Français
Gamereactor
tests
Hyper Scape

Hyper Scape

Ubisoft s'est finalement lancé dans l'arène des BR, mais leur shooter futuriste a-t-il ce qu'il faut pour monter sur le trône ?

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonces

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonces

Après le gigantesque et déjà classique PlayerUnknown's Battlegrounds, de nombreux éditeurs et développeurs se sont jetés sur le filon afin de l'exploiter tant qu'il en est encore temps. Ce genre d'attitude ne porte pas toujours ses fruits, mais cette fois, de nombreuses success stories ont été au rendez-vous. Apex Legends, Call of Duty: Warzone, Fortnite, ou encore Fall Guys, voilà des noms que nous entendons régulièrement et qui ne devraient pas tomber dans l'oubli de sitôt.

Ceci étant dit, il n'est pas nécessairement bon de suivre la mode sans y réfléchir. The Culling 2, Radical Heights, H1Z1 et Firestorm de Battlefield V font quant à eux partie des exemples à ne pas suivre sur ce point.

Le marché est aujourd'hui saturé d'expériences battle royale, mais c'est le moment qu'a choisi Ubisoft pour lancer Hyper Scape, espérant pouvoir concurrencer Apex et Warzone, season pass après season pass. Une question demeure alors : Hyper Scape est-il assez bon pour se faire sa place ?

Au premier abord, Hyper Scape fait ce que l'on attendrait d'un BR qui fonctionne. Il ajoute en effet un petit truc à une formule que nous connaissons tous très bien. Hyper Scape vous jette dans une arène open-world dans laquelle vous pourrez combattre. Bien entendu, sa taille se réduira jusqu'à ce que les derniers combattants s'affrontent et que seul l'un d'entre eux soit victorieux. Ce qui sépare Hyper Scape de ses pairs, c'est sa mobilité et sa verticalité.

Dans l'univers du titre, l'Hyper Scape est une nouvelle version d'Internet, une sorte d'Internet 2.0. La race humaine vit dans un univers toxique dans d'immenses villes dont le seul moyen de s'échapper est l'Hyper Scape. Vous vous rendrez donc dans sa ville virtuelle, à savoir Neo Arcadia.

Bon, nous connaissons déjà cette histoire, c'est Ready Player One. Imaginez simplement une copie éhontée de l'oeuvre d'Ernest Kline, et vous ne serez pas loin de la vérité. Ceci dit, Hyper Scape a au moins le mérite d'avoir un peu plus à dire que la plupart de ses concurrents. Il semblerait également qu'Ubisoft souhaite développer cet univers à travers divers DLCs, ce qui devrait être intéressant. Ils n'ont donc pas cédé à la facilité d'Apex/Overwatch, et nous pouvons bien leur accorder cela. Nous nous connectons donc à l'Hyper Space afin de fuir notre futile existence et nous retrouvons alors au milieu de 100 joueurs à combattre pour le trône de Neo Arcadia. Jusqu'ici tout va bien.

Hyper Scape

Tout n'est cependant pas parfait. Commençons donc par ce qui est réussi. Hyper Scape mise sur la verticalité, Neo Arcadia ressemblant presque aux rues parisiennes. Vues de haut, elles semblent belles et invitent à l'exploration, avant que l'on se rende compte que les toits sont de véritables champs de bataille à ciel ouvert.

Parlons un peu de la ville. Encore une fois, elle est très belle et les différentes zones sont facilement identifiables. Le concept visuel des combats de rue dans une ville ressemblant à une capitale européenne est bon, et nous sommes là face à un modèle de création d'arène. Malheureusement, tout semble rapidement plus générique, l'exploration, le loot et les combats se passant davantage en intérieur. En plus des zones à risque mentionnées précédemment, il n'y a quasiment qu'un type de bâtiment dans le jeu, proposant à chaque fois la même pièce non décorée. Pire encore, seul un dixième - peut-être moins - des bâtiments de Neo Arcadia sont explorables, tandis que ceux contenant du loot sont indiqués via des barrières oranges, ce qui gâche quelque peu le plaisir de la découverte. Au point où on en est, pourquoi ne pas simplement laisser le loot dans la rue ?

Ceci étant dit, nous passons tout de même le plus clair de notre temps dehors, et en particulier sur les toits, où nous nous amusons beaucoup. Le rythme du jeu est extrêmement rapide, plus encore que sur Apex Legends ou Call of Duty: Warzone. La verticalité ne tient qu'à l'incorporation d'une mécanique de double saut et à la possibilité de grimper rapidement sur un immeuble, mais on sent bien qu'Ubisoft tient là un concept. Les commandes sont cependant parfois un peu étranges, notamment lorsque l'on joue à la manette. Malheureusement, si Hyper Scape est très divertissant à regarder, il l'est bien moins lorsque l'on y joue. La précision des commandes et l'impression que le jeu a du mal à décider si vous devez être soumis à la gravité comme tout le monde ou léger comme une plume rend le tout assez compliqué à gérer.

