Français
Gamereactor
tests
Humankind

Notre test de Humankind

On vous dit ce que vaut le nouveau rival de Civilization...

Subscribe to our newsletter here!

* Required field
HQ

L'histoire du monde et les jeux de stratégie vont souvent de pair. On pense directement à la série Civilization qui a probablement le plus exploité la formule. De la découverte du feu jusqu'à nos jours, Humankind prétend être le jeu qui mettra fin à l'hégémonie de Civilization sur le genre. On a donc testé pour vous le dernier projet d'Amplitude Studio pour vous donner notre avis sur la question.

HQ

Si vous avez déjà essayé d'autres licences du studio comme Endless Legend et Endless Space, vous ne serez pas surpris ici. La première chose qui nous a paru inhabituelle est l'interface (les polices et le design notamment). On a aussi apprécié les cinématiques entre chaque période et la voix du narrateur. Néanmoins, on retrouve certains morceaux de l'ADN de Civilization qui a indéniablement servi d'inspiration à ce nouveau jeu. Essentiellement, Humankind vous fait suivre le même chemin que la célèbre série de Sid Meier. Cependant, les objectifs sont un peu différents et le parcours du joueur relève d'une autre expérience qui tient la route.

En premier lieu, vous devrez personnaliser votre avatar (le leader que vous incarnerez) et le nommer. Vous pouvez changer certains traits comme les lèvres, le nez et la bouche ou vos cheveux. Vous devrez également choisir le symbole de votre empire et sa couleur. Au fur et à mesure de la partie, les habits de votre personnage changeront en fonction de l'époque et de la civilisation que vous choisirez. Ce système de vêtements existait dans Civilization avant d'être supprimé dans le troisième opus de la série. C'est quelque chose que nous apprécions et qui nous avait manqué. En revanche, Humankind est moins centré sur les personnages que Civilization. Vous aurez un groupe de personnages créés qui sont plus ou moins anonymes.

Pour les nouveaux joueurs, il existe un tutoriel sous forme de texte pendant le premier match. La difficulté choisie a une influence sur le tutoriel. Malheureusement, on retrouve les mêmes défauts que dans d'autres licences. À la place d'une introduction intuitive et facile à suivre, il y a trop de textes, trop d'informations qu'on ne peut pas digérer d'un seul coup. Mais nous étions habitués à ce genre de jeu, ça a donc été assez simple pour nous d'en faire fi.

Une autre solution que les développeurs ont trouvée pour accompagner les néophytes, ce sont les vidéos qu'il est possible de regarder pour apprendre comment jouer. Elles sont bien faites et aident les débutants à se retrouver dans le jeu. C'est malgré tout dommage que les développeurs de jeux de stratégie ne parviennent toujours pas à proposer un bon mode d'entraînement. Au final, ça reste un détail car les outils à disposition des joueurs restent assez intuitifs.

Humankind

Le jeu permet aussi de personnaliser sa partie avec ses propres paramètres. De ce côté-là, Humankind reste proche des autres jeux du même genre. Il a beaucoup d'options pour gérer la taille des niveaux, les lacs, les continents, etc.

Notre plus grosse déception concerne justement la taille des niveaux . Il ne peut y avoir qu'un seul niveau adapté pour dix joueurs et, d'ordinaire, on aime bien les niveaux gigantesques comme ce qu'on peut trouver dans Galactic Civilization 3 et Stellaris. Néanmoins, toutes les options qui nous sont données permettent de créer un bon jeu même si on regrette l'absence de compatibilité aux mods et la possibilité de concevoir soi-même ses propres niveaux. Peut-être qu'une nouvelle fonctionnalité sera ajoutée en cours de route.

Vous commencez le jeu avec deux explorateurs à l'époque où les hommes ne s'étaient pas encore installés dans des villes. Vous pourrez récolter des plantes, trouver de la nourriture et amasser des ressources appelées "influence". Cette ressource vous permet de créer un avant-poste (ce qui précède la ville). Avec suffisamment d'influence, vous pourrez en faire votre première ville. Une fois votre première ville acquise, vous obtenez également votre premier territoire. C'est à ce moment-là que vous avez la possibilité de choisir votre première civilisation. Il existe différentes mécaniques de jeu, vous avez le choix entre la guerre et la diplomatie et il faut choisir judicieusement.

Humankind

La carte, exactement comme dans Endless Legend, est divisée en région et vous pouvez uniquement avoir une ville ou un avant-poste pour chacune. Dans les villes, vous pourrez construire des bâtiments et des quartiers centrés sur l'économie, l'influence, la production ou la nourriture. Humankind semble être un mélange de différents jeux du genre. Ça fonctionne de manière fluide et on a trouvé ça intuitif et facile à naviguer. Les habitants de chaque ville peuvent être plus ou moins satisfaits ou mécontents. C'est assez simple de relocaliser les résidents en fonction de ce que vous souhaitez faire de votre ville. Vous pouvez manipuler un certain nombre de paramètres et mettre à profit certaines fonctionnalités pour spécialiser vos villes selon vos envies.

