Gamereactor follow Gamereactor / Dansk / Svenska / Norsk / Suomi / English / Deutsch / Italiano / Español / Português / Nederlands / 中國 / Indonesia / Polski
Gamereactor Close White
Connexion membre






Mot de passe oublié?
Je ne suis pas un membre, mais j´en veux bien

Ou connectez-vous avec un compte Facebook
Gamereactor France
tests
Pro Evolution Soccer 2019

Pro Evolution Soccer 2019

Un gameplay qui atteint des sommets !

  • Textes: La Rédaction
Facebook
TwitterRedditGoogle-Plus

Disons le tout de suite : le gameplay de PES 2019 est quasi-irréprochable. Le jeu de passes atteint des sommets en termes de réalisme, tout comme les mouvements des joueurs, encore plus crédibles que l'an dernier. De nouvelles animations ont d'ailleurs été introduites, les « Magic Moments » accordant aux différents acteurs une authenticité certaine, avec une manière de tâter le cuir aussi fidèle que réaliste.

Jamais le football sur consoles n'aura paru si naturel. La fluidité dans la circulation du ballon est prégnante. Les duels au milieu de terrain paraîtront moins scriptés, avec une issue moins définie qu'auparavant. Vous avez le contrôle du jeu avec le ballon, mais devez le manier avec précision pour ne pas vous le faire récupérer. Les erreurs techniques ne sont pas rare, tout comme les mauvaises appréciations de l'IA. Mais ce n'est pas pour autant un défaut puisque sur les pelouses réelles les imprécisions et autres boulettes ne sont pas si rares...

Les arbitres sont parfois un peu incohérent, il faut dire que Konami a rajouté le coté irrationnel et discutable de certaines décisions comme dans n'importe quel match réel. Mais cela n'influe pas pour autant les rencontres, au-delà de la frustration générée. Côte gameplay donc, dire qu'on est ravis serait un euphémisme ; PES 2019 semble atteindre le but fixé par ses développeurs depuis trois saisons, une sorte de consécration pour Konami.

Pro Evolution Soccer 2019

Malheureusement en dehors des rencontres, ce n'est toujours pas ça. Les menus sont ternes, comme toujours, ce qui pénalise grandement l'immersion. Si on s'est accommodés au manque d'entrain des supporters, rarement dans le rythme, ou qu'on a toléré les commentaires de Grégoire Margotton et Darren Tulett, tant désuets que souvent sans pertinence, c'est parce qu'on pouvait se contenter du terrain. Mais lorsque l'on navigue on est presque en colère tant l'interface et en décalage avec le niveau de gameplay proposé. On aurait aimé que la forme soit du niveau du fond.

Pro Evolution Soccer 2019
Pro Evolution Soccer 2019Pro Evolution Soccer 2019Pro Evolution Soccer 2019