Gamereactor France. Watch the latest video game trailers, and interviews from the biggest gaming conventions in the world. Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.

Français
Gamereactor
tests
Solar Ash

Solar Ash

Encore une réussite pour Heart Machine, après l'excellent Hyper Light Drifter en 2016.

Subscribe to our newsletter here!

* Required field
HQ
HQ

Solar Ash n'a pas froid aux yeux. Un fait qui parait évident dès ses premières images dans lesquelles on voit notre protagoniste, Rei, contemplant le trou noir qui s'apprête à dévorer sa planète. Beaucoup de jeux sont beaux, mais peu débordent autant de style que les productions indépendantes signées Heart Machine, à l'instar de Hyper Light Drifter. Les splashs de rouge qui balayent votre écran lorsque vous débarrassez le monde de la corruption, les freezers frappes noires et blanches signalant la fin des excellents boss, ou simplement la façon avec laquelle Rei glisse sur le sol : tout rend Solar Aah magnifique ! Ce qui ne se fait pas au détriment du fond heureusement, puisque le jeu propose l'approche la plus intéressante des récents plateformers, le tout dans un monde très surréaliste.

Solar Ash est donc le deuxième jeu du studio Heart Machine. Le premier était l'excellent Hyper Light Drifter en 2016. On peut ressentir l'influence de ce premier projet avec la palette de couleurs extravagante du jeu, l'embellissant au possible. Sans oublier la bande-son de Disasterpiece mélangeant mystère et mélancolie. De plus d'une façon, Solar Ash est assez similaire à The Pathless, avec un protagoniste masqué arrivant seul dans un endroit désert et une structure exigeant que vous purifiiez des zones pour attirer des boss colossaux à battre pour débloquer la zone suivante.

Mais si The Pathless - malgré des qualités évidentes - avait du mal à forger sa propre identité, Solar Ash n'a aucun problème à se faire une place dans la horde de jeux indés artistiques. Il s'inspire certes à beaucoup d'autres œuvres vidéoludiques, mais a plusieurs atouts bluffants. Solar Ash se déroule dans un trou noir, l'Ultravide, mais les couleurs sont vives et variées. L'Ultravide dore des planètes et leurs restes s'y retrouvent éparpillés, raccordées par une étrange substance rose sur laquelle Rei peut librement se déplacer. Les différentes civilisations ayant été aspirées par le trou noir s'y retrouvent piégées et remodelées d'une façon surréaliste comme rarement pour le genre.

Ceci est une annonce:
Solar Ash

Les zones de départ de Solar Ash sont directes et simples et, tandis que Rei s'enfonce plus profondément dans l'Ultravide, l'environnement se retrouve de plus en plus distordu et fragmenté. Certaines petites sphères ne sont pas sans rappeler les mondes de Super Mario Galaxy. Lorsque le sol sur lequel vous glissez se retrouve au-dessus de vous, Heart Machine arrive tout de même à nous faire garder nos repères dans l'espace. Tout comme Metroid Dread, Solar Ash arrive à vous faire sentir que vous êtes dans un endroit gigantesque et incompréhensible où vous allez vous perdre, mais pour une raison qui vous échappe, ce n'est pas le cas...

Solar Ash est finalement assez simple, autant dans sa structure que son gameplay. Mais cette simplicité est compensée par des contrôles précis et des défis variés. Je ne suis habituellement pas particulièrement fan de la structure du jeu (faire 3-5 lieux de corruption avant un boss puis passer à la zone suivante), mais dans Solar Ash, cela ne m'a absolument pas dérangé. Et ce pour deux raisons.

Premièrement, Solar Ash fait partie de ce genre de jeu dans lequel se déplacer est extrêmement satisfaisant. En maintenant L2, Rei "patine" sur le sol grâce à des bottes à réacteurs. Elle peut aussi faire un double saut et possède un dash pour accélérer. Le monde est également gratifiant à explorer, les points d'intérêts sont marqués clairement mais vous aurez besoin de ténacité pour les atteindre et obtenir les récompenses : points à purifier, balises avec du lore, combinaisons alternatives aux capacités uniques et même quelques quêtes annexes donnant de la profondeur aux mondes piégés dans l'Ultravide.

Ceci est une annonce:
Solar Ash

La seconde raison pour laquelle Solar Ash n'est pas redondant réside les innovations que Heart Machine ajoute à sa formule, leur manière de faire évoluer leur design. Chaque zone est une énigme dans laquelle vous devez taper des sortes de seringues en un laps de temps limité pour purifier de la corruption. Au départ, ces petits puzzles seront simples, mais ils se complexifient au fil du jeu, surtout dans les deux dernières qui exigent que vous examiniez bien votre environnement. De nouveaux éléments comme des champignons formant des rails organiques pour se déplacer plus vite. Ce genre d'ajouts permet de façonner le monde et comprendre puis exécuter les sauts, dashs et coups pour se débarrasser de la corruption est incroyablement satisfaisant.

Même si vos plans de plateforme parfaite peuvent être entravés par les quelques ennemis du jeu. Ils ne sont en effet pas très nombreux et servent plus à la plateforme qu'autre chose. En réalité, le défi de Solar Ash réside dans l'accès aux endroits de purification et non les phases de purification elles-mêmes.

Si les zones sont des puzzles, les boss sont des tests de plateformes purs. Tout comme dans Shadow of the Colossus, vous devrez d'abord escalader les créatures avant d'une fois de plus suivre le chemin tracé par les sortes de seringues pour atteindre l'œil des boss. Chaque bête a trois phases et l'itinéraire change à chaque phase. Il s'agit plus d'une phase de plateforme que d'un vrai combat. Je n'irai pas plus dans le détail pour éviter tout spoil, mais ils ont variés et l'un d'entre eux vous rappellera probablement très fort Mario Galaxy 2. Je soulignerai également l'excellente bande-son de Disasterpiece qui vient complimenter ces superbes séquences.

Solar AshSolar Ash

En plus de la plateforme et des énigmes, Heart Machine ajoute également une bonne dose de narration. Si Hyper Light Drifter racontait son histoire avec son environnement, Solar Ash utilise des personnages et beaucoup de dialogue. Le jeu perd en mysticisme pour enrichir son univers. Le contenu annexe se concentre sur les autres agents de la planète de Rei envoyé pour gérer le trou noir, ainsi que sur les autres civilisations et leurs représentants piégés. Le jeu aborde aussi bien la notion de pêché, du pardon, et même le changement climatique et même si tout n'est pas forcément traité avec tout les égards qu'ils mériteraient, on ne peut que saluer l'ambition de Heart Machine.

Solar Ash est agréable et fluide, grâce à des contrôles précis et surtout des environnements magnifiquement designés. Aussi dynamique que poétique, Solar Ash se repose sur un gameplay de base solide complété par des niveaux aux mécaniques évoluant en permanence. Une décision de structure osée, mais réussie. Heart Machine peut désormais se targuer de compter deux excellents jeux à son palmarès, et on ne peut qu'avoir hâte de ce que le studio américain nous proposera à l'avenir...

Solar Ash
09 Gamereactor France
9 / 10
+
Les contrôles, le level design, un monde beau et surréel, la bande-son, les boss...
-
Le combat un peu trop simple, la narration parfois inégale...
overall score
La moyenne de Gamereactor. Quelle note lui attribueriez vous? La moyenne est établie à partir des notes accordées par les différentes rédactions européennes de Gamereactor

Sur le même sujet

0
Solar AshScore

Solar Ash

TEST. Written by Ketil Skotte

Encore une réussite pour Heart Machine, après l'excellent Hyper Light Drifter en 2016.



Chargez le contenu suivant