Une fois que vous obtiendrez votre première ville, il est aisé de connecter vos avant-postes à cette ville pour accroître votre territoire. Il y a une chose importante qu'il faut mentionner ici. Il n'est pas possible d'avoir une infinité de villes indépendantes sans subir une forme de punition. Le système de restriction est très similaire à celui de Stellaris avec les colonies. En liant les avant-postes à une ville, ils y sont intégrés et il n'est pas possible de contourner cette restriction. À la place de deux villes, vous pouvez avoir une ville plus productive. Les avant-postes coûtent moins cher que les villes. Même s'ils ne font pas partie de votre territoire, ils peuvent être utilisés pour collecter des ressources dans les régions avoisinantes. C'est dans ces régions que s'affrontent les civilisations pour plus de pouvoir.

On aurait tendance à dire après plusieurs centaines de tours qu'Humankind se démarque en ce qui concerne la compétition qui existe entre différents empires et régions pour récupérer des ressources. C'est à ce niveau qu'on peut jouer avec les différentes civilisations et leurs uniques mécaniques de jeu. L'impact des industries, comme la pollution, fait partie de l'équation. C'est une fois que la guerre est déclarée sur terre, dans les airs, et sur la mer avec la menace de frappes nucléaires que les choses deviennent intéressantes. Malheureusement, au moment où l'on approche les temps modernes, l'IA est soit morte soit trop affaiblie pour qu'il y ait un quelconque défi. En revanche, s'il vous reste des ennemis puissants à la fin de la partie, les choses peuvent rapidement devenir tendues. Mais passer par les voies diplomatiques suffit généralement à faire face à ce genre de situation.

Humankind

On a énormément apprécié le fait qu'on ne joue pas une civilisation mais que le jeu nous propose d'en choisir une après avoir satisfait certains critères pour progresser vers l'époque qui suit. Pour ce faire, il faut accomplir certains défis comme utiliser un certain nombre de technologies (plus que dans Civilization 6), ou construire suffisamment de quartiers. Une fois que vous en aurez rempli suffisamment, vous aurez le choix entre plusieurs nouvelles civilisations ayant existé à cette période. Chaque civilisation possède son propre style architectural, un bonus unique, des unités ou des bâtiments. Vous pouvez aussi choisir de rester avec la civilisation que vous avez. En général, ce n'est pas une bonne idée.

Pour remporter la partie, il faut gagner de la renommée. Tout ce que vous pouvez faire est basé dessus. En fonction de votre chance, du contexte et de vos choix, vous générez un certain nombre de points. Par exemple, un miracle permet de générer 100 points. Certains accomplissements vous permettent également de récolter quelques points. Il s'agit d'objectifs ponctuels qui fonctionnent sur la base du premier arrivé, premier servi pour ce qui est des points. Votre but sera donc d'en amasser le plus possible en un nombre prédéterminé de tours. Il faut rendre votre nation aussi célèbre que possible. Contrairement à d'autres jeux du même type où il faut remplir différents objectifs préalables pour gagner, vous n'aurez pas à vous inquiéter de devoir choisir un style spécifique. Ça nous est apparu assez facile et ça a plutôt bien fonctionné dans notre partie. Vos choix auront un impact que ce soit en découvrant des merveilles naturelles ou en construisant vos propres édifices.

Humankind

En ce qui concerne cet aspect du jeu justement, Humankind possède probablement un des meilleurs systèmes qu'on n'ait jamais vus. Vous n'aurez jamais besoin de vous inquiéter que quelqu'un d'autres construise ces édifices. En effet, vous achetez les droits exclusifs de construire ces majestueux bâtiments avec votre influence. Personne ne peut construire la même chose que vous et vous pouvez construire à n'importe quel moment. Cependant, il n'est possible de déverrouiller qu'un seul édifice à la fois. Il faudra donc le construire avant d'en choisir un nouveau. Plus vous construirez et plus vous progresserez dans le temps, plus ce sera coûteux. Le système fonctionne incroyablement bien et ça devient rapidement très important au début du jeu lorsque vous devrez choisir entre l'expansion, la communauté et la diplomatie, et hiérarchiser les coûts. Ce sont ces choix qui donnent au jeu tout son aspect stratégique.

La diplomatie d'Humandkind est à mi-chemin entre celle qu'on retrouve habituellement dans d'autres jeux de ce genre et celle de Paradox. Vous pourrez faire des demandes diplomatiques et vous devrez ensuite utiliser des ressources pour faire plus de demandes ou attendre cinq tours. Ainsi, le système de diplomatie est plus lent même si ça fonctionne mieux avec des jeux comme Stellaris et Europa Universalis. Un autre aspect important de la diplomatie dans le jeu, ce sont les doléances. Ça fonctionne un peu comme le système qui vous permet de générer des causes pour déclarer une guerre dans Grande Stratégie (Grand Strategy). Ces doléances peuvent toucher différents aspects, que ce soit des affaires religieuses ou des disputes à propos d'états moins neutres.

