Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.

Français
Première page
tests
Astral Chain

Astral Chain

Entre difficulté bien dosée et graphismes spectaculaires, Astral Chain offre de la fraîcheur au catalogue de Nintendo.

  • Charles-Antoine MohengCharles-Antoine Moheng

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonces

Quelqu'un qui combat des monstres doit faire attention à ne pas en devenir un. Il peut aussi les capturer, afin d'en conserver un dans une sorte de Pokeball et le forcer à combattre pour vous. La deuxième option est plus attrayante, surtout quand le monstre en question peut, entre autres, voler. Non non, ce n'est pas de Pokemon Épée ou de Pokémon Bouclier dont il s'agit ici, mais bien d'Astral Chain, le dernier-né de Platinium Games.

Exclusivité Switch, Astral Chain est le fruit d'une collaboration entre Nintendo et PlatinumGames. Collaboration qui a accouché de bons (Nier : Automata ou Bayonetta par exemple) comme de mauvais jeux (Star Fox Zero). Néanmoins, le studio japonais a appris de ces erreurs et Astral Chain est le premier titre sorti depuis le succès majeur de Nier : Automata.

Astral Chain se situe dans une ville japonaise dans les années 2280 et le joueur incarne deux personnages à la fois : un agent de Neuron - département spécial de la police - et une Légion, chimère domptée pour pouvoir sauver le monde. Outre les effets spectaculaires garantis, les combats à deux personnages se révèlent chaotiques et parfois compliqués à suivre.

Astral Chain

Pour expliquer la présence de ces compagnons astraux, le jeu prend pour décor Ark, une ville fictive et futuriste. Depuis plusieurs années, l'Humanité est attaquée par des Chimères, sortant de portails rouges, invisibles à l'œil nu. Grâce à l'idée d'un scientifique, certaines Chimères sont capturées et retournées contre leur espèce : c'est Neuron le responsable du sale boulot, département spécial de la police de la ville.

Néanmoins, c'est là que l'on reconnaît le savoir-faire de Platinium Games, adepte des mécaniques de jeux innovantes : la caméra est très sensible et le style d'action proposé par le jeu est maîtrisé. Partie majeure du jeu, les combats sont vivants et rythmés, plusieurs combinaisons entre la Légion et le personnage sont possibles, ouvrant le joueur à des plans de jeux différents. De fait, il est possible de garder les méchants à distance pour conserver sa santé (qui en difficulté "Normale" peut partir TRÈS VITE) ou opter pour une position plus agressive.

De fait, votre Légion est attachée à vous au moyen d'une chaîne. Grâce à ZL, le joueur l'appelle du plan astral (on vous laisse devinez d'où le jeu tire son titre) et dès lors, les combats sont plus intéressants. La Légion, une fois appelée, peut combattre selon sa volonté ou suivre les ordres. Grâce au joystick droit et à ZR, le joueur contrôle la créature, lui permettant diverses options grâce à la chaîne qui les relie : entourer la chaîne autour de vos ennemis les immobilisera, tandis que vous pourrez sortir d'une situation difficile en rejoignant votre Légion située à l'autre bout de la pièce (entre autres !).

Bien que ces différentes combinaisons soient difficiles à prendre en main au départ, la courbe d'apprentissage se grimpe facilement et on s'émerveille au fur et à mesure des possibilités en combat. Par ailleurs, votre Légion ne peut pas mourir : sa vie est représentée par une barre de chargement, qui une fois vide, doit se remplir au repos dans son Légatus. Grâce à du matériel récupéré sur les ennemis, de nouvelles compétences (actives et passives) aptitudes peuvent être apprises pour votre Légion. À cela s'ajoute les différents talents lootés durant le jeu, permettant une personnalisation de votre monstre de poche agréable.

Par ailleurs, la Légion ne sera pas à la seule à s'améliorer : le personnage incarné par le joueur peut aussi bénéficier de quelques améliorations. Entre les missions, vous resterez au QG de Neuron, avec tous les autres membres. Certains d'entre eux sont ingénieurs, et peuvent vous proposer des améliorations pour votre arme : modulable, elle ne se transforme qu'en matraque et en pistolet au début du jeu mais possède de nombreux autres aspects. Enfin, la fin de chaque mission sur le terrain - annexes ou pas - est notée, permettant l'évaluation globale à la fin de chaque "fichier". Cette note globale vous attribuera un score, vous permettant de grimper les échelons, à vous de prouver que vous êtes plus qu'un simple agent. Ces promotions vous permettront, d'avoir plus de PV et d'argent.

Néanmoins, cela s'accompagne nécessairement de défauts : avec un gameplay aussi nerveux et dynamique, la caméra a parfois du mal à suivre le mouvement du tandem, résultant dans des vues improbables et gênantes pour le combat. En plus de l'interface chargée et des explosions de couleurs permanentes, il est parfois difficile de comprendre ce qui se passe à l'écran.

