Gamereactor Close White
Connexion membre






Mot de passe oublié?
Je ne suis pas un membre, mais j´en veux bien

Ou connectez-vous avec un compte Facebook
Gamereactor France
articlesler
God of War

Rétro 2018 : God of War, notre jeu de l'année

L'exclusivité PlayStation 4 est une merveille. Une expérience encore plus appréciable selon nous que celle proposée par Red Dead Redemption 2...

  • Auteur: La Rédaction
Facebook
TwitterReddit
God of War

C'est en 2016 que nous avons eu droit au premier aperçu du nouveau Kratos, lequel sera dévoilé dans la quatrième entrée de la saga God of War (ou cinquième si vous incluez Ascension). Au fur et à mesure des trailers, nous avons découvert qu'il ne s'agissait pas seulement d'un Kratos nouvellement barbu de retour pour s'occuper d'encore plus de dieux, mais plutôt de son histoire en tant que père. Une annonce qui a pu en surprendre plus d'un, car le Spartiate furieux est loin de représenter à première vue une figure paternelle digne de ce nom ; les doutes disparaissent une fois le jeu lancé !

D'une certaine manière, le titre est plus centré sur son fils Atreus que Kratos lui-même. Dès le début, cette dynamique est explorée de manière intéressante, et on ne cache pas notre plaisir de voit le père et le fils échanger et interagir. La paternité et l'éducation d'un enfant est un challenge que Kratos a du mal à gérer, car cela ne peut être résolu par la violence comme il en a l'habitude. Vous pouvez tenter d'imposer votre autorité à votre fils, cela ne veut pas dire qu'il l'acceptera forcement.

Kratos et Atreus sont les vedettes centrales de cette nouvelle expérience, mais ils se rencontreront, ou combattront, des adversaires tenaces. Nous citerons comme exemple la sorcière Freya, dont nous ferons rapidement la connaissance, mais l'intégralité du casting sert pleinement le ton et la saveur du titre. Nous croiserons même le légendaire Jörmungandr, mais gardez à l'esprit que toutes les entités de la mythologie nordique présentent ne seront pas ravis de vous voir.

Fort heureusement, Kratos peut toujours appliquer sa philosophie : régler l'hostilité par encore davantage d'hostilité. Vous pouvez arracher les membres des ennemis ou les battre jusqu'à en faire de la pulpe comme vous pouvez vous y attendre avec un God of War. A l'exception toutefois qu'ici, l'élément clé de ces joutes est votre hache Leviathan. Son attrait est qu'elle peut être utilisée comme une arme de jet et être rappelée dans votre main de manière très aisée.

Pour notre plus grand plaisir, les combats sont toujours aussi brutaux et violents, ce qui peut être encore plus amplifié par les améliorations. Les Runes délivreront de nouvelles compétences (actives ou passives) tandis que de nouvelles techniques peuvent être débloquées dans l'arbre de compétences. Votre équipement pourra être aussi amélioré tout au long de votre voyage et de nouvelles pièces d'armure pourront être achetées. Cela donne une motivation supplémentaire à vos explorations, afin de rendre Kratos le plus puissant possible, mais aussi Atreus tant qu'à faire.

Le jeune enfant est bien plus qu'un simple prétexte narratif puisqu'il est parfaitement intégré aux mécaniques. Ses flèches peuvent étourdir les ennemis pour permettre des attaques violentes, mais il peut aussi alerter son père des dangers. En plus de cela, il peut également parfois maitriser certains ennemis pour faciliter la tâche à Kratos. Dans ces moments périlleux, le jeune garçon se montre aussi beaucoup plus humoristique que le laconique Spartiate, ce qui offre un sympathique contraste au charmant duo.

God of War

Quand on parle d'exclusivité Sony, on peut toujours s'attendre à un régal visuel, ce que prouve une nouvelle fois cet opus de God of War. Des plaines enneigées aux bois verdoyants, les environnements sont riches et détaillés, sans mentionner la taille qui est juste époustouflante. Le titre arrive véritablement à convoyer la sensation d'être sur des terres d'une mythologie pour un voyage épique.

Mais au-delà de la beauté visuelle, il faut aussi relever les prouesses techniques, que ce soit à travers la caméra ou la fluidité de l'expérience. Le titre donne et prend intelligemment le contrôle pour servir l'action. Cela passe par des transitions de cutscenes à l'action et inversement sans chargement, ce qui est assez impressionnant quand on voit la qualité, et donc le poids, de ces séquences. Nous n'avions jamais observé cela dans une production de cette taille auparavant...

Il y beaucoup d'éléments qui font de God of War le jeu de l'année, mais ce qui nous a réellement émerveillé, c'est comment tout cela fonctionne ensemble pour ne faire qu'un. Tout est minutieusement et volontairement conçu pour façonner un voyage qui dépeint Kratos sous un jour nouveau. Que vous soyez un nouveau venu dans la saga ou un inconditionnel du héros spartiate, il y a beaucoup de choses qui pourront vous séduire ici...