Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.

Français
Gamereactor France
tests
Anthem

Anthem

Bioware est de retour avec une toute nouvelle aventure de science-fiction et un monde étrange.

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonce

Après une semaine d'accès anticipé payant sur PC (et un essai de 10 heures sur Xbox One), Anthem est enfin dans les rayons et a été mis à jour avec le très important correctif du premier lancement. Nous avons joué toute la semaine, à la fois avant et après la mise à jour qui élimine les bugs : il est donc enfin temps de résumer nos impressions sur un jeu qui en met plein la vue et déçoit presque tout autant. Mais avant, reprenons les propos que nous avions déjà exprimés dans nos toutes premières impressions du jeu.

Anthem est le jeu d'EA qui suit les traces de jeux comme Destiny 2 ou Warframe : Bioware a conçu un jeu de tir de science-fiction à la troisième personne, conçu avec une seule idée en tête, entraîner les joueurs dans une boucle presque infinie de combats et de raids. À certains égards, Anthem réussit absolument dans cette entreprise. Volez dans les airs avec votre costume de guerre mécanisé (ici appelé Javelin) et faire pleuvoir une pluie de feu et de chaos sur vos ennemis et remarquablement agréable. Et bien souvent, vous allez prendre votre pied dans les combats.

En effet, Anthem est un beau jeu qui regorge de lieux sublimes à explorer, de vastes étendues et des recoins plus petits, cachés dans un immense monde bac à sable. Les ennemis sont étranges, impressionnants et menaçants. Piloter un Javelin est un plaisir, et les personnages à qui vous parlez sont, mis à part quelques animations loufoques au milieu d'une conversation, réalistes et bien fait. Bref, Bioware a conçu un jeu magnifique et nous l'avons certainement apprécié d'un point de vue visuel. Vous ne trouverez pas ici de bêtise à la Andromeda.

Anthem

L'histoire vous amène à jouer le rôle d'un soldat sans nom qui n'a pour tâche que de sauver le monde avec une pléiade de personnages colorés à vos côtés. Chaque joueur est embarqué dans un voyage au cours duquel les habitants de cette étrange planète dépendent de votre force de combat, composée de super-soldats fortement blindés appellés les Freelancers. Dans cette histoire, de vieux ennemis sont réapparus et, sans surprise, ils désirent dominer monde en utilisant le mystérieux Hymne (Anthem en anglais). Naturellement, c'est à vous de les arrêter.

Nous avons déjà mentionné le combat mais il y a beaucoup à dire. Il existe quatre types de Javelins parmi lesquels certains ne se déverrouillent qu'après avoir joué un certain temps. De manière générale, nous avons opté pour la classe intermédiaire. Les Javelins peuvent être personnalisés dans une mesure raisonnable, avec suffisamment de place pour choisir vos grenades, deux armes, une attaque ultime et de nombreux emplacement pour des améliorations diverses. Vous pouvez également choisir les options de personnalisation afin de modifier votre armure avec différents matériaux et couleurs, le tout soutenu par un magasin de cosmétiques bien placé.

AnthemAnthem

Le rythme du gameplay est assez simple : vous devez vous rendre à un endroit qui craint pour les habitants, faire le ménage (tuer toutes menace) et ramasser le butin. Bien sûr, l'accent est mis sur le jeu en équipe. Cela dit, l'élément social ne profite pas toujours à l'expérience du joueur et si vous êtes à la traîne pour quelque raison que ce soit, vous serez téléportés à la prochaine rencontre, que cela vous plaise ou non.

Bien que les armes elles-mêmes soient généralement assez ennuyeuses grâce à leur design conventionnel (ce qui peut s'avérer être un problème étant donné l'importance accrue accordée au butin, nous verrons ça plus tard), les mécaniques de tir elles-mêmes peuvent être assez étonnantes. C'est un bon travail car dans l'ensemble, la conception de la mission n'est pas particulièrement inspirante et il n'y a pas beaucoup de variété dans ce domaine. C'est un point dans lequel Bioware peut devenir créatif au fil du temps à mesure que de nouveaux contenus seront ajoutés, mais au lancement, l'offre ne présente pas une grande nuance.

On pourrait en dire autant de la narration, qui est normalement la pierre angulaire de toute aventure de Bioware. Ici, les choses ont été rationalisées jusqu'à l'essentiel, avec des conversations à deux choix plutôt que des arbres de dialogue en branches. Bien que nous ayons préféré l'ancienne méthode, cette nouvelle approche n'est pas sans fondement. Pour commencer, certains personnages amusants attendent d'être découverts et, bien que vos interactions avec eux soient limitées, elles sont généralement bien écrites et interprétées correctement. Cela permet également à Bioware de raconter une histoire plus proche de celles d'un auteur que d'un scénario narratif. Mais les fans du studio risquent d'être déçus.

Anthem

L'histoire comble principalement les écarts entre les différentes phases d'action, et d'un point de vue global : nous l'avons beaucoup appréciée, mais le contenu secondaire n'est surtout là que pour ajouter un contexte à la violence que vous infligez à vos ennemis. De plus, tous les écrans de chargement ralentissent le rythme de cette expérience. La plupart du temps, au QG, vous êtes limités à marcher lentement et à rendre visite aux PNJ. Ceci dit, ce n'est pas seulement un endroit pour discuter avec vos nouveaux amis, vous devez y retourner après chaque mission accomplie.
Un peu frustrant quand tout ce que vous désirez, c'est vous rendre sur le terrain et tuer tout ce qui bouge. La campagne principale souffre également de problèmes de rythme, et l'acte intermédiaire demande un effort interminable dans lequel vous devez remplir un certain nombre d'objectifs (comme ouvrir des coffres et terminer des événements mondiaux). Vous pouvez également noter que la structure de la coopérative est en contradiction avec le récit du héros isolé qui nous est raconté.

Les choses se sont améliorées au cours de la seconde moitié de la campagne et nous avons été raisonnablement satisfaits de l'histoire à la fin. Il est dommage cependant que le rythme général soit un peu gâché par les écrans de chargement et le travail fastidieux des missions à objectifs. Mais, nous avons néanmoins apprécié l'essentiel du récit en dépit de sa présentation décousue. Une fois l'histoire terminée, vous pouvez bien sûr augmenter le niveau de difficulté à Grand Maître et vous attaquer à des largages légendaires. Celles-ci sont un peu plus intéressantes que les armes ordinaires, mais ne suffisent pas pour faire justifier un farm intensif. Ce qui est dommage car c'est la base de cet opus, une fois la campagne terminée. Il reste toutefois deux autres bastions à affronter, de nouveaux défis à relever et des versions rejouables des missions précédentes.

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonce
AnthemAnthem