Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.

Français
Première page
previews
Wolfenstein: Cyberpilot

Wolfenstein: Cyberpilot, notre aperçu

Lorsque les nazis dirigent le monde, il ne reste qu'une seule solution : prendre le contrôle de leurs mechas, en VR.

Wolfenstein: Cyberpilot

Machine Games, Arkane et Bethesda ont du pain sur la planche avec la licence Wolfenstein. Non seulement les trois studios travaillent à nous proposer Youngblood et son expérience co-op pour le mois prochain mais en plus, nous aurons aussi droit à une expérience VR intitulée Wolfenstein : Cyberpilot. Un titre s'écartant un peu des sentiers battus comparé à ce que nous avons vu depuis New Order.

La semaine dernière, lors de l'E3, nous avons pu voir de quoi il s'agissait. Premièrement, vous ne jouez pas vraiment quelqu'un - comme c'était le cas avec BJ Blazkowicz et, prochainement, ses filles - à la place, vous contrôlez un mecha cuirassé géant.

En fait, il s'agit d'un mécha nazi (ils en ont quelques uns dans Wolfenstein, vous avez du le remarquer à force). Vous jouez un hacker qui utilise ces brutes métalliques gigantesques pour ppunir les méchants de l'intérieur. Avec des roquettes et des mitrailleuse à votre disposition, on peut penser que ce jeu sera trop facile mais pourtant, Cyberpilot est plus exigeant qu'il ne le laisse penser.

Dans la démo à laquelle nous avons pu jouer, nous sommes morts presque instantanément. La raison est simple, la puissance de notre mech est contrebalancée par le nombre important de soldats, de guerriers mécanisés et autres artifices militaires allemands qui se trouvent en face de nous. Vous êtes peut être un tas de métal géant mais si 20 personnes se mettent à vous tirer dessus, vous ne survivez pas très longtemps. Pas possible donc de courir partout en tirant dans le tas. Une dure leçon que nous avions déjà appris dans les précédents jeux de la saga.

Wolfenstein: Cyberpilot

Alors que faire ? Tout repose sur la distance. Vous bougez en utilisant le pad de gauche (nous avons joué sur HTC Vive et les manettes adéquates). Lorsque vous bougez votre main droite, la perspective change. La manette de droite devient alors votre canon de droite et la manette de gauche, votre canon de gauche. L'habitude prend un peu de temps à venir mais après quelques minutes, les affrontements deviennent plus plus faciles à gérer.

Ensuite, parlons des options défensives. Un bouton déclenche un bouclier temporaire. Néanmoins, ce bouclier a un délai de récupération, il faut donc faire attention au timing car ce bouclier est puissant et nous a empêché d'y passer plusieurs fois. Vous pouvez continuer de tirer pendant que la protection est active ou bien brancher votre manette droite dans un port du mécha pour le faire récupérer de la vie.

Nous n'avons pas vu grand chose de l'environnement du jeu à part un camp d'entrainement et des rues similaires à ce que nous connaissons déjà (des structures en métal et une architecture oppressante) mais tout semblait à sa place. Les soldats sortent des immeubles pour s'aligner dans les longues avenues que notre robot traverse et à la fin du niveau, nous avons même affronté un mécha ennemi qui a exigé de nous que nous sortions notre meilleur jeu.

Nous n'avons pas vu grand chose de Cyberpilot. La démo était plus là pour montrer les contrôles et le gameplay plutôt que l'histoire. Mais malgré cela, le titre nous intéresse. Ce n'est pas simplement une transposition de Wolfenstein en VR, c'est un vrai défi "facile à apprendre, compliqué à maitriser". Cyberpilot devrait constituer un ajout de poids au catalogue Wolfenstein et nous avons hâte d'en savoir plus lorsqu'il sortira le mois prochain .

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonces
Wolfenstein: CyberpilotWolfenstein: CyberpilotWolfenstein: Cyberpilot

Sur le même sujet

Chargez le contenu suivant