Français
Gamereactor
tests
Call of Cthulhu

Call of Cthulhu

Le Grand Rêveur s'est réveillé, les cauchemars peuvent désormais commencer.

Subscribe to our newsletter here!

* Required field
HQ
HQ

Pour les fans d'univers fantastique ou horrifique de Lovecraft, c'était un peu le désert coté jeu vidéo ses dernières années. The Infectious Madness et Achtung! Cthulhu Tactics ont tenté de rattraper le coup, mais rien de vraiment concret ou fidèle aux œuvres de l'auteur. Cependant, l'adaptation de Call of Cthulhu (qui est initialement un jeu de rôle sur table sorti au début des années 1980) marque un changement majeur dans ce domaine.

Le jeu suit le personnage d'Edward Pierce, un ancien combattant de la Première Guerre mondiale qui vient juste de rentrer au pays et qui est devenu détective privé. Alcoolique, à cause de ses traumatismes d'ancien soldat et des cauchemars qu'il fait : il passe plus de temps au fond de la bouteille qu'à résoudre des affaires. On l'oblige donc à accepter la première mission qui se présente à lui, sous peine de perdre sa licence de privé. Voilà comment il se retrouve en route pour Darkwater, une île connue pour sa pratique de la chasse à la baleine, non loin de Boston.

Il enquête sur la mort étrange de la famille Hawkins, avec pour seul indice un tableau étrange, une étiquette d'expédition et la promesse d'un gros salaire s'il trouve quoi que ce soit. Ce couple de notables et leur enfant seraient décédés dans un incendie accidentel, mais le rapport de police est incomplet et mentionne l'état mental de Sarah, la mère.

Ceci est une annonce:

Le début du jeu est abrupt, et l'argument du « prend l'affaire sinon tu es à la rue » est évidemment nécessaire pour justifier que notre héros accepte une affaire aussi farfelu. Il est clair cependant, que ce n'est pas le cœur de l'histoire, on peut donc aussi se dire que ce n'est pas plus mal d'avoir une introduction éclair pour rapidement passer à un environnement... plus proche de l'angoisse.

Call of Cthulhu

Darkwater Island est aussi déprimante que son nom le laisse entendre. C'est un petit village de pêcheur, mal éclairé, sale et vétuste. Il n'y a pas grand chose à faire si ce n'est boire, car même les poissons ont déserté l'endroit. C'est un lieu de vie morne, lugubre, qui offre un cadre idéal pour une histoire horrifique de Lovecraft.

Le jeu débute facilement, avec un gameplay qui évolue au fur et à mesure de votre avancée. On est principalement avec des mécaniques de jeu qui s'appuie sur la natation, en se basant sur vos choix de dialogues, vos décisions et les interrogatoires que vous menez. Avec le temps, vous allez devoir faire face à des situations ou vous devrez être furtif pour vous déplacer ou éviter le danger. Il y aura également des phases d'action et des moments où vous devrez reconstituer des événements passés pour résoudre des énigmes, un peu à la manière d'un Batman.

Ceci est une annonce:

Le héros dispose également d'un arbre de compétence très proche de celui de The Council. Cela vous permet d'avoir plus de choix d'action dans certaines situations où suffisamment de connaissances dans certains domaines pour poser les bonnes questions, en fonction de la discipline que vous avez choisis d'optimiser : Occulte, Médecine, Force, Agilité, etc.
Globalement, si cela offre une forme de re-jouablilité à cet opus, sachez cependant que cela ne changera fondamentalement rien à votre aventure ou à vos résultats dans le scénario.

Call of CthulhuCall of Cthulhu

Bien que cet opus soit relativement très linéaire au niveau de son histoire, ainsi que dans les environnements qu'il propose : il existe également des niveaux plus ouverts et plus apte à l'exploration. Cependant, ne vous excitez pas pour autant, il s'agit plus d'un moment où vous pouvez profiter de l'ambiance et d'une vague forme de liberté, que d'une situation avec un réel objectif.

