Français
previews
The Last of Us: Part II

The Last of Us: Part II - Notre aperçu du début de l'aventure !

Nous vous partageons ce que l'on a aimé et ce qui nous a refroidi dans l'aventure post-apocalyptique proposée par Naughty Dog.

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonces

Naughty Dog et Sony ont eu la délicate attention de nous partager 20 minutes de The Last of Us: Part II mercredi dernier, mais ce n'est pas tout. En effet, nous avons également eu l'autorisation de vous partager notre avis sur cette séquence, ainsi que sur les deux heures qui la précèdent. Nous garderons bien entendu les détails pour le test du 12 juin, mais c'est avec plaisir que nous vous livrons ce premier bilan sur le début du jeu.

Le positif

Des graphismes à couper le souffle
Tout le monde s'attendait à ce que Naughty Dog propose un très beau jeu, mais ça ne nous a pas empêché d'être impressionnés. Il ne s'agit pas seulement des textures si réalistes mais également de l'attention portée aux détails, du design de l'environnement, de la lumière, de la physique et des sons. Tout ceci en fait le plus beau jeu auquel nous ayons eu la chance de jouer. A certains moments, nous sommes à deux doigts de sentir le vent sur notre visage. Qu'il s'agisse des buissons, des feuilles ou des rayons de soleil qui passent à travers les branches, The Last of Us: Part II nous offre le plus beau monde post-apocalyptique que nous ayons jamais vu.

The Last of Us: Part II
The Last of Us: Part IIThe Last of Us: Part II

Un sentiment de liberté
Le gameplay est en grande partie responsable de cette sensation, les zones que nous avons pu découvrir offrant de nombreuses manières d'aborder les situations. La plupart des restrictions imposées par le premier opus sont aujourd'hui de l'histoire ancienne. Être désormais capable de sauter et de ramper permet de se faufiler plus facilement, tout en rendant la recherche de ressources bien plus amusante. Les endroits que nous visitions sont généralement plus grands et plus ouverts, ce qui nous permet également de choisir l'approche qui nous convient le mieux.

Beaucoup de diversité
Explorer ces zones ne serait pas aussi amusant si elles n'étaient pas aussi bien conçues et diversifiées. C'est pourquoi nous tirons notre chapeau à Naughty Dog pour avoir réussi à faire en sorte que chaque environnement paraisse à la fois naturel et nouveau. Rien que dans ce chapitre, nous avons pu marcher dans les rues d'une ville, grimper et ramper dans un gratte-ciel, combattre, nager et nous infiltrer dans un hôpital. Le tout proposant différents chemins et possibilités. Combattre, s'infiltrer, ou partir à la recherche d'objets cachés, c'est à vous de voir.

The Last of Us: Part II
The Last of Us: Part IIThe Last of Us: Part II

Le négatif

Les ennemis stupides
Il est très impressionnant de voir que les ennemis communiquent et tentent de nous prendre à revers, mais ils ne sont pas toujours aussi malins. Qu'il s'agisse d'eux ou de nos acolytes, l'IA est bien plus aboutie que dans l'original, mais l'immersion sera tout de même abimée par quelques choix incompréhensibles de leur part. Ils ne semblent également pas toujours réagir à l'environnement comme ils le devraient, car qui pourrait enjamber le tas de corps de ses amis décédés sans sourciller ?

Trop facile
Le fait d'avoir des ennemis qui n'ont pas inventé l'eau chaude rend parfois le jeu trop facile. D'autant que nous l'avons testé en difficulté normale, ce qui a parfois rendu l'expérience de l'exploration légèrement ennuyeuse après avoir accumulé la quantité maximale de ressources possible. Nous vous recommandons donc de jouer en mode difficile, ou même encore plus haut que ça. En effet, le jeu est tout à coup bien plus agréable lorsque les ressources manquent et que les ennemis ne rigolent plus.

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonces
The Last of Us: Part IIThe Last of Us: Part II

Sur le même sujet



Chargez le contenu suivant


Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.