Français
Gamereactor
tests
Jump Force

Jump Force

On a pris du plaisir, comme prévu...

Les mangas et les animes ont réussi depuis bien longtemps à conquérir le public occidental. Avec nombre de héros ayant profondément marqué ces dernières générations, beaucoup d'entre eux étant issus de Shonen Jump.

Bien que Jump Force soit enfin disponible, il reste tout de même difficile de croire en son existence. Si l'on devait résumer ce titre à une personne qui ne connait pas les mangas, cela serait comme avoir entre les mains un jeu de combat qui réunirait Musclor, les Transformers, Spider-Man, G.I. Joe, Batman, Spawn, les Tortues Ninja, Predator et plus encore... C'est tout simplement un titre à la limite de l'imaginaire qui par la magie du jeu vidéo a réuni toutes les vedettes de différentes franchises dans un seul jeu de combat.

Il nous offre la possibilité de lancer un Rasengan de Naruto dans la face de Luffy, faire danser son sabre au tranchant inversé dans la peau de Kenshin ou encore envoyer Goku dans les airs grâce au Detroit Smash de Izuku "Deku" Midoriya. Le niveau de fan-service est comme vous pouvez vous y attendre, c'est-à-dire très élevé. Bandai Namco a donné à l'expérience un aspect assez étrange afin de pouvoir assembler et harmoniser tous ces univers aux styles bien caractéristiques...

Jump ForceJump Force

Au final, les personnages présentent un rendu semi-réaliste, bien qu'il garde une allure manga, ce qui procure un graphisme à l'expérience que nous avons beaucoup apprécié. La première chose qu'il vous est demandé lors de votre partie dans le mode aventure est de créer votre personnage. Pour cela vous avez le choix entre différents style de coiffure assez typique de la BD japonaise, choisir la couleur des yeux et ajouter divers signes distinctifs tels que des cicatrices, tatouages ou autre. Il est également possible personnaliser son style de combat au fur et à mesure de l'évolution de l'avatar.

Etant un jeu de combat issu de manga et d'anime, il est évident que cette aventure propose elle aussi sa propre trame. Le responsable du regroupement de ces différents mondes avec le nôtre semble être Freezer, le vilain emblématique de Dragon Ball. Pour lutter contre les plans de l'envahisseur et libérer la Terre, un groupe d'élite est formé, la Jump Force, dans laquelle vous aurez un rôle clé.

Jump ForceJump Force

Pour la majeure partie, vous allez déambuler dans un monde hub plutôt vaste (qui malheureusement regroupe aussi des menus très lents et fastidieux), dans lequel vous pouvez remplir des tâches, équiper les nouvelles capacités débloquées et acheter de nouvelles choses.
En général, les jeux de combats sont rarement des expériences que l'on apprécie seul, et celui-ci ne fait pas exception. Les combats contre l'IA sont rarement satisfaisants et n'offrent pas la tension que l'on espère, qui plus est avec un casting de cet acabit...

Jump ForceJump Force

C'est pour cela que nous sommes rapidement passés aux joutes entre amis. Les affrontements ont lieu en équipe, trois contre trois, durant lesquels vous pourrez constituer librement votre trio. Au contraire de titres comme Marvel vs Capcom, la barre d'énergie est partagée entre les protagonistes du même team. En conséquence, les relais entre les combattant ne sert plus qu'à des changements de stratégie et aux attaques combinées, et non plus à la gestion de la santé de votre équipe.

Les affrontements sont très rapides mais la prise en main nécessite un temps d'apprentissage. N'espérez pas dominer les échanges si vous n'avez pas pris le temps de maîtriser votre héros fétiche car le niveau de difficulté est plutôt élevé. Plus nous avons joué et plus nous avons découvert une certaine profondeur dans le gameplay qui ne se résume pas qu'à marteler un bouton pour des enchaînements comme ont pourraient le croire.

Jump ForceJump Force

Malgré le rythme élevé, les personnages restent focalisés sur les adversaires. Cela réduit les coups dans le vide, un problème propre aux jeux de combat à déplacement libre. Cela permet aussi de se concentrer sur le comportement de l'ennemi afin de trouver une faille pour lancer une attaque ou, au contraire, réagir promptement à celle qu'il pourrait exécuter. En plus, le système de défense est plutôt poussé s'appuyant sur des esquives et contres mais aussi les changements de combattant qui peuvent vous prendre totalement à revers en cas d'inattention.

Nous tenons aussi à faire remarquer la satisfaction ressentie lors du déclenchement des super attaques aux proportions épiques. Elles atteignent une échelle jamais égalée dans un jeu de combat qui se comparerait plutôt aux invocations des RPG les plus réussis...

Jump ForceJump Force

Le roster compte plus 40 personnages (et continuera de s'agrandir via des DLC) aux compétences variées, il y en a donc pour tous les goûts. Il est aussi à noter que leurs styles, mais aussi leurs caractères, reste en adéquation avec celui présenté dans les franchises. Ainsi, par exemple Sanji de One Piece n'infligera aucun dégât aux personnages féminins car, comme dans le manga, il refuse de blesser les femmes...

Les jeux de combats aux mouvements libres tendent souvent à être imprécis et sont souvent rarement nos préférés. Bien sûr, on peut relever quelques traces de ces symptômes ici aussi, mais le système fonctionne très bien, ce qui n'était pas si simple avec plus de 40 personnages aux styles différents. Il faut aussi faire mention des horribles temps de chargements, des menus excessivement compliqués et du mode solo oubliable. Mais dans son ensemble, cela n'empêche pas Jump Force d'être un intéressant jeu de combat inspiré de mangas qui ravira les fans du genre.

Jump ForceJump Force
08 Gamereactor France
8 / 10
overall score
La moyenne de Gamereactor. Quelle note lui attribueriez vous? La moyenne est établie à partir des notes accordées par les différentes rédactions européennes de Gamereactor

Sur le même sujet



Chargez le contenu suivant


Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.