LIVE
logo hd live | Red Solstice 2: Survivors
See in hd icon
Français
Gamereactor
tests
Tekken 7

Tekken 7

L'heure du septième round a sonné pour la référence des jeux de combats en 3D.

Nous étions impatients de mettre une fois encore la main sur ce Tekken 7, excités à l'idée de combattre avec Akuma, le combattant surpuissant de Street Fighter venu défier le roster de Bandai Namco. Mais Heihachi, Eddy Gordo, Marshall Law ou encore King n'ont pas prévu de lui rendre les choses faciles. Opposé à Gigas pour notre premier combat, un nouveau venu effrayant et imposant, on a compris qu'en effet rien ne serait gagné d'avance ici, quand bien même nous pouvions profiter des éminentes aptitudes d'Akuma.

Gigas allie puissance et rapidité, mais heureusement Akuma se révèle tout de même à la hauteur de nos attentes. C'est un personnage qui a ingénieusement été intégré à l'univers Tekken, sans réelle modification. Il est même équipé de sa jauge EX de Street Fighter IV, lui permettant d'exécuter des attaques plus puissantes que jamais, et son Rage Attack n'est nul autre que le Messatsu Gohado. D'emblée, on constate la fluidité du gameplay proposé par Bandai Namco, avec des graphismes adaptés à notre époque.

Tekken 7

S'il y a domaine dans lequel excelle Bandai Namco en comparaison aux autres développeurs de jeux de combats, c'est cette façon de vous faire apprendre les mécaniques du jeu. Créer un mode entrainement amusant se révèle souvent être une tâche difficile, mais comme d'habitude, Tekken 7 propose un mode solo qui écrase tout ce que la concurrence peut offrir. Il est difficile de ne pas faire un parallèle avec le vide presque embarrassant de Street Fighter V ; ce dernier est à Tekken 7 ce que Doodle Jump est à Super Mario 3D World. C'est dire...

La trame vous permet d'incarner et de vous confronter à la bande de Tekken 7 et également à de nombreux ennemis sans vie qui servent de chair à canon. Le mode Histoire n'offre pas de rebondissements renversants, et Bandai Namco en est pleinement conscient. Il explore un récit assez pauvre d'un point de vue scénaristique. Mais cela n'a pas d'importance car il reste amusant de découvrir les raisons justifiant les combats que s'apprêtent à se livrer tout ce beau monde et le changement que peut avoir une guerre mondiale sur leur comportement individuel. Dommage que les cutscenes sont parfois trop longues et ne peuvent souvent pas être passées... c'est un mode solo ambitieux qui divertira certainement le fan de la série et qui apprendra aux débutants le système du jeu et les familiarisera avec les différents personnages.

Mais il n'y a rien de plus important dans un jeu de combat que le multijoueur. Et après y avoir joué en groupe jusqu'au bout de la nuit, nous avons pu juger de sa qualité

Tekken 7

La plus grande nouveauté proposée est sans aucun doute l'introduction du Rage Art. Une puissante attaque que vous pouvez utiliser lorsque vous êtes au bord du K.O, un peu dans le style des Critical Edge de Soul Calibur V. Dans ce dernier cependant, il donnait une impression de hors-sujet ce qu'a parfaitement corrigé par Bandai Namco cette fois-ci. L'attaque est assez puissante (coûtant à peu près un tiers de la barre de vie à votre adversaire) ce qui apporte au dénouement des combats un suspens permanent, une occasion inédite de tout perdre ou de reverser la vapeur en un éclair de seconde. Cette nouvelle mécanique fonctionne parfaitement et s'intègre elle aussi très bien.

Ces attaques Rage Art s'activent assez rapidement et sont relativement faciles à bloquer, donc il est préférable de les lancer lors de combos enlevant à votre adversaire la possibilité de les esquiver ou de se protéger. Le système est intuitif et ne requiert aucune jauge supplémentaire qui pourrait embrouiller ceux qui ne sont pas des habitués à ce style de jeu. C'est un ajout qui sera certainement apprécié par la vaste majorité de ceux qui le testeront quand il sera disponible. Et en plus, c'est vachement spectaculaire.

