Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.

Français
Première page
articlesler
Crusader Kings II

Crusader Kings II, le meilleur jeu de stratégie de la décennie

Un jeu qui aura marqué les années 2010', indéniablement.

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonces

La chose qui frappe le plus quand on joue à Crusader Kings II doit sûrement être la difficulté d'avoir enfin un pays qui fonctionne normalement. Paradox se sont fait un nom dans la création de jeux compliqués et CK2 n'est pas différent. Juste apprendre les bases prend des heures et des heures, et même après avoir passé un long moment sur le jeu, on continue d'apprendre des choses, et surtout on continue de s'arracher les cheveux lorsqu'on parle de la succession qui, comme dans la réalité, est une réelle plaie pour le dirigeant au pouvoir.

Sur le papier, Crusader Kings II est assez similaire aux autres jeux de Paradox, comme Europa Universalis IV et Hearts of Iron. Néanmoins, si on regarde un peu plus en détails, on se rend compte que ce jeu en a assez dans le ventre pour survivre des années durant. Mais pas que, CK a été si populaire qu'il a permis à Paradox de se faire sa place dans l'industrie du jeu vidéo.

La version Vanilla du jeu est assez complète, avec une carte de l'Europe médiévale remplie de rois, ducs, et nobles de rangs mineurs. Tout le monde est jouable (si vous avez tous les DLC), mais jouer un duc à la périphérie du monde connu sera bien plus difficile que de jouer l'empereur du Saint Empire Romain Germanique ou d'unifier les îles Britanniques. Le jeu commence en 1066, même si on peut remonter plus loin dans le temps grâce aux différentes extensions de ces dernières années.

Développé à partir du moteur maison Clausewitz, le jeu est assez similaire aux autres titres du studio, et inévitablement le but reste le même : diriger votre dynastie dans la gloire ou la ruine. La différence avec Crusader Kings II est que la ruine est par moment plus glorieuse que le succès, et la capacité du jeu à créer des anecdotes sur votre partie est un réel plaisir. Il nous est tous arrivé quelque chose qu'on n'a pu s'empêcher de raconter à ses amis (même si eux, ne jouent pas à CK2).

Crusader Kings II

Crusader Kings II est un bac à sable géant rempli de personnages, qui sont tous liés entre eux par leurs relations, voire même par leur sang. Tout le monde pense quelque chose des autres, et il faut toujours prendre en compte les relations et le rang de quelqu'un lorsqu'il vous faut choisir qui marier ou de qui vous entourer. La plupart du temps vous allez vous en moquer, et vous allez poursuivre votre dessein de conquête, mais le destin vous rattrapera, pour vous faire comprendre que tout est connecté et que les intrigues de châteaux ne sont souvent pas loin, et c'est cela le pouvoir : rien n'est jamais fait par hasard.

Vous passerez la majeure partie de votre temps à essayer de revendiquer le territoire de votre rival, vous construirez votre plan machiavélique pièce par pièce afin d'agrandir votre pouvoir. Votre but principal est bien sûr d'accroître votre influence dans le monde, mais ce système basé sur des personnages fait en sorte que vous vous attachiez au chef de votre famille, et votre dynastie va devenir une réelle obsession. Crusader Kings II est un véritable jeu de stratégie, mais on peut observer une dimension un peu plus role play qu'on ne retrouve pas dans un Civilization ou un Total War.

Crusader Kings IICrusader Kings II

Les interactions que vous avez avec les autres personnages est sans nul doute ce qui fait le succès du jeu depuis sa sortie en 2012. Chaque individu possède son caractère avec des traits qui vont définir ses actions, et cela est particulièrement important lorsque vous voudrez vous marier. Ces traits influent aussi sur votre capacité à faire la guerre ou à vous faire de l'argent. Il est bien plus facile de diriger avec un monarque qui possède de bons traits qu'un total incompétent ! Contrôler une grande partie de la carte avec le second fils complètement débile car le premier fils est mort dans des circonstances suspectes - c'est pas vraiment si facile.

Grâce à ce système de personnalité, le jeu jouit d'une longévité remarquable, et même si la communauté se plaint des nombreuses extensions payantes, on peut remercier Paradox pour avoir supporté le jeu si longtemps. Toutes les extensions ne sont pas si bien, et certaines d'entres elles ont eu un impact négatif sur le jeu, mais pour la plupart, c'était vraiment un plaisir d'y jouer et surtout on avait une raison pour recommencer une nouvelle partie avec une nouvelle dynastie.

En plus d'avoir remonté le temps jusqu'à l'époque de Charlemagne, le jeu a aussi agrandi ses frontières, avec l'ajout de nouveaux territoires. Grâce à des extensions ajoutant du contenu, les joueurs ont pu en apprendre plus sur l'histoire de l'Espagne jusqu'aux steppes, et même sur l'Inde. On a vraiment aimé le fait de pouvoir continuer notre partie sur Europa Universalis IV (la suite directe de CK2), même si on n'a pas vraiment eu la foi de terminer une partie entière.

Avec Crusader Kings III en production, son prédécesseur est voué à être jeté en pâture. Ses os sont par ailleurs disponibles gratuitement sur steam, et il y a toute sorte d'extensions à essayer si l'envie vous prend. Bon, il vous faudra apprendre toutes les mécaniques d'intrigues, gérer votre fortune et bien d'autres fonctionnalités, mais pour ceux qui n'ont pas peur de la complexité, lancez-vous : une expérience unique de monarque vous attend.

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonces
Crusader Kings IICrusader Kings IICrusader Kings II

Sur le même sujet



Chargez le contenu suivant