour sur la plate-forme de Nintendo. Cela dit, l'inverse est également possible : Serait-il impensable de voir des classiques de la NES ou de la SNES sur le Xbox Game Pass ? Nintendo devrait vraiment chercher à utiliser sa bibliothèque de titres classiques mieux qu'elle ne le fait aujourd'hui : il reste de l'argent sur la table.

Un avenir partagé ?

Il n'y a pas beaucoup de concurrence et, en collaborant, les deux sociétés pourraient potentiellement dominer un marché que Sony a dirigé avec la dernière génération. Cependant, la seule façon possible de le faire aujourd'hui serait de prendre le contrôle de Microsoft. C'est certainement tentant pour la société Redmond, mais il y a une chose que Microsoft sait : elle doit fonder son avenir sur des accords. Après tout, ce ne sont pas ces consoles, mais bien ces licences, son savoir-faire et ses traditions qui font de Nintendo ce qu'elle est. Maintes et maintes fois, Microsoft n'a pas réussi à établir un lien significatif avec le marché japonais et les développeurs japonais. Peut-être est-il plus logique de travailler main dans la main avec un concurrent pour y arriver ?

Dans un avenir où le contenu sera probablement la clé du succès, il n'est pas impossible pour Nintendo de se transformer en une société semblable à Disney, où, au lieu de risquer à échouer, il est plus profitable de développer son portefeuille en achetant des entreprises. C'est un avenir que Microsoft voit sans doute comme probable : avec leur stratégie Xbox Live/Xbox Game Pass/xCloud, ils ont besoin d'attirer un contenu de premier ordre afin d'atteindre une masse suplémentaire et s'imposer véritablement comme "le Netflix des jeux vidéo." La première étape a peut-être été de racheter des sociétés comme Obsidian, InXile et Ninja Theory. Mais, un jour, ils voudront un contenu encore plus important pour générer des abonnements sur une multitude de plates-formes hébergeant leurs jeux.

Chargez le contenu suivant