Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.

Français
Gamereactor
tests
Grand Theft Auto: The Trilogy - Definitive Edition

Notre test du triste Grand Theft Auto: The Trilogy - Definitive Edition

Tellement de choses à redire pour une "édition définitive"...

Subscribe to our newsletter here!

* Required field
HQ

Grand Theft Auto III a réinventé le genre du jeu d'action, propulsant Rockstar de petit studio écossais indépendant à l'un des développeurs les plus respectés de l'industrie. Structure dynamique, monde ouvert, ton violent, références à la pop culture... GTA III fut, sans exagération aucune, l'un des jeux les plus importants de l'histoire vidéoludique.

HQ

Quelques années plus tard, Rockstar a renouvelé le pari avec succès, en nous noyant dans une atmosphère Miami Vice Scarface avec GTA: Vice City. Capitalisant sur les points forts de GTA III, tout en renforçant ses fondations. Puis vint San Andreas, étendant le concept à "Compton". On y échange les vestes violettes et les boules à facette pour la vie de gang des années 90. Ces trois jeux sont devenus des monuments culturels et sont encore aujourd'hui extrêmement populaires. Autrement dit, lorsqu'une collection remasterisée a été annoncée il y a quelques mois, la hype était bien réelle !

Jeudi dernier, cette collection est sortie ; malheureusement, ces quelques jours passés à jouer sont bien loin des glorieux souvenirs d'antan. Quelques doutes avaient déjà émergés lorsque Rockstar a refusé nous envoyer de codes de cette Definitive Edition : on comprend maintenant mieux pourquoi. Les trois jeux cultes de la PlayStation 2 sont truffés de bugs et de problèmes techniques, pénalisant grandement l'expérience.

Grand Theft Auto: The Trilogy - Definitive Edition

Derrière cette réédition, on retrouve Grove Street Games, un studio basé en Floride qui porte les titres de Rockstar sur différentes plateformes depuis une dizaine d'années. Le développeur était notamment chargé de développer les versions iPhone de trois jeux de la Definitive Edition il y a 10 ans, et il est clair que ce sont ces versions qui ont été recyclées ici. Autrement dit, nous nous retrouvons avec des jeux mobiles vieux de 10 ans transférés du moteur Renderware vers Unreal Engine 4. Le portage est réalisé via des automatisations qui ont améliorés les graphismes et les textures, modifié les visages des personnages, etc. Notons néanmoins que la gestion de la lumière est bien meilleure que dans les jeux originaux, grâce aux lampadaires, néons et autres sources lumineuses...

Pour le reste, difficile de trouver des points satisfaisants très honnêtement. Les anciennes mécaniques aujourd'hui datées qui, d'après Rockstar, devaient être "modifiées pour être plus proche des GTA récents", n'ont pas évolué. Les trois protagonistes se déplacent comme des tellement mieux, car ces trois jeux méritaient tout simplement mieux que ça ! L'apparence visuelle des personnages a aussi pris un sacré coup de vieux. Le système automatique a certes corrigé quelques soucis, mais il en a créé autant. Les gangsters dangereux ressemblent à des Sims, ce qui fait disparaitre toute sorte de tension ou de menace; leur apparence initiale auraient été nettement plus satisfaisante, ou alors des versions retravaillées manuellement.

Grand Theft Auto: The Trilogy - Definitive EditionGrand Theft Auto: The Trilogy - Definitive Edition

Les problèmes visuels à part, ce sont les bugs et autres soucis techniques qui sont le plus déplaisants. On pourrait fermer les yeux sur ces derniers si les portages étaient proposés gratuitement par une équipe de moddeurs amateurs. Mais non : Grove Street Games développe ce genre de jeux pour l'un des studios les plus puissants du monde, avec un budget au-delà du faramineux, pour un résultat très loin du compte. Rien que la passage de Renderware à Unreal a changé la densité de beaucoup de matériaux. On peut traverser facilement les ponts, bâtiments ou autres, mais impossible de passer au travers de buissons par exemple. Naturellement une automatisation comme celle opérée par le studio floridien est nécessaire car il aurait été extrêmement chronophage de passer au peigne de fin chaque recoin des maps de ces trois énormes jeux d'action, mais lorsque l'on vend une "Definitive Edition" au prix d'un nouveau jeu, assurez-vous au moins que tout fonctionne !

Le taux de rafraichissement d'image est aussi problématique. Premièrement, le jeu tourne à 30 images par secondes sous tout format, sauf sur next-gen (ce qui est déjà absurde en soit), mais le framerate chute encore plus bas. Or, un jeu PlayStation 2 devrait tourner en 60 fps constant sans aucune bavure sur des machines actuelles !

La musique est aussi dans un état déplorable. Assez logiquement, en vingt années, Rockstar et Take Two ont perdu des licences comme Blondie, Michael Jackson ou Ozzy Osbourne, mais cela reste regrettable. Les playlists sont réduites et reprises des versions iPhone des trois titres.

Vendre 60€ un remaster appelé "Définitive Edition" alors qu'il est buggé et extrêmement décevant est presque honteux. Peut-être aurait-il fallu dédier toute une équipe de développeurs afin qu'ils travaillent sur un jeu à la fois, à la manière de Capcom avec le remake de Resident Evil 2. Parce que rien n'est moins "Définitif" que cette version bâclée et minimaliste des trois mythiques GTA de l'ère PS2 !

Grand Theft Auto: The Trilogy - Definitive Edition
04 Gamereactor France
4 / 10
+
Les armes, les effets de lumière,...
-
Cher, plein de chansons ont disparu, très (très) buggé, l'aspect visuel des personnages...
overall score
La moyenne de Gamereactor. Quelle note lui attribueriez vous? La moyenne est établie à partir des notes accordées par les différentes rédactions européennes de Gamereactor

Sur le même sujet



Chargez le contenu suivant