Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.

Français
Gamereactor France
tests
Fimbul

Fimbul

Fimbul se cherche pas mal, mais son style visuel unique et la mythologie nordique sont un nouveau départ pour les fans de cette ère.

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonce

L'année dernière, nous avons pu jouer à l'un des meilleurs jeux portant sur la mythologie nordique jamais créé. God of War s'est vu déraciné de sa Grèce natale pour déménager dans le monde des Vikings, et ce avec un succès retentissant. Le défi de proposer un nouveau jeu traitant de ce thème si peu de temps après n'est donc pas négligeable mais le studio Zaxis a tenté sa chance, et le résultat est contrasté.

Le jeu commence alors que vous vous échappez d'un bâtiment un feu dans un village viking. Fimbul utilise cette brève introduction pour vous apprendre les mouvements basiques et les mécaniques de traverse, qui marche relativement bien pour le style de gameplay qu'il propose. On vous montre commet bouger, esquiver, rouler et escalader, des mécaniques qui seront remobilisées tout au long du jeu. Dans cette première partie, nous nous sommes retrouvés plus d'une fois à affronter la caméra mais heureusement, les grands espaces hivernaux où le jeu se déroule fonctionnent mieux avec une caméra imprévisible.

Une fois que vous vous échappé, vous vous êtes presque instantanément jeté dans un combat. Le combat est basique et suit la boucle traditionnelle du bloquer, esquiver et attaquer. Ces mécaniques sont mises en place par vos quatre pièces d'équipement : bouclier, épée, hache et lance. À ce moment, les ennemis sont faciles à battre, comme on l'attendrait d'un tutoriel. Mais en réalité, les soldats standards ne représenteront jamais une réelle menace. Il sera très simple de simplement spammer l'attaque après les avoir bloqués dans un état d'étourdissement. La difficulté dans les combats n'augmente que lorsque des ennemis plus gros sont introduits. Un move-set spécial est également ajouté pendant votre progression mais la station de soin est la seule capacité que nous avons vraiment trouvé utile.

Fimbul
FimbulFimbulFimbul

Les phases de combat sont interrompues par de très brèves séquences d'infiltration ou d'exploration. Ces sections se réduisent à éviter le champ de vision d'un troll en vous frayant un chemin dans un zone pour trouver des runes que vous devez activer. Malheureusement, ces phases sont sous-développées et peu utilisées. Même si l'infiltration méritait une plus grande attention lors du développement, elle constituait un changement de rythme bienvenu après les combats souvent répétitifs mais c'est fort dommage qu'elle soit si peu travaillée.

L'exploration subit le même sort. Une fois qu'un combat est terminé, vous êtes autorisé à vous reposer un peu alors que vous cherchez des runes à activer. Le jeu suit une structure linéaire mais il aurait été intéressant de créer plusieurs chemins pour trouver les runes et au passage quelques fragments de mythologie nordique éparpillés dans ces zones.

Heureusement, Fimbul arrive à motiver ses joueurs à progresser quoiqu'il faille avoir déjà été en contact avec la mythologie nordique pour comprendre ce qu'il s'y passe, surtout en ce qui concerne le Ragnarok. Les "cinématiques" sont représentées comme des cases de comics mais mettent en scène plusieurs personnages, ce qui peut les rendre confuses et difficiles à lire. Cependant, nous avons réussi à comprendre ce qu'il se passait la plupart du temps. De vraies cinématiques avec des voix auraient été préférables puisque plus favorables à la bonne compréhension de l'histoire.

FimbulFimbul

Le style comics ne colle par ailleurs pas vraiment avec le reste du style visuel du jeu. Entre Ico et Rime, l'atmosphère est solitaire tout en étant pâle de par ses personnages cartoonesques peints sur une toile plus réaliste. Quoique décousu, nous avons sincèrement apprécié l'art unique que Fimbul montre, mais ce n'est que notre avis. Nous ne pouvons que spéculer face au choix du genre de bande dessinée pour présenter les cinématiques de l'histoire, une esthétique plus proche de celle du jeu aurait beaucoup mieux fonctionné.

Bien que nous ayons apprécié le style artistique, nous ne pouvons mettre de côté les problèmes techniques que subit le jeu. Aucun n'était réellement grave mais nous avons eu droit à des problèmes de clipping, des transitions maladroite et une caméra...disons autonome. Des baisses de fps ont aussi été subies lors d'un combat de boss, ralentissant grandement le jeu. Heureusement, le manque de difficulté ne nous a pas empêché de triompher de nos ennemis mais ces problèmes laissent un arrière gout amer de jeu pas vraiment terminé.

Vers la fin du jeu Fimbul titube un petit peu. Le jeu se repose sur les mêmes séquences de combat simplement en y ajoutant plus d'ennemis et des boss plus fréquents. L'équilibre entre combat, infiltration et exploration est jeté à la poubelle pour donner une fausse sensation d'endgame qui marche peut être thématique ment mais ne sert pas au gameplay. Fimbul peut se révéler amusant pour celles et ceux appréciant la mythologie nordique mais les soucis techniques, les bandes dessinées pas claires et trop de combat hack'n'slash font que le jeu n'est pas vraiment à la hauteur des attentes.

FimbulFimbul
06 Gamereactor France
6 / 10
overall score
La moyenne de Gamereactor. Quelle note lui attribueriez vous? La moyenne est établie à partir des notes accordées par les différentes rédactions européennes de Gamereactor