Gamereactor internationale Français / Dansk / Svenska / Norsk / Suomi / English / Deutsch / Italiano / Español / Português / Nederlands
Gamereactor
Connexion membre






Mot de passe oublié?
Je ne suis pas un membre, mais j´en veux bien

Ou connectez-vous avec un compte Facebook
Gamereactor France
articlesler

On était à la convention Geek Days de Lille le week-end dernier

Les 20 et 21 mai se sont tenus les Geek Days, la seule convention mettant en avant la culture geek dans les Hauts-de-France. Pour cette seconde édition, la surface a été doublée et quelques nouveautés ont été introduites.

  • Textes: Héloïse Linossier

Quand on pénètre dans l'enceinte du Grand Palais lillois, nous sommes accueillis par un joyeux Chewbacca et quelques jeunes Jedi agitant la mousse de leur sabre-laser fictif, apparemment en apprentissage. Avant même d'avoir atteint le seuil fatidique de la vérification des billets, le ton est donné : cette seconde édition sera celle de la science-fiction. Un stand impressionnant de constructeurs de R2, une réplique de vaisseau spatial et une maquette Lego de la bataille d'Endorde sont présents pour ravir la myriade de cosplayers de Kylo Ren et Vader en costume. Les visiteurs peu portés sur le cosmos et les galaxies lointaines (très lointaines) trouvent sans peine leur bonheur au milieu des 120 exposants. PokéFan, vendeurs de nouilles japonaises et compétiteurs Dofus cohabitent dans un joyeux brouhaha, se bousculant à travers les étroites allées. L'organisation a vu les choses en grand en proposant un espace à la superficie doublée (12.000 m²) par rapport à la première édition.

Christophe, venu déguisé en Nappa, est un habitué des conventions geeks. Il a poussé le déguisement jusqu'à se laisser pousser une véritable moustache. Son armure en apparence épaisse pèse en réalité moins de 500grammes. Il s'en est débarrassé seulement le temps de déjeuner. Accompagné d'une Dovhakin professant normalement dans l'Education nationale, tout en reconnaissant des changements positifs par rapport à l'année dernière, il déplore une très grande attente à l'entrée du salon. « Il faudrait déjà qu'ils règlent les problèmes avant de penser aux nouveautés » affirme-t-il.

Ladite nouveauté c'est la dimension eSport introduite cette année à la plus grande joie des amateurs de League of Legend et Counter Strike. Le salon a vu s'affronter les équipes qualifiées précédemment pour un cashprize total de 20.000€. Devant la scène où se préparent les équipes, Milo, 15 ans, fait le bilan de cette seconde édition. « Le salon s'est agrandi depuis l'année dernière, il y a plus de stands. Il n'y avait pas d'eSport aussi ». Affublé d'une combinaison de licorne, il s'estime satisfait de la convention : « J'adore l'ambiance, les stands japonais, le gaming...». Il s'est d'ailleurs vite installé au deuxième rang avec ses amis pour observer Maxi Saucisse et Wynix, les deux équipes en liesse pour la finale CS Go performer. L'affrontement aura finalement vu la première triompher devant un parterre de spectateurs.

Pour Adeline Motte, responsable communication du salon, cette nouveauté est en réelle continuité avec les objectifs originaux du salon. « Nous étions partis sur un projet ressemblant à la JapanExpo. On s'est vite rendu compte que l'univers du jeu vidéo se mariait très bien, et que les deux publics étaient complémentaires. Comme il n'y avait pas de rendez-vous dans le Nord sur ces deux thématiques, on s'est dit, allez, on y va, on fait les deux ». Elle affirme que les critiques sur l'édition précédente ont été prise en compte. Pour remédier à cet effet d'alignement des exposants, « on a retravaillé le plan, on a agrandi le salon, on a intégré des animations dans les stands », énumère-t-elle.

Le choix de l'emplacement n'est quant à lui absolument pas anodin. GL event, l'entreprise organisatrice basée à Lyon, a choisi les Hauts-de-France pour l'importante concentration de geeks privés de ne pas avoir de convention dans cette région. Pour se différencier et fidéliser les visiteurs locaux, des Youtubers de la région ont été invités au milieu d'autres (Adri Geek, Family Geek..), mais également des entreprises de la région lilloise, comme le précise Adeline Motte : « Pour nous, il est important de montrer la richesse de la région. Il y a beaucoup de dynamiques d'entreprises des starts-up [sur le salon]. On a Dagoma, entreprise issue du coin d'imprimante 3D, Ankama qui fait pleins de jeu, le Dernier Bar avant la fin du Monde, le Meltdown... »

Une convention régionale qui se verra agrandie d'un nouveau module secret pour le moment... A l'année prochaine ?