Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.

Français
tests
Doom Eternal

Doom Eternal

Après le reboot réussi de 2016, id Software revient avec un nouveau FPS Infernal.

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonces

Comme un phénix démoniaque renaissant de ses cendres, Doom, ancêtre de tout les FPS modernes a fait un retour au sommet tonitruant grâce à une campagne d'une qualité rare. Aujourd'hui, la licence est de retour.

Les premières heures de Doom Eternal sont celles qui vous donneront le plus de fil à retordre. Notre plainte principale concerne le fait qu'il y a peut être trop de choses à maitriser avant d'avoir atteint ne serait-ce que la moitié de la campagne. En fait nous n'avons eu l'impression d'être à l'aise qu'à partir des deux tiers du jeu, à la fois avec les contrôles et avec l'interface.

Certains appelleront ça de la profondeur, d'autre du folklore. L'important, c'est qu'il se passe à énormément de choses : les améliorations d'armes et d'amure, les statistiques, les collectibles, les défis in-game, les secrets, le hub à explorer. De plus, le gameplay est renforcé car la gestion des ressources se fait via une triple approche. Vous devez brûler les ennemis pour récupérer de l'armure, réaliser des exécutions pour récupérer de la vie et découper les démons avec votre tronçonneuse pour récupérer des munitions. Certains ennemis ont aussi des parties d'eux-même qui peuvent être détruites, encore un élément à prendre en compte. Il voua faudra du temps pour vous y faire mais une fois que vous le maitrisiez, vous réaliserez alors combien Doom Eternal est un FPS proche de l'excellent.

La satisfaction est ce que nous préférons dans le jeu. Les contrôles sont sûrement les meilleurs du marché à l'heure actuelle. Évoluer dans les différents niveaux est intuitif grâce à un level design efficace et élégant. Certains moments sont durs mais juste assez. Il ne suffira pas de sortir votre plus gros flingue pour vaincre, non. Vous aurez besoin de réfléchir et d'utiliser toutes vos options. Et les développeurs vous donnent des options.

Doom Eternal
Doom EternalDoom EternalDoom Eternal

Le système d'améliorations que nous avons mentionné un peu plus haut amène une vraie couche de profondeur au jeu en vous proposant une pléthore de petits ajustements qui peuvent appuyer un éventail de styles de jeu très divers. Par exemple, nous avons augmenté la distance à partir de laquelle nous pouvons lancer les exécutions. Un peu comme une téléportation à courte portée que nous avons ensuite utilisé pour traverser les différents niveaux plus facilement. Ces animations vous donnent aussi un petit temps d'invincibilité qui est fort bienvenu lors des phases de combat les plus nerveuses.

Et Dieu que le combat est nerveux. Eternal vous mettra face à un flot quasi continu de démons, certains connus, d'autres nouveaux, pendant votre aller-retour en Enfer. Les nouveaux ennemis sont disséminés à un rythme stable pour vous assurer un champ de bataille en perpétuelle évolution qui devient de plus en plus dangereux au fur et à mesure que vous avancez dans le jeu. Votre solution face à cette armée grandissante ? Un arsenal personnel. Le seul souci avec ce système est que lorsque vous arrivez à court de munitions, le changement d'arme se fait automatiquement, ce qui nous a fait gâcher quelques précieuses balles de BFG. Plus positif, les armes peuvent être personnalisées avec des options de tir alternatif par exemple, jusqu'à ce que vous obteniez les améliorations de Maitre (soit en complétant des défis soit un trouvant des pièces qui peuvent vous faire sauter le processus) qui transforment vos fusils en de véritables bêtes. Notre canon lourd a par exemple été converti en mini lance-missiles, ou bien notre fusil à pompe à gagner quelques points de létalité lorsque nous lui avons greffé un grappin enflammé.

Doom Eternal

Le Doom Slayer manie à la perfection un arsenal de rêve. Vous pouvez d'ailleurs modifier son apparence dans votre base d'opérations - un astéroïde orbitant autour de la Terre sur lequel vous retournez entre les misions - et la campagne sera l'occasion d'en apprendre plus sur votre personnage. Voilà le point fort de l'histoire, qui devient de plus en plus cohérente au fur et à mesure du jeu. Notre sauvetage du monde nous a aussi permis de visiter des endroits absolument magnifiques et très variés : villes détruites, donjons enflammés et plus encore que nous ne spoilerons pas. L'atmosphère est lourde et oppressante et correspond parfaitement au scénario sombre.

Mais même si la construction du monde est bluffante, c'est sur vos ennemis que vous serez le plus concentré. Vous savez à quoi vous attendre lorsque le jeu vous offre une montagne de munitions. Et le défi est à la hauteur, parfois peut-être trop. Dans tout les cas, il faut admettre que la courbe de difficulté colle parfaitement à la manière dont votre arsenal s'étoffe. Nous avons baissé la difficulté çà et là pour passer des moments un peu trop compliqués mais aussi parce que nous avions peu de temps pour jouer. Le mode le plus facile est une véritable promenade de santé, nous vous recommandons donc de lancer le jeu en "Fais moi Mal".

