Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.

Français
Première page
previews
Dragon Ball Z: Kakarot

Dragon Ball Z: Kakarot - La prise en main

Nous avons voyagé jusqu'à Stockholm pour profiter de 3 heures de gameplay du nouveau RPG Dragon Ball Z.

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonces

Cela commence à faire un moment, depuis les années 80 environ, qu'Akira Toriyama a créé Son Goku et ses amis. Depuis, Dragon Ball reste une référence dans l'univers de la pop culture, grâce aux nombreux films et surtout à la série Dragon Ball Super grâce auxquels la franchise connaît une période de renaissance ces dernières années. Ce qui a ramené de nouveaux fans mais a aussi et surtout ravivé la flamme des anciens.

Dragon Ball et les jeux vidéos ont marché main dans la main depuis la création de la franchise, avec plus de 70 jeux à son actif, de la NES à nos consoles next gen. Les titres récents se sont concentrés sur la création de nouvelles histoires, comme Dragon Ball Xenoverse, ou sur la sortie de jeux de combat comme l'excellent Dragon Ball FighterZ. Néanmoins, cela commence à faire un moment que nous n'avons pas joué à un jeu racontant l'histoire originale. C'est ce que cherche à faire Bandai Namco avec la sortie de Dragon Ball Z: Kakarot au début de l'année prochaine, un nouveau jeu dans lequel vous (re-)vivez l'histoire de Goku.

L'aspect le plus original de Dragon Ball Z: Kakarot reste sûrement son style RPG. Même s'il reste un jeu de combat, ce n'est pas son genre premier. Vous trouverez donc un jeu en monde ouvert, où vous pouvez voyager à travers toute la carte pour trouver des quêtes secondaires ou principales. Le scénario reste très fidèle à l'histoire de Dragon Ball Z, mais certains détails sont expliqués, et cela saura ravir les nouveaux comme les anciens fans.

Le jeu cherche à ce que les nouveaux fans ne soient pas complètement perdus dans ce vaste univers. Si vous êtes curieux, mais que vous ne souhaitez pas vous coltiner un animé de plusieurs centaines d'épisodes ou encore lire 42 tomes du manga, ce jeu peut vous intéresser et vous devriez y porter votre attention. Ici, toute l'histoire de Dragon Ball Z vous sera racontée, de l'apparition du fils de Goku, Son Gohan qui se passe juste avant l'attaque des Sayans, jusqu'à l'affrontement contre Majin Buu. On ne peut pas encore vous dire le temps qu'il vous faudra pour terminer le jeu, mais pour ceux qui sont familiers avec l'histoire, on a réussi à atteindre la bataille contre Nappa et Vegeta en jouant 3h à la démo (avec 15 minutes de plus on aurait pu assister à la scène légendaire de Vegeta qui crie "It's over 9000!"). Mais on peut vous garantir que le jeu vous occupera pendant au moins 25 à 30 heures de gameplay passionnant. Cela dépend bien sûr du temps que vous passerez dans les activités annexes qui sont proposées.

Dragon Ball Z: Kakarot

En parlant de missions secondaires, Bandai Namco nous a dit qu'Akira Toriyama a participé lui-même à la création de nouveau contenu et de personnages, ce qui est une excellente nouvelle pour les fans. Ne vous attendez cependant à rien de bien fou. Les quêtes secondaires consistent dans la majeure partie du temps à aider un ami à terrasser quelqu'un ou quelque chose. Quelques missions secondaires vous donnent cependant des indices sur le scénario suivant, et, quelques fois, ajoutent un contexte supplémentaire à l'histoire principale. Ce n'est rien de bien folichon, mais ça rajoute un petit quelque chose. Mises à part les quêtes optionnelles, vous pouvez vous battre avec des monstres sauvages, de méchants robots voire même prendre d'assaut la base du Ruban Rouge. Il vous arrivera même de tomber sur des ennemis avec un niveau plus haut que la normale, et si vous choisissez de les combattre, d'autres ennemis de plus en plus forts pointeront le bout de leur nez.

