Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.

Français
Première page
previews
Disintegration

Disintegration - Une première immersion dans le jeu de V1 Interactive

Le prochain jeu du créator de Halo allie shooting, science-fiction et tactiques.

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonces

Dans un futur lointain, nos petites et fragiles cervelles fusionneront avec des carapaces mécaniques. Du moins, c'est le futur lointain annoncé par Disintegration, un jeu dans lequel vous incarnez un robot réclamant son humanité perdue. Naturellement, vous ne la réclamez pas à coups de mots doux et de caresses : vous devrez la récupérez aux dépens d'autres robots-humains. C'est par ces mots que l'on peut définir Disintegration, le prochain shooter de VI Interactive.

En vue à la première personne, le joueur dispensera le feu et l'acier sur ses opposants. Il sera accompagné d'une petite équipe de soldats et de méca, s'agitant à toute berzingue sur la terre ferme. Ces petites unités peuvent vous suivre et recevront vos ordres, notamment lorsqu'il s'agit d'attaquer l'ennemi, vous permettant de le prendre à revers. Si l'on devait comparer Disintegrator à d'autres jeux, il se situerait entre Destiny 2 et Compagny of Heroes : un mélange atypique se révélant surprenant.

Non disponible, la partie 1J intègre la customisation du personnage et de la mini-escouade, incorporant la personnalisation des capacités (jusqu'aux limites imposées par le jeu). Néanmoins, le multijoueur a pu être testé et offre un mode basé sur le tower-defense : une équipe doit protéger son core des assauts adverses.

La grosse différence entre ces deux modes est donc cette personnalisation offerte. Le multijoueur est limité à des modèles pré-enregistrés et aucune liberté n'est offerte au joueur : même l'apparence visuelle n'est pas modifiable et celle des vaisseaux déjà proposés laissent franchement à désirer. Néanmoins, les différents habillements sont présents uniquement pour différencier vos unités sur le terrain. Ça fait le boulot quoi.

Par ailleurs, ce n'est pas grâce à un costume rose flashy que les petites unités mèneront le joueur à la victoire : chacune d'elle ont des capacités uniques qui impactent la façon de jouer. Par exemple, vous pouvez choisir un build léger vous offrant une maniabilité et une vitesse supérieur à la moyenne, mais bien plus fragile. De l'autre, le joueur peut tout à fait être équipé d'armes lourdes détruisant les adversaires à la première roquette bien décochée.

Lors de la démo, deux équipes de cinq joueurs s'affrontaient dans des ruines de pierre. L'une des deux équipes devaient, comme dit précédemment, voler le core adverse tandis que l'autre devaient les en empêcher à tout prix. Or, les équipes sont composées de cinq joueurs, eux-même accompagnés de petites unités : mélanger tout cela offre de nombreuses options tactiques dont leur optimisation va dépendre de la synchronisation et de la communication des joueurs.

Disintegration

Par ailleurs, le développeur en chef Marcus Lehto (cocréateur du premier Halo) a déclaré que ce n'était pas l'idée première du jeu : à la base, le joueur devait "incarner" une caméra donnant des ordres aux unités à terre. Et puis, au cours du développement, les membres de l'équipe se sont dits que ce serait bien plus marrant de lui ajouter des pistolets et de permettre aux joueurs de prendre directement part à l'action. Et on ne peut pas leur en vouloir, parce que ça rend extrêmement bien.

Avec l'absence d'un mode solo toutefois, il est difficile de donner un avis définitif. Néanmoins, ce mélange des genres donne envie d'en voir plus. Disintegration est prévu pour PC, PS4 et Xbox One quelque part en 2020 : nous serons d'ores et déjà prêt à l'attendre pour aller réclamer notre humanité.

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonces
Disintegration

Related texts

Chargez le contenu suivant