Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.

Français
Gamereactor
tests
Death Stranding Director's Cut

Death Stranding Director's Cut, la version ultime du chef d'œuvre de Kojima (test)

De nouvelles mécaniques contribuent à en faire une meilleure expérience plus complète et équilibrée.

Subscribe to our newsletter here!

* Required field
HQ
HQ

Death Stranding n'avait pas fait l'unanimité à sa sortie en 2019, et notamment à cause de côté non-conventionnel ; l'œuvre d'Hideo Kojima se présente comme une expérience jamais tentée auparavant. Avec suffisamment de recul, il peut se résumer à "aller de A à B puis à C avant de revenir à A". Certains ont trouvé cela ennuyeux, allant jusqu'à appeler ça un "simulateur de randonnée". Pourtant, Death Stranding a tellement, tellement plus à offrir.

Le thème principal de Death Standing est la connexion. Le but du jeu est littéralement de reconnecter les villes des États-Unis, après un évènement cataclysmique (le fameux Death Stranding). Le scénario est compliqué, avec de lourdes scènes d'exposition et des cinématiques trop longues, mais largement rattrapés par un acting impressionnant, un univers captivant et des retournements de situation à donner la migraine. Du Kojima dans le texte en somme. Nous avions beaucoup apprécié l'histoire et la façon dont le jeu nous présente son monde si étrange et unique. La façon dont les plages, les BB, la technologie Chiro, les DOOMS et tout le reste sont intégrés autant au scénario qu'au gameplay... c'est plutôt impressionnant quand on y repense !

Ceci dit, ce thème de la connexion va bien plus loin que le scénario, puisque Death Stranding connecte aussi ses joueurs. La structure du jeu fait qu'il est volontairement complexe de se rendre de A à B et, pour que les choses soient plus simples, vous êtes encouragé à utiliser des objets, construire des structures ou des routes qui seront aussi disponible pour les autres joueurs.

Death Stranding Director's CutDeath Stranding Director's CutDeath Stranding Director's Cut

L'exemple le plus parlant est la construction de routes, et c'est aussi à ce moment que le jeu clique pour beaucoup. Il est impossible de construire des routes où vous le souhaitez, à la place vous devez "nourrir" des petites machines qui construiront des tronçons. Cependant, il faut énormément de ressources, trop pour un seul joueur, mais heureusement, comme tout le monde peut participer, cette tâche titanesque devient réalisable et tout le monde en profite. Voilà le message de Death Stranding : se rendre la vie plus facile en travaillant tous ensemble.

Cependant, il ne faut pas s'attendre à tout trouver lorsque vous lancez le jeu. Avant de bénéficier des services des autres joueurs, il faut d'abord atteindre les habitats de la zone et les connecter au réseau chiral. Une fois cela fait, il sera possible de voir les constructions des autres Porteurs. Nous ne sommes pas certains de la façon dont le système fonctionne, mais à priori un algorithme se charge de filtrer pour ne pas se retrouver avec une carte complètement débordée par les constructions de tous les joueurs. Le but restant de "recevoir autant que l'on donne".

Death Stranding est également un jeu positif. Vous pouvez laisser des "j'aime" aux autres joueurs et à leurs structures. Cela crée un vrai sentiment, particulièrement lorsque les likes pleuvent après que vous ayez installé une grande structure.

Voilà, entre autres, pourquoi Death Stranding est un chef d'œuvre selon nous.

Death Stranding Director's CutDeath Stranding Director's CutDeath Stranding Director's Cut

Si le scénario est bon, il aurait aussi bien pu être adapté en séries, en film ou même via un livre. C'est le message qui fait la force de DS et qui capitalise sur le fait qu'il s'agit d'un jeu. Il faut traverser les parties frustrantes pour apprécier les connexions et l'aide des autres joueurs plus tard. Et lire un test ne suffit pas à véhiculer ce que Kojima cherche à transmettre ; c'est là que se trouve le chef d'œuvre : dans son exploitation du média.

Évidemment, l'histoire, l'acting, l'univers, la production mirobolante, les graphismes et la musique... tous ces éléments contribuent à en faire une expérience superbe, d'autant plus avec cette transition sur PS5. La différence principale étant les 60 images par secondes.