Le jeu ajoute aussi quelques activités, comme la cuisine ou la pêche par exemple. Cette dernière contient une petite touche d'humour si vous jouez Goku. Les fans de la première série du manga (Dragon Ball, pas Dragon Ball Z) se rappelleront sûrement comment Goku utilisait sa queue pour pêcher quand il était enfant, une pratique qu'il essaie d'apprendre à son propre fils. Mais vu que Goku n'a plus sa queue, comment peut-il apprendre à Gohan à pêcher ? Grâce à Bulma qui lui a confectionné une toute nouvelle queue synthétique bien-sûr ! Alors, oui, c'est bizarre et complètement absurde, mais difficile de se retenir de rire quand le corps musclé de Goku plonge sa queue dans l'eau et remue son derrière devant un poisson de la taille d'un Léviathan.

Le jeu se situe dans un univers en mode ouvert, où vous pouvez voler par vous même ou voyager en utilisant un véhicule (comme le nuage magique de Goku). Il n'y a rien de surprenant en ce qui concerne la mécanique de monde ouvert ou la montée de niveau. Mais tout de même, on n'a pas vu les 3 heures passer. Bien au contraire, l'introduction du monde ouvert et du style RPG est un véritable renouveau pour un jeu Dragon Ball. C'est vraiment amusant d'explorer les différentes zones créées par Toriyama, attendez-vous donc à toute sorte de choses bizarres et créatives. A première vue, le monde peut sembler vide, mais vous aurez toujours une activité à découvrir.

Dragon Ball Z: Kakarot

Le gros point fort de Dragon Ball Z: Kakarot est que c'est un jeu Dragon Ball. Si vous avez des souvenirs de l'animé original, vous n'aurez pas besoin d'autres choses que l'écran du menu ainsi que de son thème "Cha-La Head Cha-La" à fond dans les oreilles pour vous combler de bonheur et profiter au maximum. Retrouver l'histoire originale ainsi que les personnages de notre enfance est un réel plaisir, et même si vous savez ce qu'il va se passer vous aurez toujours cette envie de jouer un petit peu plus pour revoir votre moment favori.

Le style visuel a été pensé pour faire ressortir tout le talent de Toriyama, même si le moteur graphique utilisé ici semble être le même que Bandai Namco utilise pour tous ses jeux d'animation. Mais cela ne pose aucun problème, puisque Dragon Quest XI nous a démontré que ce moteur graphique fonctionne parfaitement bien avec le style d'Akira Toriyama. Le jeu fonctionne très bien et est parfaitement fluide, sans aucun problème à relever. Les cinématiques pleines d'action ne font que renforcer cette impression.

Dragon Ball Z: KakarotDragon Ball Z: Kakarot
Dragon Ball Z: KakarotDragon Ball Z: KakarotDragon Ball Z: Kakarot

En ce qui concerne les bases, Dragon Ball restera fidèle à lui même à propos d'une chose, des combats aériens entre des guerriers puissants et beaucoup trop rapides pour l'oeil humain. Ce terrain est bien connu de Bandai Namco, et le jeu ne semble pas s'écarter de cette route si bien connue. Vous vous battrez la plupart du temps dans les airs, avec un bouton dédié à l'attaque, au blocage, à l'esquive et aux projectiles qui consomment votre 'Ki'. En restant appuyé sur le bouton gauche de la croix directionnelle, vous aurez accès aux attaques spéciales que vous obtiendrez au cours de votre aventure. Pendant l'histoire, vous aurez aussi des alliés à qui vous pourrez donner des ordres à l'aide de la flèche de droite. Le système est assez facile à prendre en main, mais il faut quand-même vous pencher un peu dessus, et utiliser les bonnes attaques au bon moment est capital pour les combats contre des boss.

C'est un jeu qui est peut-être passé inaperçu pendant cette année où d'autres titres importants ont été annoncés, mais Dragon Ball Z: Kakarot débarque bel et bien en janvier prochain. Il a le potentiel d'être le jeu parfait pour les nouveaux et les anciens fans de la série, par son histoire, et son monde ouvert le rend beaucoup plus accessible qu'un simple jeu de combat sans histoire. Les anciens fans comme nous peuvent s'attendre à d'heureuses retrouvailles, à tel point que pendant le chemin du retour, on se demandait où on avait bien pu ranger la boîte contenant tous les tomes du manga.

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonces

Sur le même sujet



Chargez le contenu suivant