Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.

Français
Première page
tests
Onimusha: Warlords

Onimusha: Warlords

Capcom ressuscite un autre succès du passé, mais celui-ci n'a pas eu droit au traitement de luxe de Resident Evil 2

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonce

Un petit bijou caché dans les archives de Capcom, un succès passé - deux clichés qui conviennent parfaitement au retour d'Onimusha sur les plateformes actuelles et PC. Le jeu n'a pas eu le droit au traitement de luxe reçu par Resident Evil 2 mais n'a pas à rougir non plus.

Pour les absents, Onimusha sort tout droit de l'imagination de Yoshiki Okamoto, qui voulait créer une version ninja de Resident Evil se déroulant dans le Japon féodal de l'âge Sengoku. Si ça ne sonne toujours pas épique à vos oreilles, le jeu suit les aventures de Samanosuke, un samurai qui a pour but de délivrer une princesse enfermée dans un château par des démons et épaulé dans sa quête par Kaede, une ninja.

Vous passerez le plus clair du jeu dans la peau du samurai mais Kaede n'est pas délaissée. En plus des plusieurs personnages jouables, d'autres éléments sont empruntés aux premiers Resident Evil : les énigmes (trouver des médaillons pour ouvrir des portes), un château / manoir japonais rempli de pièges, un laboratoire, une caméra fixe, de l'herbe verte...vous voyez le tableau.

Notre héros est un épéiste talentueux qui doit se frayer un chemin au cœur du château en combattant des monstres et collectionnant leurs âmes. Le système de combat n'est pas exactement votre hack'n'slash classique mais une expérience plus réfléchie. Vous devrez bloquer, contrer, attaquer et aiguiser votre épée pour laisser parler vos talents de samurai.

Des jeux comme Dark Souls viennent forcément à l'esprit en décrivant ces combats mais pendant le jeu, vous trouverez un arc et des flèches et même un pistolet (ou plutôt un fusil à pompe), très utile pour certains boss.

Onimusha: WarlordsOnimusha: Warlords

Vous affronterez plusieurs boss menant au combat final contre Fortinbras - une créature évoquant un escargot, le roi de démons. Une fois les démons vaincus, leurs âmes sont libérées et doivent être absorbées afin d'être utilisées comme points d'améliorations. Vous pouvez améliorer les trois épées magiques du jeu et trois orbes différentes. Ces dernières donnent accès à certaines zones du château au fur et à mesure que vous les améliorez.

Il faut savoir revenir sur ses pas, ouvrir des portes dans des zones déjà visitées mais le jeu n'en est pas ennuyant pour autant puisque de nouveaux monstres apparaissent. Notre première partie fut bouclée en 3h55 mais un trophée requiert une complétion en moins de 3h. Cela semblera peut être un peu court pour certains d'entre vous mais cette durée semble être la bonne.

Malheureusement, vous ne choisissez pas avec quel personnage vous commencez le jeu, vous devrez débuter avec Samanosuke, ce qui veut dire que Onimusha ne bénéficie pas du système "zapping" de RE2. Dans RE2, vous pouviez refaire le jeu en changeant de personnage à chaque fois : une fois avec Léon, une autre avec Claire et inversement. La seconde partie était directement affectée par votre premier run : armes à trouver, PNJ, et un combat avec un alligator (oui oui).

Onimusha: Warlords

Mais la rejouabilité du jeu reste tout de même honnête. Il y a beaucoup de choses à trouver et d'énigmes à résoudre, de nouveaux costumes à débloquer - qui ne veut pas tuer de monstres habillé en panda ? Un mini-jeu se débloque d'ailleurs si vous obtenez un certain nombre d'item.

On parle donc d'un remaster plus que d'un remake. Le jeu est fondamentalement le même. Mais les quelques changements apportés en font l'un des jeux les plus amusant auquel nous ayons joué depuis un long moment. Il est toujours agréable de jouer de l'épée en affrontant des monstres sortis tout droit du Japon féodal.

Les graphismes sont beaucoup plus agréables à l'œil et les textures ont pris un sérieux coup de jeune. Cinématiques, jeu et décors ont été revus et le jeu ne connait pas le même souci d'écran que la dernière sortie de Castlevania.

Attention, ces graphismes ne sont toujours pas au niveau de ceux des consoles modernes mais ne dénaturent pas l'expérience pour autant. Nous parlons d'un jeu porté par son scénario, par sa bande-son et son gameplay. D'ailleurs, cette bande originale colle parfaitement au jeu. Le doublage sonne un peu outré mais reste bon et convaincant. Les effets sonores de l'épée sont tout aussi satisfaisants que le fait de pourfendre des démons. Le tout bénéficie grandement à l'expérience globale.

Onimusha: Warlords

La caméra étant fixe, il arrive qu'on se perde dans l'écran. Pour beaucoup, cela serait un point négatif mais en réalité, non. La seule conséquence fut un sentiment de nostalgie, nous rappelant les meilleurs jeux d'une des ères les plus créatives de l'histoire de la PlayStation.

Alors quelles conclusions en tirer ? Le meilleur jeu de la licence la plus connue de Capcom sort un remake en grande pompe dans quelques semaines. Onimusha serait l'équipe de reconnaissance ? Dans tout les cas, on espère que d'autres remasters suivront. Imaginez un nouveau Onimusha, Nemesis qui vous court après ou même la suite de Dino Crisis revu de la même manière que Resident Evil 2. Le mois de janvier donnera surement le ton pour la suite.

Pour résumer, si vous avez aimé les trois premiers Resident Evil ou la série Onimusha, Warlords est un jeu que vous devriez prendre. L'histoire, le look à l'ancienne et le gameplay vous feront voyager dans le temps. Ceux d'entre vous familiers avec le genre sont aussi susceptibles d'apprécier pleinement Onimusha. Le jeu est vestige d'un âge d'or et montre que les grands titres savent vieillir.

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonce
Onimusha: WarlordsOnimusha: WarlordsOnimusha: Warlords
08 Gamereactor France
8 / 10
+
Histoire et gameplay intéressants, très fun malgré l'âge...
-
Un peu daté visuellement, un peu court pour certains...
overall score
La moyenne de Gamereactor. Quelle note lui attribueriez vous? La moyenne est établie à partir des notes accordées par les différentes rédactions européennes de Gamereactor