Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.

Français
Première page
tests
Concrete Genie

Concrete Genie

Une exclusivité malheureusement loin d'être digne de ses prédécesseurs...

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonces
Concrete GenieConcrete Genie

Les exclusivités de Sony passent rarement inaperçues. The Last of Us: Part II l'année prochaine est très attendu, tandis que le catalogue qui précède est rempli de joyaux comme God of War ou Spider-Man. Ainsi, lorsque Concrete Genie de Pixelopus a été révélé, on attendait un jeu aux grandes ambitions. Ceci est une autre exclusivité PS4, un label qui est devenu de plus en plus synonyme de haute qualité, cinématographique et visuellement impressionnant.

Si vous avez vu les bandes-annonces, vous comprendrez tout de suite le concept de base de ce jeu. Vous incarnez Ash, un garçon dans un monde sombre et morne, qui exploite les pouvoirs des génies magiques pour insuffler vie et couleurs à la ville de Denska. Au début du jeu, vous visitez un phare. Vous obtenez alors un pinceau magique qui vous permet de colorer les murs et de créer vous-même des génies, des créatures lumineuses, avec des fonctionnalités personnalisables.

Concrete GenieConcrete Genie

Pixelopus introduit lentement ses les mécanismes au fur et à mesure. On apprend donc à maîtriser la super peinture pour effacer les ténèbres (une sorte de boue qui a corrompu des parties de la ville). Une fois que vous avez découvert toutes les mécaniques dans le premier chapitre, vous devez vous rendre dans différentes zones de la ville de Denska et d'allumer toutes les ampoules qui se trouvent à l'intérieur ou repeindre les murs. Cela déverrouille la zone suivante, puis on rince et on recommence.

Le problème est que cela devient répétitif très rapidement, car vous êtes plus un peintre sur un mur qu'un artiste la plupart du temps. Ajoutez à cela le fait que les tyrans de la ville peuvent vous saisir et voler votre pinceau lorsque vous êtes sur le sol, vous obligeant à grimper sur les toits à l'aide d'animations Assassin's Creedesque maladroites bien qu'amusantes. Cela fini par être fastidieux au bout d'un certain temps. Ces voyous sont plus agaçants qu'autre chose et il sont si lents qu'on finit par les semer la plupart du temps.

Concrete GenieConcrete GenieConcrete Genie
Concrete GenieConcrete GenieConcrete Genie

Les génies eux-mêmes offrent une certaine variété, mais pas autant qu'on l'aurait espéré. Les génies de feu peuvent allumer des objets, les génies jaunes peuvent électrifier et les génies bleus peuvent faire des rafales de vent pour modifier l'environnement. C'est un jeu familial donc rien de tout cela n'est trop difficile, mais c'est un changement de rythme bienvenu. Vous aurez également besoin de trouver des pages de carnet contenant des dessins pour satisfaire vos génies.

Après quelques chapitres présentant ces différents génies, le jeu change soudainement de rythme. Nous ne dirons pas ce qui se passe dans l'intrigue, mais essentiellement, Pixelopus utilise les énigmes pour faire de Concrete Genie un jeu plus basique, avec quelques attaques différentes basées sur les capacités des différents génies. Cela vous permet de chasser les ennemis des zones que vous avez déjà traversées.

C'est un changement déroutant et choquant qui se produit et, même s'il ajoute une touche de variété, cela devient rapidement fastidieux. Les ennemis ont simplement besoin de deux attaques différentes pour les approcher et les dompter. Plus tard, le mécanisme de peinture sur murs revient en force, sauf que cette fois, il s'agit plus que d'une liste de choses à peindre pour faire plaisir aux génies. se sentir comme un exercice de case à cocher plus d'une création d'œuvres d'art.

Finalement vous peignez ce que l'on vous dit plutôt que ce que vous voulez. Les génies demandent constamment des designs spécifiques, même lorsque vous devez réaliser les «chefs-d'œuvre», qui sont des toiles géantes sur les côtés des bâtiments qui s'animent une fois que vous avez terminé. Il y a de la place pour la créativité, mais elle est étouffée par les demandes constantes, sans parler des contrôles de mouvement frustrants utilisés pour peindre (nous les avons désactivés, ce que vous pouvez heureusement faire dans les menus).

Malheureusement, ces défauts sont également les raisons pour lesquelles le mode PlayStation VR inclus ne vous divertira pas longtemps. La partie structurée de cet aspect nous emmène sous le phare menaçant, où un génie appelé Splotch veut surtout se divertir et nous charge de peindre des objets spécifiques sur les murs, etc.

Tout comme le jeu de base, la partie VR souffre des contraintes. Après avoir pu peindre assez librement au début, Splotch commence à faire des demandes, ce qui limite votre imagination à un certain degré. Avoir ces restrictions devient d'autant plus frustrant que vous devez utiliser les contrôleurs de déplacement. Pourquoi nous obliger à utiliser des contrôleurs avec un tel potentiel alors que nous ne faisons que placer certains objets sur une toile? Bien sûr, terminer la partie structurée au bout de 20 à 30 minutes ouvre le mode Peinture libre, mais cela ne retiendra probablement pas votre attention longtemps non plus, car la lacune de la campagne transparaît également.

Concrete GenieConcrete GenieConcrete Genie

En ce qui concerne l'histoire le jeu assez court, nous l'avons terminé en trois ou quatre heures environ. Concrete Genie ressemble beaucoup à un film d'animation, car c'est la double histoire d'un garçon qui veut apporter le bonheur dans une ville dépourvue de vie. C'est très prévisible, et malgré les cinématiques cinématographiques, Ash et les autres n'ont tout simplement pas assez de temps pour respirer et avoir un impact émotionnel suffisant. On nous jette dedans, on nous dit que Denska vaut la peine d'être sauvé, et c'est tout le contexte que nous avons.

De plus, les niveaux et les environnements eux-mêmes sont ennuyeux. Oui, c'est ça le but, mais ça ne rend pas ça divertissant quand la seule chose qui soit intéressante, c'est votre art. Vous allez surtout vous promener dans des égouts, des usines et des maisons sombres. Il y a des pages supplémentaires à collectionner à trouver également, mais avec l'escalade difficile, nous n'avions pas vraiment envie d'explorer tous les coins et recoins.

Pour donner un peu de crédit tout de même, les visuels de votre pinceau et de ses créations sont excellents. Créer votre génie et le regarder s'épanouir sur les murs est vraiment quelque chose de touchant, de même que les chefs-d'œuvre et les éléments colorés qui prennent également vie.

Une fois terminé, nous sommes restés sur notre faim. Sur le papier, cela ressemble à une histoire magique sur le retour de la joie dans une ville désolée, mais en pratique, il s'agit d'un voyage lugubre dans des environnements sombres et répétitifs, qui propose des tâches tout aussi répétitives pour faire avancer l'intrigue. Il y a de la joie dans vos créations, mais même celles-ci ne sont pas très amusantes lorsqu'elles deviennent un exercice fastidieux, laissant Concrete Genie, malheureusement, une exclusivité PS4 sans commune mesure avec la qualité de ses pairs.

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonces

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonces
04 Gamereactor France
4 / 10
overall score
La moyenne de Gamereactor. Quelle note lui attribueriez vous? La moyenne est établie à partir des notes accordées par les différentes rédactions européennes de Gamereactor

Sur le même sujet

Concrete GenieScore

Concrete Genie

TEST. Written by Sam Bishop

Une exclusivité malheureusement loin d'être digne de ses prédécesseurs...

Chargez le contenu suivant