Gamereactor internationale Français / Dansk / Svenska / Norsk / Suomi / English / Deutsch / Italiano / Español / Português / Nederlands /
Gamereactor
Connexion membre






Mot de passe oublié?
Je ne suis pas un membre, mais j´en veux bien

Ou connectez-vous avec un compte Facebook
Gamereactor France
tests
L.A. Noire

Test de L.A. Noire (Switch)

Cole Phelps est de retour sur PS4, Switch et Xbox One.

Le détective Cole Phelps est un homme pas facile à aimer. Au début, il semble être un peu éteint, mais au fur et à mesure que l'histoire se déroule et qu'on va creuser à l'intérieur de sa personnalité, il est clair que ce n'est pas le genre de gars avec qui on irait boire un verre après le boulot. Même si c'est un peu un glaçon, Phelps est un personnage fascinant et une des personnalités les plus nuancées et intéressantes qu'on ait pu rencontrer ces dernières années. Il est bourré de défauts d'un côté, donne des leçons de morale. Et de l'autre, il est inexpiable, mais toujours fascinant...

Fascinant, tout comme le jeu dont il est le protagoniste principal : L.A. Noire. La regrettée Team Bondi explore dans cet open-world d'action et d'aventure des avenues où on ne s'aventure pas souvent dans l'univers du gaming. Une expérience pour adultes, avec des personnages provocateurs et une intrigue sombre qui met au jour au fil du temps des crimes tordus. Six ans après sa sortie initiale, l'original thriller d'enquêtes est de retour, avec de nouvelles commandes sur Nintendo Switch et un rendu visuel optimisé sur PS4 et Xbox One. Mais alors que l'année 2017 nous a offert des jeux vraiment exceptionnels, est-ce que cette vielle affaire que l'on pensait classée mérite d'être revisitée ?

L.A. Noire

Malgré qu'il accuse par certains moments son âge, L.A. Noire résiste encore après toutes ces années. Lors du premier lancement, l'argument clé de vente du jeu, outre son cadre et son histoire, était l'utilisation de motion capture de haute qualité et la direction prise lors des interrogatoires et des interviews. Aujourd'hui, en 2017, la qualité du travail et de son scénario bien ficelé permet au titre de conserver son attrait.

L'histoire de Cole l'emmène à travers plusieurs départements de la police de Los Angeles. Après avoir démontré ses capacités au volant, Cole est promu au rang de détective et débute des investigations d'une teneur parfois glauque. De nombreux éléments narratifs s'entremêlent pour dépeindre une image frappante de cette époque, avec des cinématiques qui explorent à la fois le passé de Cole dans l'armée pendant la guerre, ou des dialogues qui restent encore en mémoire.

C'est une fin magistrale et L.A. Noire est sans aucun doute un des jeux les plus populaires lancés sur la précédente génération de consoles. Pas l'un des meilleurs toutefois compte tenus de ses nombreux défauts lorsque l'on s'y penche de plus près, mais un titre dont l'originalité a pu surprendre hier autant qu'aujourd'hui d'ailleurs...

L.A. Noire

Le jeu mélange investigation et chasse aux indices avec des scènes d'interrogatoires où les joueurs doivent utiliser une combinaison de leur propre intuition et des paroles subtiles des personnages qu'ils rencontrent pour façonner leurs interrogatoires. Toute l'action se déroule dans le L.A de l'après-guerre et pour la majeure partie, elle reflète brillamment l'état d'esprit grâce à une excellente bande-son, à l'architecture finement respectée et aux designs des véhicules et des citoyens qui y vivent. Entre courses-poursuites, travail minutieux d'enquêteurs à la recherche du moindre indice et quêtes secondaires permettant par moments de déconnecter de la trame principale qui peut s'avérer déprimante (de par sa nature, pas son écriture), la variété est ici au rendez-vous.

L.A. Noire
L.A. Noire
L.A. Noire