Gamereactor follow Gamereactor / Dansk / Svenska / Norsk / Suomi / English / Deutsch / Italiano / Español / Português / Nederlands / 中國
Gamereactor Close White
Connexion membre






Mot de passe oublié?
Je ne suis pas un membre, mais j´en veux bien

Ou connectez-vous avec un compte Facebook
tests
Dragon Ball FighterZ

Dragon Ball FighterZ, le test !

On vous donne notre avis sur le prochain jeu de la licence Dragon Ball.

Facebook
TwitterRedditGoogle-Plus

Sans en être certains à 100%, il se pourrait bien que Dragon Ball soit la licence la plus adaptée en jeux vidéo. En effet, ces dernières années, l'anime japonais qui a séduit plusieurs générations, a eu le droit à Dragon Ball Xenoverse 1 et 2 pour se plonger dans l'univers de la saga. Cependant, Dragon Ball FighterZ s'annonce comme quelque chose de différent : ici, l'accent a été mis sur le système de combat, le gameplay et les graphismes. Dès que le jeu a été révélé dans l'E3 2017, il semblait avoir le potentiel d'être quelque chose de spécial et les bêta-test multiples des derniers mois ont contribué à renforcer cette idée. Maintenant que nous avons joué à la version finale, nous pouvons vous confirmer que FighterZ a des graphismes spectaculaires, un gameplay amusant mais question contenu : c'est pas encore ça.

Le jeu fournit le minimum syndicale en présentant un mode histoire, un mode arcade et en ligne : le tout intégré dans un hub online, qui fonctionne même sans connexion internet (rassurez-vous.) Il y a de quoi faire, mais si vous venez de Dragon Ball Xenoverse 2, la grande quantité de contenu inclus dans le jeu va vous manquer, y compris la liste des personnages. Les plus importants sont bien évidemment Goku, Végéta, Piccolo, Cell ou Gohan, mais il y a aussi des combattants plus récents comme Beerus, Hit et Goku Black. On note même la présence d'un protagoniste original, sous la forme d'Android 21.

C'est une liste raisonnable, mais elle est loin d'être la plus complète que nous ayons pu voir dans un jeu de la saga. Beaucoup de personnages secondaires sont absents et les différentes formes de certains des combattants ont également été laissées de côté. Vous ne pouvez pas jouer avec Goku « normal » ou avec plusieurs formes de Cell ou de Freezer. Il y a quelques transformations dans le jeu, comme Goku SSJ3, mais elles se produisent dans le cadre d'un mouvement spécial et disparaissent dès la fin du mouvement. Cette liste de personnage est courte et l'incapacité de transformer les personnages pendant le combat risque d'en décevoir plus d'un.

Dragon Ball FighterZ

Ensuite, on a le mode histoire, qui est notre plus grande déception de ce jeu. C'est un récit complètement original qui se concentre sur la façon dont des mystérieuses vagues d'énergie ont volé le pouvoir de presque tous les combattant de la planète. Seuls ceux qui ont en eux une « âme inconnue » (le joueur) peuvent retrouver leurs pouvoirs.

Le scénario est racontée à travers des séquences entre les combats, utilisant les graphismes du jeu, mais le script est faible, enfantin bien que finalement pas si différent des modèles habituels de la saga. Étrangement, les animations au cours de ces séquences manquent de fluidité, comme si quelque chose manquait. Le récit comprend également l'apparition de clones maléfiques dans le monde entier, des clones inspirés par les différents personnages du jeu. Ce sont ces derniers qui finissent par servir d'ennemis principaux du mode histoire, ce qui signifie que vous combattez à plusieurs reprises les mêmes adversaires, encore et encore.

Le mode histoire est divisé en trois arcs, qui racontent la même histoire, mais à partir de perspectives différentes. Lorsque vous aurez terminé le premier arc vous aurez encore beaucoup de questions, auxquelles on répondra dans les arcs suivants.

Chaque chapitre comprend une carte où se trouvent plusieurs missions. Certaines correspondent aux combats principaux, faisant avancer l'histoire. Mais il y a aussi des combats secondaires où vous pouvez gagner des objets ou débloquer des personnages additionnels.

Le nombre de pas que le joueur peut faire sur ce plateau est limité, mais nous avons toujours eu assez de pas pour accomplir la plupart des objectifs sans problème. Parfois, des combats supplémentaires se produisent après avoir navigué sur la carte, ce qui vous donne des avantages si vous les gagnez, mais ils sont trop faciles. À moins d'avoir manqué quelque chose, il n'y a aucun moyen de changer la difficulté du mode histoire. Nous avons réussi à remporter l'écrasante majorité des combats sans perdre de santé, il y a bien quelques combats qui servent de tutoriels, mais même les batailles contre des personnages de plusieurs niveaux au-dessus du nôtre étaient ridiculement faciles.

Cela supprime toute tension ou enthousiasme autour du mode histoire, car cela n'a pas vraiment exigé d'effort de notre part. Peut-être que quelque chose manque : une option obscure que nous n'avons pas trouvée, ou peut-être que Arc System Works prépare des changements dans un patch (auquel nous n'avions pas accès), mais ce que nous avons vu était trop facile. En plus de cela, l'histoire était inintéressante, et les combats étaient très répétitifs. En d'autres termes, il est facile de comprendre pourquoi nous étions tellement déçus du mode histoire de Dragon Ball FighterZ.

Dragon Ball FighterZ

Nous avons fini par profiter du mode Arcade, où la difficulté est mieux équilibrée. Il y a trois variantes du mode Arcade (avec trois, cinq et sept matches) et chaque discipline avait une bonne dose de défi pour satisfaire les amateurs.

Dragon Ball FighterZ
Dragon Ball FighterZDragon Ball FighterZ