Une nouvelle mécanique qui sera probablement très utilisée par les connaisseurs de Tekken est le Power Crush. Il s'agit d'un mouvement de contre-attaque qui vous permet de parer les attaques moyennes et hautes et de frapper l'adversaire au lieu d'être pris dans un combo. Le Power Crush ne fonctionne pas avec les attaques basses et laisse, en cas de mauvais timing, votre garde totalement découverte. Ceux qui jouent à Tekken de la même manière qu'un Track and Field, en appuyant frénétiquement sur tous les boutons au hasard, les pianistes comme on les appelle, auront du mal à faire le poids.

Bandai Namco n'a pas hésité à effectuer des ajustements ci et là. Assez pour que nous ressentions que c'est un nouveau jeu, mais tout en restant assez familier pour ne pas perdre ce qui a fait son succès jusqu'ici. Parmi les nouveau venus, Gigas nous a fait bonne impression. Il a ce style cruel et brutal dignes de Fulgore ou Goro. Mais nous pouvons aussi découvrir son total opposé avec Lucky Chloe, une joyeuse Otaku habillée en chat et qui met des bats en dansant. Puis il y a évidemment Jack-7...

Il nous est également présenté des combattants plus conventionnels, comme Shaheen, un Saoudien avec un bon jeu de jambes, et Katarina Alves, pratiquante de la savate, un art de combat qui n'est pas sans nous rappeler celui de Miguel Caballero Rojo dans son gameplay. Les nouveaux stages sont également bien conçus et très variés, nous transportant d'environnements très colorés de jardins d'enfants de Kinder Gym à l'animée place orientale du stage Souq.

Tekken 7Tekken 7

Dans l'ensemble, les graphismes ne sont pas si impressionnants que nous l'aurions souhaité. Tekken 7 sévit dans les salles d'arcade japonaises depuis plus deux ans, et bien qu'une grande partie ait été retravaillée et que l'animation soit de qualité, par moments le titre ne peut cacher son âge à travers des textures pauvres et quelques effets de lumières fades. Mais passer au moteur Unreal Engine 4 ne semble pas l'avoir privé de son style habituel ; c'est toujours un jeu génial.

Pour ceux qui le veulent, il y a la possibilité de personnaliser les combattants à votre guise. Si vous pensez qu'Alisa a besoin d'un chapeau grenouille pour être encore plus mignonne, Bandai Namco a pensé à vous, et si vous souhaitez un masque de squelette, il est aussi à votre disposition (ou pourquoi ne pas plutôt miser sur le maquillage pour pouvoir avoir les deux aspects). La coupe de cheveux ainsi que la couleur peuvent également être modifiées et vous pouvez choisir ce qu'un personnage portera et décider s'il doit être plus ou moins couvert.

Beaucoup de ces objets cosmétiques coûteront de l'argent virtuel, que vous gagnez en jouant. Il y a également le mode Treasure Battle, avec des boîtes de loot pour ceux qui veulent acquérir les objets plus rapidement. Ça n'a pas vraiment attiré notre attention, mais certains le seront sans doute. Par contre nous avons beaucoup apprécié pouvoir personnaliser notre identifiant des rencontres en ligne.

Bandai Namco nous délivre donc un titre fun et accessible dans la lignée de la série. Et réussit également à lui apporter des changements et une profondeur susceptible de convenir aux joueurs professionnels à l'avenir. Le retour au premier plan d'une série mythique !

09 Gamereactor France
9 / 10
+
Un mode solo amusant. Un excellent gameplay. Akuma est super ajout, Beaucoup d'options de personnalisation.
-
Les graphismes un peu désuets.
overall score
La moyenne de Gamereactor. Quelle note lui attribueriez vous? La moyenne est établie à partir des notes accordées par les différentes rédactions européennes de Gamereactor

Sur le même sujet

Tekken 7Score

Tekken 7

TEST. Written by Jonas Mäki

L'heure du septième round a sonné pour la référence des jeux de combats en 3D.



Chargez le contenu suivant


Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.