Gamereactor follow Gamereactor / Dansk / Svenska / Norsk / Suomi / English / Deutsch / Italiano / Español / Português / Nederlands / 中國 / Indonesia / Polski
Gamereactor Close White
Connexion membre






Mot de passe oublié?
Je ne suis pas un membre, mais j´en veux bien

Ou connectez-vous avec un compte Facebook
Gamereactor France
tests
Fe

Fe : Le test

Le nouveau jeu de Zoink est à mi-chemin entre l'art et l'amusement.

  • Textes: Roy Woodhouse
Facebook
TwitterRedditGoogle-Plus

Fe est le premier jeu à sortir des habitudes de EA Orignals. Suite à son succès avec Unravel en 2015, EA a décidé d'apporter son soutien à d'autres développeurs indépendants. Une implication qui verra des jeux tels que Sea of ​​Solitude et A Way Out sortir de leurs coquilles. Cela dit, en dépit de l'investissement des éditeurs, Zoink Games a fait savoir qu'EA les avaient laissés libre lors du développement de cette aventure à la troisième personne.


Le premier mot que nous devons utiliser pour décrire ce jeu est « enchanteur. » Vous jouez une petite créature semblable à un écureuil qui s'appelle Fe. L'univers graphique ressemble à un film d'animation magnifiquement conçu. Le jeu est visuellement beau et a un rythme doux qui vous détendra d'une manière que la plupart des autres jeux vidéo ne savent pas faire. Nous devons souligner que si vous courrez après l'action, la vitesse, et l'adrénaline, vous devriez probablement passer à autre chose.

Zoink vous lance directement dans le jeu avec très peu de conseil sur ce que vous devez faire, à part quelques commandes à l'écran pour les contrôles. Fe se promène dans une forêt pourpre et noire au départ, où nous avons suivi une créature semblable à un cerf. Bien que personne ne nous ait dit de le faire, nous savions intuitivement que c'était ce qu'il fallait. Pendant longtemps nous avons fait le premier contact en chantant. Oui, en chantant. Ici, c'est la clé du jeu. Fe apprend de nouvelles chansons pour obtenir l'aide d'autres animaux, et à son tour, apprend de nouvelles capacités pour continuer de découvrir le monde.

Fe

Il y a une belle musique de fond ici, un peu plus subtile que l'OST de Journey. Le jeu lui-même vous emmène dans d'une bande-son épique, parfois avec une musique plutôt belle, influencée par le Japon. Nous avons parfois senti que nous jouions dans un jeu inspiré par l'art de Spirited Away, peuplé de gros titans qui semblent avoir déambulé dans des jeux comme Shadow of the Colossus. Il y a tant de parallèles à faire entre Fe et ses influences culturelles, cependant cela ne se rapproche jamais assez de tout pour être comparé entièrement. En quelques minutes nous avions appris une nouvelle chanson. Peu de temps après, nous grimpions sur les arbres qui poussaient sur les pattes d'un énorme chevreuil, le tout pour se relever afin que nous puissions apprendre une nouvelle chanson et donc demander à d'autres cerfs de nous aider. La vue depuis le sommet était à couper le souffle et en valait la peine, même si elle s'estompait lorsque nous avions presque atteint le sommet.

FeFe