Si vous en obtenez une, vous pouvez demander à l'autre joueur de payer des dommages et intérêts ou de vous céder une ville. Certains adversaires de l'IA vous cèdent des villes plus rapidement que d'autres qui refuseront sans tergiverser. L'IA peut également en générer et peut exiger certaines choses de vous ou s'en servir comme prétexte pour déclarer une guerre. Le système de diplomatie nous a paru complexe sans être excessivement compliqué.

En plus des technologies, des expansions et de la diplomatie, il existe quelque chose appelé "civics". On les débloque avec l'âge, les avancées technologiques et certaines autres choses. Essentiellement, ça vous permet d'accéder à un menu séparé pour gérer votre civilisation en ce qui concerne les lois et le gouvernement. Ces changements sont limités en nombre et orientent votre civilisation dans vers une direction. Par exemple, on peut vous demander si vous souhaitez laisser à la presse une totale liberté de parole ou si vous préférez un seul organe de propagande. Vous pourrez décider de dépenser plus d'influence ici pour choisir des bonus que vous conservez tout au long de la partie. Ces choix ont aussi un impact sur votre civilisation qui peut, par exemple, devenir autocratique ou libérale.

La guerre est une part importante des 4X et c'est aussi le cas ici. Le système d'Humankind fonctionne un peu comme celui d'Endless Legend. Vous pourrez former des unités de plusieurs bataillons de soldats. Par exemple, vous pouvez avoir trois groupes de lanciers et deux d'archers dans la même unité. Vous pourrez zoomer sur la bataille pour affronter l'armée adverse. Vous positionnerez ces troupes et pourrez combattre sans séquence de charge. Vous avez un nombre de mouvements possibles à chaque tour. Vous pouvez également déplacer plus d'unités depuis d'autres directions pendant la bataille. Ça peut être utile pour avoir l'ennemi par le flanc. Chaque unité apporte sa pierre à l'édifice dans la bataille. Les unités plus avancées ont un impact différent sur la bataille. L'environnement joue aussi un rôle car le jeu prend en compte les rochers présents, l'altitude et les rivières. Une mécanique de jeu simple qui fonctionne bien même dans Humankind.

HumankindHumankind

Les sièges sont un peu plus complexes et peuvent prendre plus de temps. Vous pourrez bloquer les routes de commerce et encercler la ville pour progressivement affamer votre adversaire. Vous pourrez aussi attaquer et utiliser des armes de siège. Si vous choisissez cette option plus confrontationnelle, il vous faudra capturer un drapeau. C'est bien plus sophistiqué que dans Civilization mais ce n'est pas aussi visuellement saisissant que Total War ou Stronghold. En plus de son coût, la guerre a une influence sur la diplomatie et le mérite. Vous aurez besoin du soutien de votre population pour vous battre. Si la jauge dans la fenêtre de diplomatie tombe à zéro, vous serez contraint de déclarer la paix. Il faut donc s'assurer d'avoir la population de son côté pour entreprendre une guerre qui pourrait durer.

L'IA n'est pas plus mauvaise ou meilleure que dans les autres jeux du genre. Mais les niveaux plus difficiles le sont véritablement. L'IA bénéficiera de tous les bonus du jeu. C'est particulièrement difficile de maîtriser les niveaux plus difficiles. En revanche, l'ordinateur a parfois du mal à prendre les bonnes décisions mais en modes difficiles, ça n'a pas vraiment d'impact si vous êtes passif. La difficulté maximum était un peu trop dure pour nous mais il est possible de choisir parmi plusieurs niveaux de difficulté pour accommoder tous les joueurs.

Ce jeu peut paraître assez complexe et il l'est en partie. Mais si vous avez pu vous amuser sur Civilization et Endless Legend, vous ne devriez pas avoir trop de difficulté. Est-ce qu'Humankind vaut le détour du coup ? Mis à part quelques cinématiques 2D assez nunuches (à chaque transition entre deux civilisations), le gameplay est vraiment génial. On ne sait pas si Humankind surpasse la série de Sid Meier mais c'est un beau jeu, convaincant, complexe et stimulant. On a toujours envie de refaire un tour. D'après nous, c'est le meilleur jeu du studio jusqu'ici. Ce n'est pas uniquement parce que toutes les mécaniques du jeu fonctionnent en harmonie mais c'est aussi parce que nous sommes plus intéressés par l'Histoire que le fantastique et la science-fiction.

On a aimé Endless Legend et Endless Space 1 et 2 mais on apprécie cette licence bien plus. Humankind vaut le détour si vous aimez les jeux de stratégie en tour par tour style 4X. On pense pouvoir passer plusieurs centaines d'heures dessus et que le jeu a ce qu'il faut pour rivaliser avec les autres géants du genre.

HumankindHumankind
09 Gamereactor France
9 / 10
+
Histoire bien scénarisée, mécaniques complexes mais intuitives, narration solide...
-
L'IA ne représente pas vraiment une menace vers la fin du jeu. Le tutoriel est à revoir...
overall score
La moyenne de Gamereactor. Quelle note lui attribueriez vous? La moyenne est établie à partir des notes accordées par les différentes rédactions européennes de Gamereactor

Sur le même sujet



Chargez le contenu suivant


Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.