Gamereactor France. Watch the latest video game trailers, and interviews from the biggest gaming conventions in the world. Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.

Français
Gamereactor
critiques de film
Prey (Disney+)

Proie (2022)

Une tribu comanche du 18ème siècle affronte l’emblématique chasseur de l’espace dans ce film d’action.

Subscribe to our newsletter here!

* Required field

Tout d’abord, il est important de donner à Prey quelques accessoires pour son courage et sa détermination à faire quelque chose d’intrinsèquement différent. Non, ce n’est pas particulièrement courageux de faire un film Predator, mais toutes les personnes impliquées (et cela implique le grand studio qui le finance) méritent une tape dans le dos pour avoir pris une figure aussi emblématique et l’avoir laissée se déchaîner dans un cadre entièrement nouveau, comme c’est le cas ici.

Bien sûr, Predator a été introduit dans la nature, où un seul homme s’est battu courageusement pour vaincre ce chasseur entraîné et habile, mais cette fois, il y a des étirements qui ont plus en commun avec quelque chose comme un Film de science-fiction plus économique qu’un film de science-fiction kitsch. Il s’agit de briser un peu le moule, et Prey réussit en partie ici.

HQ

Prey se déroule en 1719 dans la soi-disant « Nation Comanche », qui fait référence aux plaines du sud de ce qui est aujourd’hui l’Oklahoma. Ici, nous accompagnons Naru, jouée par Amber Midthunder (qui fait également partie de Sioux). Elle est une collectionneuse pour sa tribu, alors que les hommes chassent traditionnellement, et elle en a assez de ce statu quo particulier. Mais lorsqu’une présence mystérieuse menace la sécurité de leur maison, elle voit une occasion de prouver son courage.

Ce qui suit est environ une heure et demie de chasse intense, qui finit par impliquer tout, des braconniers belges à un combat d’ours de type Revenant, et de nombreuses séquences où Naru est à un pouce de devenir juste un autre trophée sur le manteau spatial du terrifiant Predator.

Ceci est une annonce:

Grâce à une direction relativement serrée de Dan Trachtenberg, à une performance centrale incroyablement solide de Midthunder et à des séquences d’action joliment chorégraphiées qui, comme dans really, gagnent leur R-Rating, Prey finit par être une réinterprétation qui mérite d’être célébrée, si tant est qu’elle coupe une grande partie de la graisse, et nous donne un récit plus vulnérable et plus simple sans beaucoup de mythes déroutants qui le sous-tendent.

Il s’agit simplement d’un ennemi mystérieux, qui menace la vie de cette femme, et doit donc compter aveuglément sur sa capacité inhérente à chasser, à se battre et à apprendre. Voilà. Même si les effets CG, en particulier ceux qui n’ont rien à voir avec le Predator réel, peuvent sembler un peu bancals, il utilise même son environnement avec beaucoup d’effet, donnant au spectateur un contraste solide, un mouvement et un positionnement de caméra fluides et de beaux visuels dans l’ensemble.

Prey (Disney+)

Alors, quel est le problème? Eh bien, même si nous, en tant que public, savons déjà à l’avance qu’il s’agit d’un film Predator de bout en bout, le film ne perd littéralement pas une seconde à informer nos personnages que quelque chose d’extraterrestre se passe. Ce qui aurait pu être une menace mystérieuse pour la tribu devient incroyablement concret incroyablement rapidement, ce qui enlève un peu de vent à la première moitié du film. Naru voit un vaisseau spatial dans la toute première scène du film, et bien sûr, elle attache une signification mythologique et surnaturelle à ce qu’elle perçoit comme quelque chose de pieux, mais il aurait peut-être été bien que le film nous guide plus attentivement, laissant nos personnages deviner un peu, avant de finalement devenir la proie de ce prédateur particulier.

Ceci est une annonce:

Alors que la chasse s’intensifie au cours de la deuxième moitié, le film trouve un bon groove, et grâce à quelques gadgets inventifs (qui sont directement inspirés du dernier God of War), il y a même de l’humour noir à trouver au milieu de l’écrasement de la cage thoracique et de l’enlèvement de la colonne vertébrale. En fin de compte, Prey est un succès, car il réinsère magistralement cette figure emblématique dans un nouvel ensemble de circonstances, et la revigore en conséquence. Bien sûr, il ne réinvente pas la roue, et n’a pas besoin de le faire non plus, mais c’est un bon divertissement, c’est sûr.

07 Gamereactor France
7 / 10
overall score
La moyenne de Gamereactor. Quelle note lui attribueriez vous? La moyenne est établie à partir des notes accordées par les différentes rédactions européennes de Gamereactor

Sur le même sujet

0
Proie (2022)

Proie (2022)

CRITIQUE DE FILM. Written by Magnus Groth-Andersen

Une tribu comanche du 18ème siècle affronte l’emblématique chasseur de l’espace dans ce film d’action.



Chargez le contenu suivant