Gamereactor Close White
Connexion membre






Mot de passe oublié?
Je ne suis pas un membre, mais j´en veux bien

Ou connectez-vous avec un compte Facebook
Gamereactor France
previews
Far Cry 5

Far Cry 5 - Impressions finales

Dernière plongée à Hope City avant la sortie du FPS à la fin du mois...

Facebook
TwitterReddit

Alors que nous approchons de la sortie du cinquième opus de la série, il est de plus en plus clair que Far Cry 5 vise à être un jeu à deux facettes, en mélangeant un ensemble de thèmes matures et des éléments absurdes. D'une part, il offre une multitude de systèmes qui se chevauchent et se nourrissent les uns des autres, créant ainsi une expérience de bac à sable, tandis que de l'autre : il traîne le joueur à travers une immense carte d'un univers oppressif remplie d'activités, où les corps des civils sont affichés en public pour prouver le prix de la dissidence. Le mode co-op est hilarant et anarchique, tandis que l'aventure solo est graveleuse. Cependant, comme dis le vieux dicton : maître de tout le monde, maître de personne ?

Nous allons esquiver la question en disant qu'il est trop tôt pour répondre avec certitude. Nous nous sommes assis devant Far Cry 5 pendant près de quatre heures à Paris plus tôt cette semaine, en jouant au jeu seul, avant d'explorer une partie du monde ouvert en co-op avec un collègue. Sur la base de cette petite partie du jeu, nous avons désormais hâte de connaître la suite quand il sortira plus tard ce mois-ci. Ceci dit, on doit avouer que nous sommes un peu inquiets aussi. Mais nous y reviendrons plus tard.

L'ouverture est un régal cinématographique. Elle vous met en scène vous et vos collègues chargés d'appliquer la loi, dans le comté dirigé par Joseph Seed et sa suite : le projet Eden's Gate. C'est dans un début intimidant que l'on nous présente les acteurs majeurs de cette aventure : Joseph et ses frères et sœurs entourés par leurs disciples lourdement armés et tout aussi menaçants. Nous atterrissons en hélicoptère avant de nous avancer vers l'église où doit avoir lieu l'arrestation. Inutile de dire que ça ne va pas bien se passer. Par la suite, le joueur (cette fois un homme ou une femme personnalisable et non un précaractère laminé) est sauvé par un survivant appelé « le néerlandais. » C'est dans la sécurité relative de sa maison/bunker que vous allez commencer votre mission sérieusement : établir une résistance et mener la lutte contre le troupeau de fidéle de Joseph.

Far Cry 5

Jusqu'ici tout va bien. Ubisoft a démontré maintes et maintes fois qu'ils peuvent offrir des aventures en monde ouvert de haute qualité et ils semblent poursuivre cette tradition. Nous avons senti l'influence de Ghost Recon : Wildlands, et il y a un fort accent sur la coordination des petites équipes au combat. Bien que nous n'ayons pas eu la chance de prendre le compagnon ours qui vient d'être annoncé, nous avons réussi à sauver la vie d'un homme appelé Dan Smith d'une mort certaine. Ce dernier, c'est joint à nous en tant que coéquipier dirigé par l'IA pour le reste de notre excursion. Bien sûr, vous pouvez diriger vos copains d'Amnesty International et cibler des ennemis spécifiques (les PNJ qui vous accompagnent sont incroyablement furtifs) ou les laisser vous suivre dans la bataille, à vous de voir.

Peu importe qui couvre vos arrières, une grande partie de la formule Far Cry est conservée : voiture, quad, tyrolienne. Bref, l'action dynamique est conservée. Les attaques à l'arc et furtives sont toujours présentes, sans parler d'un assortiment d'armes plus fort pour répondre à toutes les situations. Encore une fois, il faut chasser toutes les créatures, grandes et petites, mais nous devons admettre que nous avons été surpris par le nombre d'animaux sauvages dans le jeu. On a dû tuer une douzaine d'ours, et peut-être le double de loup. De plus, la nouveauté de cet opus c'est de pouvoir utiliser la chair de certaines bêtes sauvages pour en attirer d'autres.

Far Cry 5Far Cry 5
Far Cry 5