Gamereactor internationale Français / Dansk / Svenska / Norsk / Suomi / English / Deutsch / Italiano / Español / Português / Nederlands
Gamereactor
Connexion membre






Mot de passe oublié?
Je ne suis pas un membre, mais j´en veux bien

Ou connectez-vous avec un compte Facebook
Gamereactor France
tests
Final Fantasy XII: The Zodiac Age

Final Fantasy XII: The Zodiac Age

Un chef d'oeuvre qui n'a pas pris une ride...

  • Textes: Graham Bellars

À la fin de l'ère PlayStation 2, Square Enix sortit Final Fantasy XII, un jeu qui a repoussé les limites de la console. Malgré la sortie de la PS3 quelques mois plus tard, son succès fut tel qui lui a permis de se hisser dans le top 10 des meilleures ventes enregistrées pour la PS2, juste derrière Final Fantasy X. Avec la sortie de Final Fantasy XV, qui a permis à de nombreux joueurs de découvrir la saga, pourquoi ne pas expérimenter ce joyau du passé ?

Après la sortie de FFX et de sa suite en remaster, c'est au tour de Final Fantasy XII d'être présenté aux joueurs actuels. Apportant à l'époque un nouveau système de combat qui se débarrassa du tour-par-tour traditionnel de la série, ce titre ravira certainement les plus jeunes joueurs de RPG. Final Fantasy XII: The Zodiac Age apporte de plus tous les ajouts qui n'ont jamais vu le jour dans nos contrées occidentales.

Final Fantasy XII: The Zodiac AgeFinal Fantasy XII: The Zodiac Age

L'histoire prend place à Ivalice, un monde de magie et de vaisseaux aériens, où les terres sont riches de magilithes, pierres magiques permettant de jeter des sorts ou faire voler les vaisseaux. Déchirées par la guerre entre les empires de Rozarria et Archadia, les nations moindres d'Ivalice peinent à survivre. C'est le cas de Damalsca, une petite souveraineté d'où notre héros est originaire. Vaan est un orphelin des rues qui rêve de devenir un pirate de l'air. Accompagné de sa meilleure amie Penelo, il fera par la suite la rencontre du duo Balthier et Fran, tous deux pirates de l'air. D'autres personnages rejoindront par la suite votre équipe dans la grande tradition des JRPG pour des aventures et trames absolument fantastiques.

Ivalice dévoile un monde ouvert, pas comme celui de FFXV mais plutôt comme une large connexion de nombreuses cartes liées par des passages apportant une sensation d'immensité. Le passage entre ces cartes nécessite un temps de chargement, mais fort heureusement ils ont été grandement réduits depuis la PS2, ne durant désormais plus que quelques secondes. Juste le temps d'enregistrer une sauvegarde automatique. Un système de voyage rapide vous permettra également de vous rendre d'un point à l'autre de manière plus aisée mais coûtera une pierre de téléportation en contrepartie. Lors de vos pérégrinations sur les maps, tous les joueurs actifs seront visibles à l'écran et il en sera de même pour vos ennemis. Exit donc les combats aléatoires.

Avec ces adversaires visibles, il ne tient qu'à vous d'engager le combat ou non. Comme dit plus haut, les affrontements sont en temps réel, vos alliés seront donc indépendants et prendront leurs propres initiatives durant les hostilités. Il vous est toujours possible de gérer votre équipe grâce au système Gambit. Celui-ci permet de définir un ordre d'action à effectuer selon les situations ; l'utilisation automatique d'une potion par exemple si la santé tombe en-dessous de 50%.

Final Fantasy XII: The Zodiac Age

Le système d'évolution était lui aussi novateur, remplaçant l'arbre de compétences par un système de permis. Les points qui vous permettent de débloquer de nouvelles capacités se remportent en triomphant de monstres. La grille de permis influe aussi sur l'utilisation de votre équipement. Pour pouvoir vous équiper d'une arme par exemple, il vous faudra débloquer le permis adéquat au préalable. Comme d'habitude, plus vous débloquez de permis, plus le coût des suivants sera élevé, ce qui vous accordera donc de longues heures de farming.

Final Fantasy XII: The Zodiac AgeFinal Fantasy XII: The Zodiac Age