Les combats sont parfois extrêmement intenses, surtout durant certaines batailles contres les démons les plus imposants. L'action est entrecoupée de phases de plateforme, histoire de reprendre son souffle. Après nos quelques avant-premières nous n'étions pas entièrement surs de la raison d'être de ces passages mais maintenant que nous avons fini le jeu, leur utilité saute aux yeux, ne serait-ce que pour la petite variation de gameplay qu'elles apportent.

Doom EternalDoom Eternal

En plus de la campagne, le jeu propose quelques activités supplémentaires. L'une d'entre elle consiste en des niveaux montés à la difficulté "maitre", ajoutant un défi supplémentaire dans des zones pré-existantes. En revanche, nous n'avons pas pu tester le multijoueur puisqu'à l'heure où nous écrivons ce test, les serveurs n'ont pas encore ouvert. En attendant, voici nos impressions sur le mode au terme d'une session de jeu chez id Software :

Le mode Battlemode place deux démons contre un soldat, un "Slayer" en VO, suréquipé. Le Slayer peut choisir entre toutes les armes de la campagne et les deux joueurs démons peuvent invoquer des "mini-démons" ou créer des zones de soin ou de dégâts.

Chaque démon jouable à ses forces et ses faiblesses. Par exemple, le Mancubus lance des roquettes et est un vrai sac à PV tandis que l'Élémentaire de Douleur est plus vulnérable mais plus mobile. Les serviteurs qu'ils peuvent invoquer sont également différents, la personnalisation pourra être renforcée en fonction du profil de démon que vous sélectionnez avant la partie. Vous pourrez donc combiner des démons offensifs et défensifs pour maximiser vos chances de victoire.

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonces

Les démons auront besoin d'être stratégiques pour gagner et le Slayer devra plus se reposer sur ses compétences de tireur. Mais nous avons très vite compris que ce dernier aurait aussi besoin de réfléchir un minimum. Nous admettons n'avoir jamais réussi à remporter une partie en jouant contre les démons. Mais cela nous a plu, nous voulions tester différentes stratégies, trouver quels démons focus et apprendre quand forcer pour obtenir un frag. Jouer démon à deux était tout aussi amusant.

En termes de performance, le jeu est fluide (mais il faut savoir que nous jouions avec une RTX 2070), sans baisse de frame rate notable. Une petite prouesse lorsque l'on voit la multitude d'ennemis affichés simultanément sur l'écran. Nos collègues sur consoles n'ont pas non plus noté quelques ralentissement que ce soit. Il ne reste plus qu'à voir comment la version Switch s'en sort. Peu importe la plateforme le jeu est beau grâce à une palette de couleurs diverses et claires et aux environnements au design exceptionnel, sans parler de la parade de monstres animés à la perfection. La bande-son de Mick Gordon renforce également l'action.

Doom EternalDoom Eternal

Le seul aspect technique négatif fut les quelques retour au bureau que nous avons vu. Le jeu continuait de tourner en fond donc rien de très grave. En revanche, la GRTV a connu un destin bien plus funeste à cause d'une sauvegarde corrompue entrainant la perte de nombreuses heures de jeu. Nous aurions pu mettre ça sur le dos de la malchance mais Doom 2016 ayant rencontré des problèmes similaires, il est de notre devoir de le noter.

Ces imperfections techniques nous ont d'ailleurs permis de nous accorder sur la note. L'interface et la progression compliquée jouaient en la défaveur du jeu mais ces problèmes ont confirmé notre pensée. Doom Eternal ne sera malheureusement pas élevé au panthéon des jeux parfaits (si une telle chose existe), mais il s'agit tout de même d'un FPS excellent qui propose une campagne de plus de 20 heures. Malgré une poignée de passages vraiment durs, nous avons passé un très bon moment à massacrer des démons. Si vous êtes vous aussi confiné dans votre appartement, Doom Eternal est le défouloir parfait.

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonces
09 Gamereactor France
9 / 10
+
Les contrôles, l'arsenal, graphiquement magnifique, gameplay profond, les niveaux "maitre", la campagne
-
Une profondeur qui frôle le folklore, des problèmes aves les sauvegardes sur PC
overall score
La moyenne de Gamereactor. Quelle note lui attribueriez vous? La moyenne est établie à partir des notes accordées par les différentes rédactions européennes de Gamereactor

Sur le même sujet

Doom EternalScore

Doom Eternal

TEST. Written by Mike Holmes

Après le reboot réussi de 2016, id Software revient avec un nouveau FPS Infernal.



Chargez le contenu suivant