Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.

Français
Gamereactor
tests
Sherlock Holmes Chapter One

Notre test de Sherlock Holmes Chapter One

L'un des détectives les plus connus du monde quitte Londres pour un voyage plus personnel que jamais.

Subscribe to our newsletter here!

* Required field
HQ

Malgré plus de cinquante histoires, et au moins autant de pièces de théâtres, films et autres adaptations vidéoludiques, on ne sait peu de choses sur Sherlock Holmes. Certes, détective, extrêmement intelligent et perspicace, mais qu'en est-il de sa vie personnelle ? Une part d'ombre que le développeur ukrainien Frogwares a décidé d'explorer en cette fin d'année.

HQ

L'aventure s'ouvre sur Sherlock et son ami d'enfance Jon (aucun lien avec l'habituel Dr. Watson) arrivant en bateau sur l'île méditerranéenne fictive de Cordona, lieu où Sherlock a passé son enfance et où il revient pour enterrer sa mère. Nous sommes donc face à un Sherlock jeune et qui n'a encore rien prouvé. Et il sera servi à Cordona, qui enregistre un taux de meurtres par habitant plus élevés que dans les favelas les moins fréquentables. La police arrête les mauvaises personnes et Holmes se retrouve très rapidement impliqué dans différentes affaires, certaines touchant notamment à son passé.

Pour résoudre les enquêtes, il faudra faire différentes choses : passer au peigne fin les lieux et environnements, interroger les suspects, présenter des preuves avant d'enfin pouvoir reconstituer toutes les pièces du puzzle... Les mécaniques de bases sont solides mais manquent malheureusement d'une certaine profondeur par rapport à d'autres titres du même genre.

En contrepartie, certains passages plus inventifs sont bluffants. Par moments, vous devrez littéralement reconstruire une scène de crime, auquel cas Holmes se concentre tandis que vous (le joueur) et Jon tentez de comprendre les enjeux. Les interprétations alternatives sont représentées par de magnifiques croquis, et choisir les hypothèses correctes nécessitera toute votre attention. Une fois que tous les morceaux sont réunis, ils doivent être assemblés dans le Palais Mental où vous devrez une fois de plus être prudent de ne pas tirer de mauvaises conclusions pour éviter la prison.

Sherlock Holmes Chapter OneSherlock Holmes Chapter One

Comme dans le jeu précédent du studio (The Sinking City), vos enquêtes se déroulent en mode ouvert, avec de nettes améliorations sur la formule. Premièrement, Cordona est splendide ; le reflet du soleil sur les fenêtres des quartiers pauvres ou bien dans les buissons feuillus des promenades au bord de l'eau témoignent du soin apporté par les développeurs. Toute l'île est enveloppée dans cette atmosphère mystérieuse élevée par une bande-son excellente. Les rues débordent de vie et les PNJ sont tous attelés à différentes tâches.

Ce qui insuffle réellement de la vie au jeu est sa dimension réaliste. Si Cordona apparait de prime abord comme un melting pot harmonieux de cultures, la discorde règne sous le joug colonial britannique. La population majoritairement ottomane en veut au gouvernement anglais et les immigrants appauvris sont au bord de la révolte. Les citoyens des classes favorisées méprisent quiconque ne vient pas du même milieu qu'eux. Chaque quartier a sa propre architecture et, derrière chaque recoin, se cache un secret...

Sherlock Holmes Chapter One

Frogwares développe des jeux Sherlock Holmes depuis 2002, les outils mentaux du détective étaient parfois devenus des mécaniques de remplissage. Sherlock Holmes Chapter One retire le pire (dieu merci, au revoir les cadenas) et ajoute des nouveautés améliorant l'expérience monde ouvert, notamment la possibilité d'écouter aux portes. Si l'implémentation pourrait être plus organique, pouvoir écouter les conversations et le gossip donne de nouveaux indices et même de nouvelles enquêtes. Il est même possible d'aller directement parler à des piétons.

Pour pouvoir être sur d'être capable d'aborder quelqu'un, le jeu reprend le don de l'enquêteur à cerner quelqu'un au premier du coup d'œil. La fonctionnalité marche un peu comme dans Watch Dogs mais sans les téléphones à pirater. A la place, Sherlock, utilise son pouvoir de déduction pour créer un portrait miniature de la personne. Vous trouverez des profils amusants, comme par exemple cet enfant génie mais hostile et albanais. Bien qu'il ne faille pas juger par les apparences, Sherlock n'a pas le temps pour ce genre de considérations dans sa quête de vérité. Souvent, des PNJ révèleront des informations uniquement aux personnes qu'ils jugent être de la même classe sociale qu'eux, vous devrez donc porter des fausses barbes ou bien changer de tenue pour obtenir des informations ou même accéder à des zones précises.

Les déguisements en question seraient probablement mal vus aujourd'hui, et à raison. Mais le scénario incorpore intelligemment la question des méthodes de Holmes. Au début, c'est un Sherlock idéaliste et arrogant qui pose le pied sur Cordona, quelqu'un pour qui la vérité est la chose qui prime avant tout. Mais alors que l'histoire progresse, il est confronté à plusieurs dilemmes qui lui font revoir son point de vue : est-il juste d'user de la ruse pour accéder à la vérité ? Certaines choses devraient-elles rester cachées ? En fonction de vos réponses, vous pourrez possiblement emprisonner des innocents et laissez partir des coupables.

Sherlock Holmes Chapter OneSherlock Holmes Chapter OneSherlock Holmes Chapter One

En plus des affaires et des dialogues, le scénario est également à souligner. Même les échanges entre Sherlock et Jon sont mémorables. On peut néanmoins regretter la fin qui est trop abrupte, au point de donner le sentiment que l'histoire a du être réduite pendant le développement (elle ne se déroule que dans trois des cinq districts disponibles sur l'île).

Malgré une map assez grande, il ne vous faudra que 12 heures pour compléter le jeu. Enfin si vous ne perdez pas trop temps en route, ce qui serait d'ailleurs fort dommage puisque Cordona est faite pour être explorée dans ses moindres recoins pour des récompenses généreuses. Certains objets vous donneront un aperçu de l'enfance de Sherlock et Jon, déverrouillant l'accès à des quêtes annexes qui rivalisent parfois de complexité avec celles de la trame principale. Si vous ne trouvez pas, vous pouvez toujours réduire la difficulté et activer différentes assistances.

Pour résumer, Sherlock Holmes: Chapter One est un excellent jeu. Si les prequels marquent souvent un manque de renouveau narratif chez certaines séries, ce n'est certainement pas le cas ici. Les mécaniques open world enrichissent les enquêtes sur de nombreux points pour nous donner un jeu ambitieux. Le système d'enquête un peu simpliste est le petit bémol de l'expérience, lequel n'a pas suffisamment progressé depuis L.A. Noire.

Sherlock Holmes Chapter One
Sherlock Holmes Chapter OneSherlock Holmes Chapter One
08 Gamereactor France
8 / 10
+
Un monde ouvert vivant, des mécaniques intéressantes, bien écrit et scénario puissant, graphiquement solide, beaucoup de choses à faire...
-
La trame principale se termine trop abruptement, les mécaniques manquent un peu de profondeur...
overall score
La moyenne de Gamereactor. Quelle note lui attribueriez vous? La moyenne est établie à partir des notes accordées par les différentes rédactions européennes de Gamereactor

Sur le même sujet



Chargez le contenu suivant