Cette édition contient aussi de nouvelles fonctionnalités et mécaniques, qui équilibrent l'expérience de jeu. Dans la version originale, le second chapitre était dur, et il fut probablement la raison pour laquelle beaucoup de joueurs ont lâché le jeu. Si la difficulté est encore de mise dans le Director's Cut, ce dernier propose une nouvelle arme, un nouvel exosquelette, un mode entrainement et de meilleurs tutoriels pour alléger et équilibrer le jeu. Vous serez frustré et vous devez passer par là pour comprendre la suite, mais les choses sont bien moins terribles qu'auparavant. Le message reste, certes, mais avec moins de souffrance.

Cet équilibrage vaut aussi pour le reste du jeu, notamment grâce à l'introduction des nouveaux types de ponts, des catapultes à paquets et autre équipement du genre. Steam propose encore plus de contenu via des missions et items Half-Life et Portal, sans oublier la collaboration avec Cyberpunk 2077 (la moto Cyberpunk est superbe). Une toute nouvelle zone en intérieur est aussi disponible, arborant une architecture et un gameplay bien plus proche de Metal Gear Solid ou la discrétion est de mise. Il faudra y revenir régulièrement pour pouvoir accéder aux différentes parties du bâtiment et il est aussi lié à l'histoire, mais nous vous laisserons découvrir par vous même.

Death Stranding Director's CutDeath Stranding Director's CutDeath Stranding Director's Cut

Le Director's Cut inclut aussi des rampes et des circuits où faire la course (la conduite est agréable sur les routes mais horrible en hors-piste). Étant disponible sur PS5, cette version exploite aussi la DualSense et le système audio Tempest 3D. Mais nous aurions aimé voir plus de choses farfelues sortir de l'esprit de Hideo Kojima. A l'heure actuelle, Astro's Playroom et Returnal restent les meilleures utilisation de la manette PS5.

Les propriétaires du jeu sur PS4 peuvent porter leur sauvegarde sur PlayStation 5 et le processus est long et ennuyeux mais au moins l'option existe. Pour le passage à la version next-gen, il faudra payer 10 euros.

Nous pensons très sincèrement que Death Stranding est un chef d'œuvre et cette version est la plus aboutie, mais il n'est pas exempt de défauts pour autant. Comme beaucoup d'autres jeux de Kojima, l'exposition est trop lourde, certains moments sont frustrants et les personnages vous interrompront souvent pour dire des choses évidentes. Le jeu aurait pu être "monté" de façon bien plus efficace, mais cela s'applique aussi à tout les Metal Gear, à force, les fans savent à quoi s'attendre. L'IA des ennemis humains pourrait aussi bénéficier d'une petite révision et, comme nous l'avons mentionné, la conduite est affreuse hors des routes.

Un chef d'œuvre imparfait mais un chef d'œuvre quand même. Death Stranding n'a pas de semblable, et exploite le fait d'être un jeu à la perfection. Le Director's Cut en améliore les qualités via une réduction de la difficulté, une fluidité de gameplay décuplée et des nouveautés à explorer. Certains continueront de le trouver ennuyeux et frustrant mais si vous finissez par le tester, gardez en tête qu'il vous faudra du temps pour pleinement l'apprécier. Un investissement certes, mais qui en vaut la chandelle.

HQ
Death Stranding Director's CutDeath Stranding Director's CutDeath Stranding Director's Cut
Death Stranding Director's CutDeath Stranding Director's CutDeath Stranding Director's Cut
Death Stranding Director's CutDeath Stranding Director's CutDeath Stranding Director's Cut
Death Stranding Director's CutDeath Stranding Director's CutDeath Stranding Director's Cut
09 Gamereactor France
9 / 10
+
Un chef d'œuvre du jeu vidéo, les additions rendent l'expérience moins fastidieuse, les 60 fps...
-
Toujours aussi lourd dans son exposition, si le gameplay a été revu, le rythme continue d'être parfois trop haché...
overall score
La moyenne de Gamereactor. Quelle note lui attribueriez vous? La moyenne est établie à partir des notes accordées par les différentes rédactions européennes de Gamereactor

Sur le même sujet



Chargez le contenu suivant