Astral ChainAstral Chain

En ce qui concerne les protagonistes principaux, les jumeaux Howard intègrent le département peu de temps après leur arrivée à la police. Le joueur incarne (garçon ou fille au choix) le plus silencieux des deux. Outre les combats évoqués, le policier a aussi à enquêter sur des disparitions, nettoyer la ville de la corruption et résoudre des énigmes dispersées ça et là.

Astral Chain

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonces

Histoire de calmer les ardeurs et le rythme - et surtout, de rendre le titre cohérent ! - Astral Chain alterne les combats avec des phases d'enquêtes. Là aussi, il s'agit de compter sur notre Légion : grâce à elle, différents passages se débloquent et de nouveaux chemins s'ouvrent. Par ailleurs, en tant que policier, le joueur n'aura pas à que à s'occuper d'affaires reliées aux Chimères : dealers de drogue, vandalisme ... tout y passe. Néanmoins, ces dernières ne restent que des missions annexes et la mission principale reste la traque des monstres invisibles. Si vous avez peur que les enquêtes ralentissent le rythme du jeu, c'est tout à fait légitime : pour être honnête, c'était notre cas aussi. De fait, l'investigation permet de reposer les yeux et le cerveau : les combats sont nerveux et chargés, et il arrive que certaines parties du jeu soient presque fatigantes en imposant aux joueurs de combattre 2, 3 voire 4 Chimères boss à la suite. Outre son aspect reposant, l'enquête permet au studio de rendre Astral Chain cohérent : grâce à celle-ci, l'histoire se dévoile peu à peu et garde le joueur en haleine.

Astral Chain

Bien connus pour des combats explosifs, les jeux de PlatiniumGames s'accompagnent aussi d'une narration puissante : Astral Chain ne fait pas exception à la règle. L'histoire comporte son lot de retournements de situation et parvient à interroger le joueur sur ce qui peut arriver dans le jeu. De plus, l'intrigue principale s'accompagne de missions annexes apportant sa petite touche. Inspiré par Ghost in the Shell, Appleseed ou encore Neon : Genesis, Astral Chain présente une intrigue plaisante, bien orchestrée et - critère très important - des personnages attachants.

De plus, le studio japonais a travaillé les détails : en appuyant sur "+", le policier accède à l'I.R.I.S, un système digital permettant de renseigner l'utilisateur sur les personnages (comme l'âge, la taille, son boulot, ses mensurations ... oui oui vraiment).
Néanmoins, cette fonctionnalité est complètement sous-exploitée. De fait, on aurait préféré plus d'interactions entre les personnages, et surtout les principaux : les deux jumeaux parlent peu ensemble et si l'on note certains efforts pour mettre leur fraternité au-devant de la scène, on reste sur notre faim. L'I.R.I.S, assez peu utile, charge une interface bien lourde : entre une carte brouillon, le suivi des quêtes, la forme de la matraque plus les bulles de ce que disent les gens, il est parfois difficile de s'y retrouver.

Dans l'ensemble Astral Chain est un bon jeu et est loin de faire défaut au catalogue de la Switch. Le titre de PlatiniumGames proposant un système de combat haletant (bien qu'il soit parfois chaotique et fatiguant à suivre) à la difficulté qui satisfera les plus téméraires - même si l'on n'arrive pas au niveau d'exigence d'un DarkSouls -

Les phases d'enquêtes sont agréables à suivre et fait office de cure de désintoxication à des affrontements parfois longs et exténuants. Les cinq Légions varient les plaisirs, tout comme la personnalisation du style de combat à travers l'arbre de talent. Aux plus perfectionnistes d'entre-vous, Astral Chain offre une bonne dose de rejouabilité puisque la difficulté extrême se débloque au fur à mesure de l'aventure, et il vous faudra plus d'un essai pour parvenir à obtenir la note maximum sur chaque mission (et donc d'accéder au statut suprême).

En bref, Astral Chain est fait pour les joueurs à la recherche de challenge dans un univers futuriste inspiré des animés japonais.

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonces
Astral Chain
Astral Chain
07 Gamereactor France
7 / 10
+
Gameplay challenging et immersif, intrigue captivante, enquêtes divertissantes, graphismes spectaculaires
-
Combats chaotiques par moment, interface très chargée et une carte inutile; manque de liaisons entre les personnages
overall score
La moyenne de Gamereactor. Quelle note lui attribueriez vous? La moyenne est établie à partir des notes accordées par les différentes rédactions européennes de Gamereactor

Related texts

Astral ChainScore

Astral Chain

TEST. Written by Charles-Antoine Moheng

Entre difficulté bien dosée et graphismes spectaculaires, Astral Chain offre de la fraîcheur au catalogue de Nintendo.

Astral Chain

Astral Chain

PREVIEW. Written by Tanguy De Carvalho

Du gameplay d'Astral Chain ainsi que le scénario du jeu ont été présentés lors d'un événement post-E3 à Paris. Voici ce qui en découle.

Chargez le contenu suivant