Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.

Français
Première page
tests
Terminator: Resistance

Terminator: Resistance

Nous avons combattu contre les machines dans le dernier jeu de l'univers Terminator. Verdict mitigé...

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonces

Dans la suite de Judgment Day, la machine connue sous le nom de Skynet combat toujours avec les restes de l'humanité dans ce qu'il reste de Los Angeles. Dans Terminator : Resistance, vous incarnez le soldat Jacob Rivers, dernier membre d'une escouade faisant partie de la résistance de John Connor, qui combat avec d'autres survivants contre les machines. C'est une aventure en première personne qui sert de prélude aux deux premiers films Terminator, et l'histoire du jeu nous amène directement au début des deux films.

Les deux premiers films de la saga occupent encore aujourd'hui une place importante dans le cœur des fans, et ont fait naître nombre de jeux dans les années qui ont suivies, malheureusement presque aucun ne fut mémorable. De ce fait, Terminator : Resistance porte ce poids aussi, dans les sens où c'est un bon jeu, mais pas non plus un excellent. Pour être franc dès le début, nous nous sommes amusés à exterminer des machines dans l'univers de Terminator, mais nous ne pouvons pas nous empêcher de penser que c'est une occasion manquée.

Tout juste revenu d'une mission d'infiltration, Jacob Rivers court à travers la rue en évitant des tirs de plasma. Durant cette introduction tuto, les gens autour de lui tombent comme des mouches, et tout est bien conçu, les contrôles vous sont expliqués et vous commencez à vous y habituer au fur et à mesure du tuto. Cependant, après quelques minutes de combats acharnés, vous finissez par vous faufiler et/ou attaquer des robots. Mais vous n'êtes pas encore prêts à combattre les T-800 avec votre équipement actuel.

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonces

Nous n'avons pas vraiment pu nous faufiler discrètement, alors les robots ont été un bon moyen de nous entraîner aux mécaniques du jeu. En fait, la facilité avec laquelle nous pouvions abattre les rebots a rendu la discrétion redondante. Après cela, nous avons rencontré une femme avec son petit, frère, et plusieurs choix de dialogues nous sont offerts, avec à chaque fois un petit message pour nous rappeler que nos choix comptent, ce qui est important pour une rejouabilité dans un jeu. Mais notre expérience de jeu était tellement fade, que certaines fois nous en sommes venues à nous demander si nos choix étaient réellement importants, puisque la fin est juste un récapitulatif des choix que nous avons effectués au cours du jeu.

En terme de qualité visuelle, le jeu ressemble un peu à Fallout, ce qui est une bonne comparaison, mais de temps à autre les textures sont un peu bâclées, vous pourriez croire que le jeu est ancien quelques fois. Les machines sont en revanches bien modélisées, il n'y avait rien de mauvais dans l'expérience visuelle globale, c'est juste que le studio Teyon ne nous a pas donné l'impression d'avoir fait du neuf. Vous pourrez tout de même constater que le jeu utilise des éléments tirés du film, telles que la base que vous utilisez qui provient du premier film Terminator.

Terminator: Resistance

Une chose que nous avons moins apprécié cependant est le level-design. Le début du jeu donne l'impression d'un sandbox, puis cette impression disparait rapidement. Il y a toujours un endroit précis où se rendre, et seulement une ou deux façons d'y accéder. Nous nous sommes souvent retrouvés coincés dans des couloirs en feu, ou en cassant des voitures, ce qui nous a donnés l'impression d'ouvrir notre propre chemin, avant de se rendre compte que nos choix n'avaient aucun impact sur la direction que nous prenions pour se rendre à l'objectif. Après avoir atteint l'objectif principal, vous vous retrouvez de nouveau à la base, et après quelques interactions, c'est reparti pour un tour.

Au cours des différents scénarios du jeu, lorsque nous n'étions pas en train de tuer des ennemis, nous essayions de chercher des choses à échanger et des matériaux pour fabriquer de l'équipement, ainsi que des quêtes annexes. Même si cela ressemble à tout ce dont vous avez besoin dans un jeu de tir moderne, le système de craft se résume à appuyer sur un bouton pour créer, et ça ne va pas plus loin. A côté de ça, les quêtes annexes sont très simples et consistent souvent à trouver des soins ou d'autres objets, et si vous ne devez pas trouver quelque chose, vous devez le faire exploser. La plupart des missions se résument en fait à « allez là-bas et tuez quelque chose ».

Terminator: ResistanceTerminator: Resistance

A part ça, on peut retrouver la personnalisation d'armes, et bien sûr un système de niveaux. Vous pouvez ajouter des points de compétences pour par exemple de l'espace dans votre sac ou encore le crochetage de cadenas. Cependant, certaines fois nous avons eu l'impression de mal choisir où implanter nos points. Par exemple, avant une mission, nous avons décidé d'augmenter l'espace de notre sac. Lorsque nous nous sommes retrouvé en mission, c'est avec déception que nous avons découvert que nous aurions dû choisir le crochetage de serrure. Nous avons dû tuer une masse d'ennemis pour gagner de l'expérience, débloquer notre capacité, et ensuite revenir dans la mission pour débloquer des portes afin de trouver des objets à échanger.

Alors que Terminator : Resistance possède tous ce dont vous pouvez espérer d'un jeu de tir moderne, le jeu ne va pas plus loin que ça. C'est un bon jeu Terminator avec beaucoup de choses à faire, mais il y avait de la place pour faire plus. Un jeu en monde ouvert de type RPG aurait tout aussi bien fait l'affaire, mais à la place, nous avons le droit à un jeu de tir en première personne avec quelques éléments tirés de RPG. Malgré cela, nous réalisons bien que nous avons été assez critique avec le jeu, et nous nous sommes quand même bien amusés à certains moments. L'histoire était intéressante, il y avait la présence des T-800, et nous avons appréciés lorsque nous nous sommes retrouvés sans armes, avec l'obligation de se faufiler en évitant le champ de vision des robots.

Terminator: Resistance

Ce mélange de combats difficiles et d'évasion a rendu le jeu plus palpitant, mais à partir du moment où nous avons obtenu le fusil à plasma, ces phases de gameplay n'avaient plus d'intérêt, puisque nous savions que nous pouvions juste tout détruire sur notre chemin. Concernant le fusil justement, le maniement de l'arme n'est pas vraiment satisfaisant, mais le contrôle semble assez facile sur console. Et nous aurions aussi aimé que l'arme à plasma fasse plus de bruit.

La dernière chose que nous dirons, et nous sommes sûrs que ça ne plaira pas à tout le monde, mais le trophée Platine/100% semble assez atteignable si ça vous intéresse.

Au final, Terminator : Resistance n'est pas un mauvais jeu, mais pas un excellent non plus, ce qui est assez décevant puisqu'il aurait pu être meilleur. Les graphismes sont OK, les sons sont assez reconnaissables, est l'histoire est bien. Le jeu possède tout ce que vous pouvez espérer d'un shooter futuriste, mais tout ce que nous avons vu n'était ni mauvais ni excellent, et la conception des niveaux trop linéaires nous a donné un sentiment de restriction. Resistance est loin d'être un classique du jeu vidéo, mais un bon passe-temps si vous êtes fan de la série.

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonces
Terminator: ResistanceTerminator: ResistanceTerminator: Resistance
05 Gamereactor France
5 / 10
overall score
La moyenne de Gamereactor. Quelle note lui attribueriez vous? La moyenne est établie à partir des notes accordées par les différentes rédactions européennes de Gamereactor

Sur le même sujet



Chargez le contenu suivant