Gamereactor Close White
Connexion membre






Mot de passe oublié?
Je ne suis pas un membre, mais j´en veux bien

Ou connectez-vous avec un compte Facebook
Gamereactor France
tests
God of War

God of War

Kratos revient pour l'un des meilleurs jeux d'aventure et d'action de ces dernières années...

Facebook
TwitterReddit

Kratos a bien changé, et avec lui, la licence God of War. 5 ans après God of War : Ascension, on a le droit au tout premier opus de la saga pensé pour l'actuelle génération de consoles. Les 7 jeux précédents ont toujours suivi la même formule axée sur la mythologie grecque, angles de caméra fixes et combats rapides basés sur des combos brutaux et sanglants. L'histoire ? Celle d'un homme, plus précisément d'un dieu, qui entend se venger de ses semblables sur l'Olympe.

Ce nouveau dieu de la guerre marque une séparation radicale avec cet héritage scénaristique, à tous les niveaux. Le héros reste quant à lui le même, enfin presque. Kratos a bien l'attribut « ancien dieu grec de la guerre » inscrit sur le C.V, il se trouve désormais dans le royaume de Midgard. L'action se déroule plusieurs années après les événements tragiques de God of War III, où il a fondé une nouvelle famille. Le jeu démarre après la mort de sa seconde épouse, ce qui laisse Kratos comme seul responsable de son fils Atreus. Père et fils se mettent alors en chemin pour accomplir la dernière volonté de leur femme/mère : répandre ses cendres du plus haut d'une immense montagne. C'est la prémisse principale du jeu. Ce n'est pas une histoire de vengeance ni, une envie de sauver le monde. Plutôt un voyage très intime et personnel entre les deux protagonistes.

Au cours de ce voyage long et ardu, vous rencontrerez d'autres personnages, et redécouvrirez un peu le passé de Kratos. Vous verrez surtout la relation entre Kratos et Atreus se développer. C'est l'objectif principal de cette histoire. C'est l'aventure d'un père et d'un fils qui, au cours de longues heures de jeu, apprennent à vraiment se connaître. Ce n'est pas aussi émouvant ou profond que dans The Last of Us par exemple, mais c'est convaincant. Un périple qui vaut certainement la peine d'être vécu.

God of War

Kratos n'est plus le dieu en furie de God of War III, complètement aveuglé par la rage, sans égard pour la vie humaine et où il ressemblait davantage à un méchant. Dans ce nouveau jeu, notre "héros" est plus calme, plus réfléchi, mais ne vous attendez pas à un changement de 180 degrés. Il continue d'être extrêmement hostile, grossier et agressif, et chaque fois qu'il aide quelqu'un, c'est soit pour son propre confort, soit par accident. Atreus équilibre cette attitude. Jeune, il est plus enthousiaste à l'idée d'aller à la rencontre des autres. Presque naïf, il souhaite également être utile sans vraiment considérer ce qu'il y a de dangereux pour lui. C'est un mélange qui fonctionne assez bien tout au long du récit.

Et les dieux, ils en sont où ? Eh bien vous aurez l'occasion de croiser Thor, Odin, Loki, Freya, Baldur et beaucoup d'autres. Attention cependant, ne vous attendez pas à débarquer à Asgard pour battre tous les dieux nordiques : ce n'est pas God of War III. Il y a un contenu plus riche que quelques divinités, on retrouve beaucoup d'autres éléments de la mythologie nordique dans le jeu. Le Bifrost, les Valkyries, les Elfes et le Serpent du Monde pour ne citer qu'eux. Et bien sûr les Draugr, des zombies vikings.

Ce nouveau God of War n'est pas un jeu en monde ouvert, mais une aventure linéaire. Même si l'absence de temps de chargement peut le laisser penser, le parcours de l'histoire est prévu. La seule zone ouverte est un immense lac, que vous pouvez explorer en bateau, et qui permet l'accès à de petites îles, des épaves, des villes en ruines et quelques temples. On apprécie cependant la présence de nombreuses zones cachées et de secrets. Il y a des douzaines d'objets de collection, de coffres et de divers types de défis à surmonter, y compris certaines des batailles les plus difficiles du jeu. De plus, il y a aussi des puzzles, des pièges, des cartes au trésor et des missions secondaires (ici appelées faveurs), plus des mini-donjons secrets. God of War est donc un jeu massif, probablement plus long que la trilogie originale combinée.

God of War inclut quelques éléments dignes d'un Metroidvania. Dans le sens qu'il implique parfois de devoir retourner en arrière. En effet, au fur et à mesure que vous débloquerez de nouvelles compétences et capacités, vous pourrez accéder à des zones ou des objets que vous n'avez pas pu atteindre auparavant. À terme (et heureusement), vous pourrez également accéder à un système de voyage instantané. Toutefois, il ne sera entièrement disponible que bien plus tard dans le jeu.

God of WarGod of War

Ce nouveau chapitre sur la PS4 marque un changement dans le style narratif, la structure du jeu, le thème et surtout : le gameplay. Si les jeux précédents étaient frénétiques et basés sur des combos, le nouveau dieu de la guerre se fait vieux et préfère aborder la baston de manière plus lente et tactique. Au lieu d'une caméra avec des angles fixes, il y a une nouvelle caméra, contrôlable, positionnée près de l'épaule de Kratos. Au lieu des lames polyvalentes des jeux précédents, vous aurez une hache puissante. Cette dernière, Léviathan, est magique et liée au pouvoir de la glace. Kratos peut également l'invoquer de n'importe où, à tout moment, en appuyant sur le triangle. Cela signifie que vous pouvez la lancer sur un ennemi et la rappeler à vos côtés immédiatement, une arme de courte et de longue portée donc.

God of War
God of War
God of WarGod of WarGod of War