Call of CthulhuCall of Cthulhu

Au risque de se répéter : l'atmosphère est la caractéristique du jeu la plus réussie. Différents filtres et effet permettent de suivre la descente dans les affres de la folie de notre personnage. La plupart des choses que vous verrez sont des hallucinations, cela donne une dimension très psychologique au jeu. Il y a des visions incompréhensibles, stressantes, troublantes et une bande-son qui vous obligera à allumer la lumière si vous jouez dans le noir. Attention, si vous êtes cardiaques : il y a quelques screamer qui nous on fait bondir hors de notre fauteuil. Le jeu n'a pas de rythmes effrénés toutefois, c'est justement la lenteur qui le rend aussi oppressant, à l'instar d'un Silent Hill par exemple.

Les différents protagonistes que l'on rencontre brille également par leur personnalité. Le capitaine du port, Cat, et l'officier Bradley font partis de ceux que l'on a le plus apprécié. Notre héros lui-même se dévoile au fur et à mesure de votre avancée, ce qui le fait passer du statut de pauvre type antipathique à celui de mec malchanceux dans la vie. Les dialogues sont travaillés et soignés. En tout cas, ceux que nous pouvons lors des interrogatoires, les discussions qu'il est possible d'avoir avec les badauds qui traînent dans la rue sont en revanche un peu simpliste.

Call of CthulhuCall of CthulhuCall of Cthulhu

Pour l'originalité, on repassera : Call of Cthulhu propose un riche ensemble de clichés d'horreur en ce qui concerne les environnements. On passe d'un manoir en ruine à des grottes mystérieuse, en passant par un hôpital/asile angoissant, etc. Le level-design est correct, mais est graphiquement un peu faible. Il est bien loin d'un Uncharted 4 ou de Red Dead Redemption 2. On comprend que ce n'est pas la priorité du jeu, mais il y aurait pu avoir un petit effort sur ce point, certains visages et expressions faciales laissent parfois vraiment à désirer.

Cela n'enlève toutefois rien aux impressions que le jeu laisse en bouche. Ici, la folie semble presque palpable, réelle, et on a vraiment l'impression d'être un pion dans les plans du Grand Rêveur. Dans les dernières parties du jeu, votre santé mentale devient un facteur important, votre avarice va telle avoir raison de vous ? Combien de connaissances allez-vous acquérir et à quel coût ? On vous laisse le découvrir par vous-même.

Call of Cthulhu
Call of CthulhuCall of CthulhuCall of Cthulhu

Les aventures sur Darkwater Island se déroulent sur 14 chapitres, certains plus courts, certains plus longs. Comptez plus d'une dizaine d'heures pour le terminer entièrement. Cependant, il y a assez d'intrigues pour avoir envie d'y rejouer une seconde fois, afin de mieux saisir les nuances du scénario ou pour découvrir des fins différentes (il y en a quatre à expérimenter). Bien évidemment, certaines mécaniques de gameplay sont un peu désuètes et « has-been. » A vrai dire, on a presque l'impression que le studio de développement n'a pas voulu prendre de risques en se basant sur des valeurs sûres, au détriment d'une certaine touche d'originalité. C'est du second ordre cependant face à une ambiance, un scénario et des protagonistes charismatiques. Il est rare en effet, de trouver un jeu qui mêle autant d'intrigues, d'angoisse, d'horreur, le tout avec la subtilité d'une histoire de Lovecraft. Pour cela : Call of Cthulhu est une vraie réussite.

HQ
Call of CthulhuCall of CthulhuCall of CthulhuCall of Cthulhu
Call of Cthulhu
Call of Cthulhu
07 Gamereactor France
7 / 10
+
Une ambiance fidèle à l'univers et à la licence. Une intrigue captivante. Des personnages charismatiques et des hallucinations immersives.
-
Les scènes d'actions et de furtivité. Un gameplay qui n'apporte rien de plus. Une histoire parfois un peu trop linéaire et des environnements souvent trop étroits.
overall score
La moyenne de Gamereactor. Quelle note lui attribueriez vous? La moyenne est établie à partir des notes accordées par les différentes rédactions européennes de Gamereactor

Sur le même sujet

0
Call of CthulhuScore

Call of Cthulhu

TEST. Written by Garry Leprince

Le Grand Rêveur s'est réveillé, les cauchemars peuvent désormais commencer.



Chargez le contenu suivant