Gamereactor follow Gamereactor / Dansk / Svenska / Norsk / Suomi / English / Deutsch / Italiano / Español / Português / Nederlands / 中國 / Indonesia / Polski
Gamereactor Close White
Connexion membre






Mot de passe oublié?
Je ne suis pas un membre, mais j´en veux bien

Ou connectez-vous avec un compte Facebook
Gamereactor France
tests
Tower 57

Test de Tower 57

Nous sommes descendus dans les égouts pour comprendre ce qui ne va pas avec cette fameuse tour, en espérant que ça en vaille la peine...

Facebook
TwitterRedditGoogle-Plus

Tower 57 est un jeu de tir avec une vue aérienne développé par Pixwerk et édité par 11 bit studios, le développeur a vraiment essayé de capturer le sentiment nostalgique des jeux de l'ère Amiga et DOS. Ils ont dû effectuer des recherches, parce que le résultat est vraiment fidèle.

L'histoire tourne autour de la Tower 57, l'une des tours abritant ce qui reste de l'humanité après une sorte de catastrophe dystopique. Nous et notre ligue de gentlemen et de femmes extraordinaires sommes envoyés à la tour pour enquêter sur toutes les choses louches qui s'y passent probablement, en haut comme en bas. L'histoire se déroule principalement à travers des dossiers, des news et des dialogues dans le jeu, donc vous allez devoir aimer lire si vous voulez retirer quelque chose du jeu, du moins en termes de narration.

Heureusement, pas besoin de lire un roman pour apprécier l'adrénaline de l'action, les niveaux bien faits et la musique entraînante. La bande-son est en boucle depuis des jours et on ne pourra jamais s'en lasser.

Tower 57
Pixwerk

Vous commencez par constituer une équipe de trois spécialistes. Au total, six sont disponibles : Le Don, le scientifique, l'officier, le mendiant, le diplomate et l'espion. Nous sommes allés chercher un « Scientist-Officer-Spy-combo » et nous sommes allés en ville. Ou à la Tower 57.

Après une courte introduction, nous avons été envoyés dans les égouts (baaah !) et nous avons dû trouver un moyen de les traverser. Notre tout premier ennemi redoutable rappariait pas avant très longtemps, un effrayant... Blob rose ! Un rapide une-deux avec le fusil de chasse à canon scié se charge de cela et nous continuons sur notre chemin. Seulement, le blob a amené ses amis blob et maintenant ils vont tout manger. Ou au moins, nous poivrent la face avec des projectiles. Nous tombons avec style, mais notre mort n'est pas la fin de notre histoire, mais seulement une courte pause (à la fin d'une clause) puisque le flambeau est passé au premier de nos trois spécialistes.

Une grande partie du défi réside dans le fait que presque tous les objets qui offrent une sorte de couverture peuvent être détruits, souvent de manière spectaculaire. Le chaos règne et la confusion qui en résulte conduit souvent aux mots « Game Over » qui s'éclairent, se moquent de nous, nous agacent et nous mettent en colère. La sueur a commencé à se former sur le front, et il y a une veine étrange qui palpite dans notre temple. Mais comme avec tous les roguelikes, c'est une bonne forme de colère qui nous pousse à nous dépasser pour parvenir à maîtriser le jeu. Après quelques essais infructueuses, et avoir été à deux doigts de casser notre écran, nous y sommes parvenus.
<blld>
Alors que nous traînons dans les égouts (nous en sortons finalement et remontons dans la tour), nous sommes impressionnés par le niveau de détail du jeu. Voir notre personnage avec de nouvelles jambes en métal brillant, après avoir eu les jambes mordues quelques minutes plus tôt nous a fait sourire.

Le niveau de difficulté combiné avec des points de sauvegarde qui sont rares et éloignés en font une expérience qui ne peut être agréable pour les fans du genre. Vous devez être motivé pour aller de l'avant. La quantité d'ennemis parfois présents sur l'écran rend difficile de suivre ce qui se passe, ce qui peut créer un sentiment d'injustice. Vous pouvez aussi rester bloqué très facilement (si vous vous retrouvez sans munitions avant un combat face à un boss, ou pire, vous avez beaucoup de munitions, mais pas de bras pour faire fonctionner vos armes). Quand cela arrive, il est plus facile de simplement reprendre le niveau depuis le début. Tout ceci peut en effet être considéré comme des défauts pour les joueurs actuels. Même si ce sont pas les munitions qui manquent, ni les outils pour améliorer vos armes...

Malheureusement en co-op, l'aventure se révèle curieusement sans intérêt alors que c'était supposé être l'un de ses grands points forts. En grande partie à cause du problème de surcharge de l'écran évoqué plus haut. C'est confus, la plupart des ennemis ne sont même pas visibles et vous recevez des balles tombés du ciel la plupart du temps.

Tower 57 est donc un bon jeu, bien qu'il semble répondre davantage au joueurs old school, aussi bien par son rendu visuel que par le challenge proposé. Un bel hommage à l'ère Amiga !

Tower 57
Pixwerk
Tower 57Tower 57Tower 57
07 Gamereactor France
7 / 10
+
Le style visuel, la diversité d'armes et leurs effets, l'aspect nostalgique toujours efficace.
-
Frustrant par moments en raison de la confusion à l'écran, des dialogues inaudibles...
overall score
La moyenne de Gamereactor. Quelle note lui attribueriez vous? La moyenne est établie à partir des notes accordées par les différentes rédactions européennes de Gamereactor