Hyper Scape

Nous pouvons d'ailleurs en dire autant au sujet des armes elles-mêmes. Si leur nombre est plus que satisfaisant et que chacune d'entre elles est relativement unique d'apparence et de capacités, les sensations ne sont clairement pas au rendez-vous. Bien sûr, vous aurez peut-être la chance de toucher votre adversaire, mais peu importe l'arme que vous utiliserez, le tir sera trop léger et trop fade pour que vous puissiez vous en satisfaire.

La liste des défauts d'Hyper Scape ne s'arrête malheureusement pas là. Les accessoires n'existant pas, vous devez trouver l'arme qui vous conviendra à plusieurs reprises afin de l'améliorer. Si vous parvenez à le faire suffisamment, vous deviendrez quasiment invincible. Tout d'abord, cela n'est pas la manière la plus amusante de devenir plus fort, ensuite, cela ne favorise clairement pas l'expérimentation. En effet, dès que vous aurez trouvé deux fois la même arme, il vous faudra poursuivre dans cette voie. Ce système n'est donc ni aussi flexible que celui d'Apex Legends, ni aussi imprévisible que celui de Warzone. De plus, il est assez difficile de distinguer les armes les unes des autres, du moins lorsque l'on débute.

Il est relativement clair qu'Hyper Scape essaye de se montrer innovant, et c'est lorsque ces innovations fonctionnent que le titre brille. Le système Echo est par exemple une idée brillante. En effet, lorsque vous mourez, vous avez la possibilité de vous déplacer librement sur la map et de marquer les ennemis pour vos coéquipiers, ce qui permettra de ressusciter en cas de kill. La mort ne signifie donc pas la fin de la partie. Sa façon de réduire progressivement la taille de la map est également intéressante puisqu'il ne s'agit pas là d'un cercle qui rétrécit mais de secteurs qui deviennent inaccessibles. Cela permet donc des escarmouches plus sporadiques dans différents endroits de Neo Arcadia et ces animations sont de très bonne qualité. Le titre marque donc des points à ce niveau là.

En réponse aux capacités des personnages d'Apex Legends, nous sommes ici en présence des Hacks. Ces derniers ne sont pas réservés à une classe en particulier mais peuvent au contraire être récoltés dans le monde du jeu et vous donnent une capacité tant que vous les possédez. Il y'en a tout un tas, et votre survie dépendra en partie de leur bonne utilisation. Certains d'entre eux sont à la fois stylés et efficaces, permettant de vous transformer en une balle rebondissante géante afin de vous échapper. D'autres vous permettront d'attirer vos ennemis vers vous à la manière de Doom Eternal, tandis que certains sont un peu moins innovants. Il s'agit cependant d'une très bonne idée, bien que l'équilibrage laisse à désirer. Il existe par exemple un Hack d'invisibilité vous permettant de vous déplacer à une vitesse normale, le tout avec un petit cooldown et aucun contre possible. Les affrontements entre équipe ressemblent donc bien davantage à un duel futuriste d'Harry Potter qu'à de banales fusillades.

Dans l'absolu, les Hacks poussent à jouer de manière agressive, tout comme le rythme auquel nous bougeons et attaquons. Malheureusement, le jeu propose une santé qui se régénère automatiquement, ce qui semble assez étrange compte tenu de sa structure. Battre légèrement en retraite pour se soigner est donc très simple, d'autant que le jeu n'offre ni armure ni bouclier qui puissent casser. Associez cela au Hack de l'invisibilité et certains combats dureront un bon moment. En ce qui concerne le but du jeu, nous nous sommes montrés inexacts en début de review. Vous n'aurez en effet pas réellement besoin d'être le dernier joueur debout pour gagner, puisque vous pouvez également remporter la partie en récupérant la couronne et en la protégeant pendant 45 secondes. Malheureusement, nous avons souvent remarqué que les équipes se préparaient spécifiquement pour ce moment, se cachant et conservant toute leur puissance pour ces quelques dizaines de secondes, ce qui nuit quelque peu à l'aspect battle royale.

Hyper Scape a beaucoup de défauts, mais la plupart d'entre eux peuvent être réglés rapidement, d'autant que le potentiel est bien là. Ubisoft nous propose ici un titre original et innovant, souffrant malheureusement de certaines décisions de game design. Les contrôles approximatifs, les soucis d'équilibrage, les intérieurs qui se ressemblent tous et le système de loot tirent le jeu vers le bas, mais Hyper Scape est gratuit et nous vous encourageons à l'essayer. En ce qui nous concerne, on retourne sur Apex Legends.

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonces
Hyper Scape
Hyper Scape
06 Gamereactor France
6 / 10
overall score
La moyenne de Gamereactor. Quelle note lui attribueriez vous? La moyenne est établie à partir des notes accordées par les différentes rédactions européennes de Gamereactor

Sur le même sujet

Hyper ScapeScore

Hyper Scape

TEST. Written by Magnus Groth-Andersen

Ubisoft s'est finalement lancé dans l'arène des BR, mais leur shooter futuriste a-t-il ce qu'il faut pour monter sur le trône ?



Chargez le contenu suivant


Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.