Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.

Français
Première page
tests
This is the Police 2

This is the Police 2

Jack Boyd est de retour à la tête des forces de l'ordre d'une nouvelle ville.

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonce

Nous avions beaucoup apprécié This is the Police premier du nom, la simulation policière relatant l'histoire de Jack Boyd. Un titre qui était toutefois loin d'être irréprochable, avec notamment un ton trop monotone qui en a repoussé plus d'un. Dans cette suite, le développeur a promis qu'il y aura plus de drama concernant la police ainsi qu'un gameplay plus varié. Après avoir patrouillé plusieurs heures dans les rues de cette nouvelle ville, nous sommes prêts à faire notre rapport.

Si vous aviez joué au premier volet, vous devriez vous rappeler que l'accent était surtout mis sur l'histoire. Sachez que c'est encore plus le cas ici. Jack Boyd se retrouve transféré dans la police d'un nouveau district, avec son lourd passé qui lui colle à la peau. L'histoire est racontée à travers des cutscenes dont le style artistique particulier est toujours aussi efficace. Cependant, le récit en lui-même n'est pas très engageant, voire manquant par moments de logique. Sans parler de la longueur de séquences quelques fois rébarbatives.

Tout comme son prédécesseur, This is the Police 2 est un simulateur de police propre et peaufiné. Tout ce qui concerne la station de police doit être réfléchi, et des décisions difficiles doivent être prises. Par exemple, si l'un des officiers tombe au service, ses collègues voudront lui rendre hommage en allant à ses funérailles, mais ne pourront donc plus travailler. Un élément pris en charge et qui se traduit par une pression supplémentaire sur les effectifs restants. Il faut sans cesse faire l'équilibre entre l'efficacité et l'humain. La grande majorité de l'expérience est représentée par des cutscenes, autant pour les interrogatoires, les enquêtes, les décisions stratégiques et autres actions tactiques. La plupart de ces éléments étaient déjà présents par le passé, excepté l'aspect tactique qui lui est inédit.

Ces nouveaux défis sont marqués sur la map et, contrairement aux appels normaux, vous pouvez les lancer quand vous le voulez avant la fin de la journée. Dans ces objectifs, il est important d'envoyer les bons effectifs aux compétences et équipements appropriés pour éviter un échec assuré. Le déroulement est simple : vous contrôlez vos unités dans un gameplay au tour par tour dans lequel vous devez éliminer les ennemis et remplir la tâche confiée (comme désamorcer une bombe). Chaque réussite octroiera à vos unités une amélioration de leur statut et de leurs capacités. Gardez toutefois à l'esprit que chaque personne tombée en mission l'est pour toujours...

This is the Police 2

Ces moments sont constitués de différentes mécaniques qui nécessitent des outils qu'il n'est pas toujours facile d'anticiper. Fort heureusement, il est possible d'obtenir quelques informations précieuses de la part de témoins en échange de cigarettes et boîtes de conserves.
Malheureusement, comme dans le jeu précédent, il semblerait que le sort s'acharne contre nous. Peu importe les choix effectués, le destin nous punira toujours d'une manière ou d'une autre. Certes, il est vrai que tout à des conséquences dans la vie, mais dans ce genre d'expériences nous aimerions ressentir que notre travail à eu un impact pour améliorer les choses.

A titre d'exemple, peu importe le nombre de jours de congé accordés à l'ivrogne du district, il continuera d'aller au travail en état d'ébriété et d'échouer à toutes les tâches que nous lui confierons. En plus de devoir faire face à une montagne de problèmes toujours plus importants, leur déroulement se révèle souvent un peu trop aléatoire. Trois missions peuvent survenir en même temps alors que n'avons que deux escouades à disposition. Nous avons alors ignoré celui que nous semblait le moins important pour découvrir par la suite qu'elles n'étaient en fait que de fausses alertes. Encore une fois, nous comprenons bien que cela se produit ainsi dans la réalité, mais être constamment puni pour avoir pris des décisions logiques n'est en rien agréable, et c'est un euphémisme.

This is the Police 2

Graphiquement, This is the Police 2 est très similaire à son prédécesseur. Le style dessin animé qui repose sur les contours et les couleurs fonctionne bien. La représentation des menus est excellente, tout comme la bande-son à travers les sirènes se mélangeant aux sons des radios ou l'ambiance de fond jazzy de votre bureau. Les doubleurs quant à eux font un bon travail dans la majeure partie de l'expérience. Le légendaire Jon St. John (Duke Nukem) prête une nouvelle fois sa voie notre héros, ce qui donne une dimension amusante à nos parties.

This is the Police 2 est quasiment identique au premier opus, que nous vous rappelons avoir apprécié. Mais justement, nous aurions aimé que les développeurs se penchent sur les points qui nécessitaient déjà plus de soin dans le premier épisode. A la place de cela, le studio a décidé d'ajouter de nouvelles composantes pour rendre le tout encore plus compliqué. Les cutscenes extrêmement longues rendent le rythme irrégulier et donnent envie de passer des conversations pourtant importantes. Car en réalité on a compris ce qui y était dit en 30 secondes alors certaines de ces séquences peuvent durer jusqu'à 7 minutes !

Si vous aviez apprécié son prédécesseur, vous prendrez un plaisir similaire avec cette deuxième aventure. Mais soyez prêt à retrouver les mêmes frustrations, sinon davantage...

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonce
06 Gamereactor France
6 / 10
+
Une présentation agréable, Jon St. John est bon dans la peau de Jack Boyd, Certaines mécaniques sont intéressantes...
-
Un manque de variété, Des mécaniques trop compliquées, Une histoire fatigante, Un peu trop aléatoire...
overall score
La moyenne de Gamereactor. Quelle note lui attribueriez vous? La moyenne est établie à partir des notes accordées par les différentes rédactions européennes de Gamereactor