Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.

Français
Première page
tests
Agony

Agony

Agony par son nom et Agony par nature.

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonce

Les fans de jeux d'horreurs ont l'embarras du choix ces jours-ci, la quantité de jeux qui ont pour but de vous faire sursauter sont légion. Un de ces jeux se démarquait, il s'agissait d'Agony, développé par Madmind Studios, puisqu'il promettait une expérience d'horreur plus brutale. Cette fois-ci, pas d'asiles hantés ou de maisons glauques, le jeu nous projette directement dans les profondeurs de l'Enfer. Qu'est-ce qui pourrait être plus effrayant que la damnation éternelle ?

L'alpha qui s'est déroulée fin 2016 nous avait paru très prometteuse, une sorte de visite guidée des visuels et de l'esthétique du jeu. De plus, le jeu marquait le coup en montrant le gore extrême, signaure du jeu. Le jeu est depuis, sorti sur PC, PS4 et Xbox One. Le spectacle visuel n'a pas changé. La mauvaise nouvelle, c'est ce que vous faites dans ce monde, car cela ne colle pas vraiment en termes de qualité.

Au début d'Agony, vous êtes lâchés (littéralement, genre à travers les nuages) directement en Enfer. Presque instantanément, vous prenez la décision d'aller voir le chef de l'endroit, la Déesse Rouge, pour vous assurer que vous ne resterez pas ici-bas. Il s'agit là de la trame principale, mais il n'y a pas grand-chose autour lorsque vous traversez les différentes zones en parlant à des personnages dérangeants et pas vraiment intéressants pour obtenir des informations sur la Déesse Rouge. C'est simple, mais peut être trop simple, des axes secondaires de narrations n'aurait pas été de trop.

Mais vous n'êtes pas seul en Enfer (bien que nous pensions voir plus de pêcheurs, à vrai dire) et les différentes personnes auxquelles vous parlerez propose toutes un mélange de marmonnement inintelligible et de comportement étrange. L'un d'eux, par exemple, commence à empiler des pierres sur des bébés après que vous ayez terminé votre discussion, un autre tente de vous attaquer lorqu'il découvre que vous avez une torche. Le problème avec ces interactions est qu'elles n'offrent pas de réelles conséquences, de plus le jeu d'acteur pas très inspiré et les lignes de dialogues recyclées n'aident pas non plus.

Agony

Un bref passage introductif nous présente les mécaniques de base du jeu, si vous connaissez le mélange de course et de cache-cache Outlast, le tout devrait vous sembler familier. Le jeu demande donc de résoudre des puzzles pour ouvrir des portes et avancer vers la section suivante de l'Enfer. Mais après le challenge des premières salles, on nous présente de nouveaux ennemis, les démons figurant sur la couverture qui ressemblent à...., bon nous laisserons les captures d'écrans parler d'elles même.

Le premier labyrinthe est l'élément qui frustrera pour la première fois, qui lance le glauque et où la comparaison avec Outlast sera la plus forte. Vous ne pouvez pas attaquer les démons, il ne reste donc plus qu'à courir, se cacher et être discret pour éviter de se faire tuer - et croyez-nous vous verrez l'animation de mort de nombreuses fois. En principe, ce devrait être le rêve pour les fans de jeux d'horreur lorsque vous essayez de jongler avec l'utilisation de la torche alors que les démons cherchent à vous croquer tout en étant attirés par la lumière. Le problème, c'est que l'exécution n'est pas vraiment réussie.

Agony
AgonyAgony
AgonyAgony