Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.

Français
Première page
tests
We. the Revolution

We. the Revolution

Faites les bons choix ou bien les têtes tomberont.

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonces

Peu de jeux se sont aventurés dans l'ère de la Révolution Française. Une période historique turbulente en France (et en Europe) marquée par une révolte brutale et par des exécutions à la chaîne. C'est exactement l'atmosphère que We. The Revolution, développé par Polyslash, retransmet. Le titre vient de sortir sur consoles et nous l'avons testé sur Switch.

Tout comma la période qu'il propose d'explorer, We. The Revolution est incroyablement sombre. Vous incarnez un juge qui décide de qui vit et qui meurt et comme on peut l'attendre d'un jeu de nos jours, cela mène a des choix moraux qui affecteront ensuite le scénario. Si vous choisissez de punir sévèrement un révolutionnaire, vous serez ensuite dans le collimateur de ces derniers. Ce qui pourrait entrainer, par exemple, une tentative d'assassinat (un peu à la manière de Democracy 3).

Le cœur de We. The Revolution réside donc dans l'équilibre. L'équilibre non seulement entre les différentes faction qui se disputent le paysage politique mais aussi dans votre famille. Lorsque vous rentrez chez vous chaque soir, vous choisissez avec qui vous souhaitez passer du temps, ce qui peut ensuite avoir un impact positif ou négatif sur votre relation avec votre père, votre femme ou vos enfants. Les membres de la famille heureux débloquent des bonus in-game mais il faut faire attention à ne délaisser personne.

Mais la majorité du jeu se passe au tribunal, où vous devrez prendre des décisions. Il y a énormément d'éléments à prendre en compte et ils vous sont un peu jetés à la figure via des menus peu clairs et des tutoriels saturés de texte. Ce qu'il faut comprendre, c'est que tout repose sur l'étude des dossiers et l'interrogation intelligente des suspects pour ensuite prendre les bonnes décisions. Le tout n'est certes pas aussi profond que cela aurait pu l'être (nous sommes bien loin de Phoenix Wright) mais chaque affaire a ses propres caractéristiques et détail.

We. the RevolutionWe. the Revolution
We. the Revolution

Le choix des sentences se fait très souvent en fonction de vos propres priorités. Et si cet homme, clairement coupable, que vous venez d'envoyer à la guillotine allait ruiner votre relation avec une faction ? Que faire si quelqu'un est clairement coupable mais que le jury le déclare innocent ? Que dire à un criminel qui admet son crime mais dont les raisons sont légitimes ? Voilà le genre de questions que vous devrez vous poser et surtout auxquelles vous devrez répondre.

Au fur et à mesure que le jeu avance, nous sommes de plus en plus souvent amenés à sortir du tribunal pour faire d'autres choses. Par exemple, nous avons été convié à une exécution pour y tenir un discours (il faut d'ailleurs faire attention aux mots employés pour caresser la foule dans le sens du poil), ou bien avons été convoqué pour mener une bataille. Certains de ces "évènements" paraissent un peu hors-sujet étant donné le genre du titre mais la plupart ont tout de même des enjeux. Le jeu ne cesse de vous rappeler que vos décisions impactent Paris et le cours même de l'Histoire.

Le contenu des affaires va de l'agression sexuelle à du simple vandalisme. Il est intéressant de voir la manière dont la mentalité de la période influe sur la compréhension des évènements. Chaque cas n'existe pas seul et c'est uniquement en écoutant l'opinion du jury que vous comprenez comment une affaire s'inscrit dans la grande fresque de la révolution. Un violeur n'est pas qu'un violeur si il est aussi un héros révolutionnaire et cela fera pencher l'opinion des jurys et du grand public.

We. the RevolutionWe. the Revolution

La présentation de chaque histoire manque malgré tout de substance. Le doublage était pourtant si bon dans la cinématique d'introduction, nous aurions adoré voir autant d'engagement tout le long du jeu. Mais à la place se trouvent simplement des pavés et des pavés de texte. Un peu plus de panache aurait correspondu à ce qui touche à l'histoire et à la narration, surtout vu le contraste que cela aurait eut avec les cinématique comic-like qui réussissent brillamment à traduire l'atmosphère sombre du monde.

Malgré la sortie PC un peu plus tôt cette année, nous avons tout de même rencontré quelques bugs : impossible de sortir d'un menu option ou bien la pause qui ne fonctionne tout simplement pas. Pas de quoi ruiner l'expérience mais ce sont tout de même des éléments importants.

Le style anguleux et polygonal du jeu rend plutôt bien même si nous sommes plus habitués à le voir sur des titres comme Banjo-Kazooie plutôt que sur des drames historiques. Le jeu manque peut être un peu de mouvement, ce qui donne parfois l'impression de regarder une vieille peinture.

We. The Revolution porte un regard amer sur l'une des périodes les plus violentes et les moins représentées de notre histoire. Il n'est pas parfait mais le tribunal et l'histoire aident à créer un monde immersif où tout repose sur vous. Des dilemmes moraux vous attendent à chaque coin de rue et nous nous demandons encore ce qu'il en aurait été si nous avions choisi un chemin différent.

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonces
We. the RevolutionWe. the RevolutionWe. the Revolution
07 Gamereactor France
7 / 10
+
Le monde sombre et immersif. Beaucoup d'histoire, des dilemmes moraux, un équilibre fragile
-
Trop de choses à l'écran, des tutoriels pas très clairs, jeu parfois fastidieux voire ennuyeux.
overall score
La moyenne de Gamereactor. Quelle note lui attribueriez vous? La moyenne est établie à partir des notes accordées par les différentes rédactions européennes de Gamereactor

Sur le même sujet

Chargez le contenu suivant