Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.

Français
Première page
tests
Close to the Sun

Close to the Sun

Nous sommes montés à bord de l'Helios de Nikola Tesla afin de découvrir ses secrets. Et autant vous dire tout de suite qu'on a été un peu déçus...

Close to the Sun

L'ambition est une qualité importante, comme le fait de construire un navire colossal pour naviguer dans les eaux internationales afin de pouvoir faire des découvertes scientifiques à l'abri des regards. C'est exactement ce que le célèbre scientifique, Nikola Tesla, a fait dans l'univers de Close to the Sun, qui vient juste de sortir sur PC via l'Epic Games Store. Un nom qui évoque Icare et la légende de la Grèce antique, et qui a suscité en nous une attente élévée.

Malgré que le concepteur du jeu, Joel Hakalax, ait répété que le but n'était pas de copier BioShock ici, les comparaisons sont néanmoins inévitables. Même dès le premier instant où le logo apparaît à l'écran, les couloirs de Rapture viennent de suite à l'esprit. Le style d'art iconique nous fait penser au monde étonnant créé dans BioShock, et ce n'est pas la seule chose qui nous le rappelle.

En termes de récit, il existe également d'autres similitudes. On commence le jeu en incarnant une journaliste du nom de Rose Archer, qui reçoit une note mystérieuse de sa sœur Ada, une scientifique à bord du navire Helios de Tesla. Rose est appelée à venir la chercher, mais au lieu des esprits animés des scientifiques et du luxe, elle trouve un lieu ruiné de ce qu'il était autrefois, jonché de cadavres.

Close to the Sun
Close to the SunClose to the SunClose to the Sun

Nous nous ne plongerons pas trop dans l'histoire, mais l'on peut dire qu'elle propose des idées intéressantes sur l'histoire alternative, où Tesla prend le contrôle de ses activités scientifiques et de ses idées futuristes en s'isolant et en construisant une communauté au sein de l'Helios. Et si sa richesse était inégalée, la rivalité entre lui et son collègue inventeur, Thomas Edison, s'est transformée en guerre froid et a créé un monde sous son contrôle ? Telles sont les questions que Close to the Sun barbote.

Nous disons « barbote » car en réalité, très peu des thèmes du jeu sont explorés avec grande profondeur, ce qui est vraiment dommage. Il dure environ cinq ou six heures au total, avec une poignée d'objets de collection dans chacun des dix chapitres (plus un prologue). Cela ne donne vraiment pas assez de place aux personnages ou aux notes de l'histoire pour respirer comme nous le souhaitions. Nikola Tesla lui-même apparaît dans de brefs moments (notre allié Aubrey étant toujours plus présent). La relation entre Rose et Ada aurait pu être un peu plus détaillée pour nous encourager à vraiment chercher « notre » sœur dans ce monde hostile.

C'est comme si l'intrigue se déroulait à toute allure, et que rencontrer un moment culminant menait rapidement à la partie suivante du navire, et avant de vous rendre compte vous constaterez que le générique affiche plus de questions que de réponses. Par exemple, la raison de la disparition du bateau est simplement considérée comme une « science compliquée », ce qui nous laisse nous interroger sur comment les choses se sont si mal déroulées avec Helios.

La relation de Rose avec Ada a certes ses bons moments, mais comme dans beaucoup d'autres jeux, Rose tombe dans le piège qui consiste à essayer d'être drôle dans des moments inappropriés. Les éléments du jeu ne semblent pas non plus lui faire écho, elle passe d'une tragédie et d'un traumatisme remarquablement vite, son humour comique avec le désespoir qui l'entoure.

Close to the Sun
Close to the SunClose to the SunClose to the Sun

Cela dit, le désespoir que Storm in a Teacup a créé dans le monde de Hélios est exceptionnel. Il y a une interaction entre les moments vraiment explosifs et effrayants utilisés avec parcimonie - et à bon escient - et une tristesse plus calme, qui produit un monde convaincant où vous pouvez voir la souffrance partout où vous regardez. La narration environnementale relayée par des notes donne une idée des personnages qui peuplaient autrefois les différentes sections du navire. Des échos du passé reviennent également souvent pour nous rappeler la vie qu'il y avait jadis là-bas.

L'incarnation de l'horreur, cependant, sont les séquences de poursuite qui se déroulent à différents moments à travers la campagne. Avoir un ennemi qui nous pourchasse tandis que nous fuyons est assez angoissant, puisque nous sommes désarmés comme dans Outlast. Mais il y a un gros problème ici, ces séquences vous obligent à appuyer rapidement sur un bouton pour sauter par-dessus les obstacles, mais celui-ci ne fonctionne pas souvent en raison d'une marge d'erreur. Ce qui signifie que nous devons jouer ces moments encore et encore jusqu'à ce que notre pression sur le bouton nous permette de sauter au-dessus de tout. Cela engendre une pure frustration.

Visuellement, l'Helios est une merveille à voir. Il a été construit dans le style luxueux de 1897. Le jeu est une expérience linéaire et vous ne l'explorerez pas comme un jeu en monde ouvert, mais il y a suffisamment de coins et de recoins pour récompenser les curieux, avec notamment des extras cachés. Tels que des documents à collectionner comme des plans, mais nous recommandons surtout d'explorer pour admirer les paysages à couper le souffle et variés, tous plongés dans les ténèbres. Il y a quelque chose de si sinistre dans cet endroit qui était auparavant glamour, et qui est désormais recouvert de sang. Cette juxtaposition fonctionne à merveille.

Close to the Sun
Close to the SunClose to the SunClose to the Sun

Quelque chose qui est également cloué dans ce monde est l'échelle. Les couloirs ne sont pas tous étroits, car il y a divers endroits tels que les salles des machines et le théâtre qui vous montrent à quel point le navire est gigantesque. Ce n'est donc pas du tout un jeu d'horreur claustrophobique. Au lieu de cela, il s'agit de la peur qui vient de ne pas savoir ce qu'il se trouve dans la pièce avec vous, à n'importe quel moment, quelque chose qui peut vous observer et vous attendre dans le coin.

Dans un sens, il est vraiment dommage que les comparaisons de BioShock aient été inévitables avec Close to the Sun, car cela n'a vraiment aucun effet positif. Nous souhaiterions simplement que certains des points clés du récit aient plus de temps et d'espace pour s'épanouir, mais nous recommandons tout de même le jeu simplement pour explorer ce monde merveilleux. Ce n'est certes pas un classique de l'horreur, mais ce monde est rempli de terreur, de tristesse et beaucoup d'autres choses étranges qui valent le détour.

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonce
Close to the SunClose to the Sun
06 Gamereactor France
6 / 10
overall score
La moyenne de Gamereactor. Quelle note lui attribueriez vous? La moyenne est établie à partir des notes accordées par les différentes rédactions européennes de Gamereactor